La baisse du Q.I. (depuis Platon ?)

idinero[1]

Deux de tense et moins 3,8 points de Q.I. ou comment la baisse du Q.I. répertoriée par certains chercheurs sert la cause de la réaction ?

Tout se tasse, la taille ; tout stagne notamment les records des sportifs. Le Quotient intellectuel des Français aurait baissé de 3,8 points entre 1999 et 2009. Et il continuerait à dégringoler. Bref tout fout le camp et le déclin, cher aux déclinistes, continue de s’accentuer.

A qui la faute car il faut bien des responsables à notre chute. Pourquoi est-on de plus en plus bête en France ? Et là chacun va y aller de son couplet, les réactionnaires en tête !

La fachosphère va s’en donner à cœur joie : c’est de la faute aux immigrés car ils sont de plus en plus nombreux et comme ils sont moins éduqués, ils font baisser le niveau. Comme les pauvres, ils tirent les résultats par le bas. On tient au moins un bouc émissaire pour PISA.

Les réacs-publicains vont aussi entonner leur couplet habituel : c’est de la faute à l’école ! On le dit depuis longtemps. Là encore, le niveau baisse et les fondamentaux ne sont plus appris. A système éducatif dégradé, résultats en berne. D’autant que ces salauds de pauvres font davantage d’enfants, de plus en plus cons bien entendu, et ça finit par se voir. Tandis que les gens  à fort capital culturel font moins d’enfants, ces derniers ne compensant pas la bêtise du plus grand nombre. C’est pour cela que l’école privée a de plus en plus la cote. Etre socialement entre soi, les chérubins de notables ne seront pas contaminés par les pauvres ou les Arabes qui sont passés dans le monde occidental du statut de délinquants à celui de terroristes ! C’est le « chez nous » scolaire.

Il faut ajouter les poncifs traditionnels maintenant : les enfants passent trop de temps devant la télévision et devant leurs consoles…Plus sérieusement dit : « Cela peut signifier que nous déléguons certaines tâches intellectuelles asservissantes aux outils numériques. Par exemple, on peut considérer que nous externalisons notre mémoire avec les moteurs de recherche », souligne Pierre-Marie Lledo, qui dirige le département de neuroscience de l’Institut Pasteur à Paris. Plus sérieusement encore, nous pourrions remettre en cause l’usage systématique des calculatrices à l’école évitant un certain effort de mémorisation des tables de multiplication par exemple. Il va quand même falloir se méfier sacrément des neurosciences dans le futur. Même si certaines remarques sont fondées et pas dénuées d’intérêts.

Des études montrent aussi la dangerosité des perturbateurs endocriniens sur le Q.I. Idem pour les polluants chimiques. De même il serait intéressant d’étudier les effets de la pollution, des particules fines ainsi que le bruit sur notre Q.I.

Là, la fachosphère relaiera l’info aussi car tout ce qui peut faire peur aux gens est bon à prendre ; c’est du grain à moudre. Par contre expliquer pourquoi il y a autant de pollution, indiquer que le capitalisme génère ces nuisances pour faire un maximum de profits, ce n’est ni dans sa tradition ni dans sa culture.

Les libertaires ayant un projet de société égalitaire se heurtent d’emblée à cette fachosphère pour laquelle l’inégalité est reine. Leur projet c’est la loi du plus fort et la sélection naturelle qui doit écraser l’espèce la plus faible…On est loin de l’entraide de Kropotkine.

 

Partager cet article