Mise en place de réseaux de soutien

Codetravail

Outre l’évidence, il y a des raisons de s’inquiéter du virus Covid-19 au-delà de l’effondrement du système de santé, dans lequel le gouvernement, les institutions et la société se battent pour «arrêter la courbe», afin que les victimes les plus graves de la pandémie puissent être plus ou moins soignées, en même temps que d’autres problèmes de santé qui n’ont pas cessé d’exister sont couverts. Une courbe qui devra être ralentie beaucoup plus tard que prévu, car la capacité de notre système de santé diminue parce que le personnel tombe également malade et les stocks de masques, de respirateurs…sont réduits.

Bien qu’il existe des formules mathématiques et divers calculs pour prédire combien de temps durera la pandémie, ce n’est pas tout à fait clair, en prenant également divers scénarios comme exemples ; nous anticipons comme pour l’Italie, la Chine, la Corée du Sud, les Etats-Unis maintenant… car il s’agit d’un nouveau virus très peu connu, des séquelles et évolutions à moyen et long terme. Prenant l’exemple de la Chine, qui le 17 novembre est établie comme le premier cas possible de coronavirus, elle a connu une croissance exponentielle des personnes infectées jusqu’au 20 février environ, où elle a déjà réussi à le contenir à 81 000 personnes infectées. C’est une différence de 81 jours pour contenir la contagion sur ledit territoire. Si nous l’extrapolons à l’Espagne, le premier cas enregistré comme tel était le 31 janvier, nous devrions stabiliser les infections d’ici la mi ou la fin avril; en cas de se trouver dans des circonstances similaires. Même situation pour la France.

Indépendamment de cela, les restrictions de mobilité et l’état d’urgence sanitaire dureraient considérablement plus longtemps. En Chine, le confinement et le contrôle perdurent dans les zones les plus touchées et vulnérables, car ils le réduisent progressivement. Si nous comptons du 23 janvier comme date à laquelle les contrôles chinois ont commencé à être mis en œuvre, ils ont aujourd’hui près de 3 mois de mouvements restreints et ils en ont encore quelques-uns. Il ne sera pas inhabituel d’imaginer un minimum de 5 mois d’alarme dans l’État espagnol, étant donné que le virus se propage beaucoup plus rapidement ici.

En réalité, aujourd’hui selon sa propre logique, il n’est pas possible que le gouvernement supprime les interdictions, car il n’y a pas de vaccin, il n’y a pas de remède et il n’y a pas d’immunité développée. Par conséquent, si la pression sur la vie sociale et économique de la population se relâche un peu, le virus se propagera à nouveau avec la même violence qu’au début, jusqu’à ce qu’il ait infecté presque toute la population ou une grande partie de celle-ci. Il existe déjà une multitude de laboratoires dans le monde qui testent différents vaccins, mais jusque-là aucun gouvernement ne lèvera les interdictions, à moins qu’il ne cherche à se débarrasser de certaines populations. Par exemple, de la population carcérale elle-même, qui, ayant une couverture médicale faible ou inexistante, restreint toutes sortes de contacts avec le monde extérieur dans le but supposé de les protéger de la pandémie, tandis que les fonctionnaires peuvent circuler librement dans les prisons. Ou une grande partie de la classe ouvrière elle-même qui est toujours obligée d’aller dans la fosse. Qui protègent-ils vraiment?

Certains dirigeants tels que ceux du Royaume-Uni (il faudra compter vos morts dixit le cynique Boris Johnson), des Pays-Bas et dans une moindre mesure des États-Unis ont préféré ne pas risquer excessivement la production économique au détriment de la santé des populations. Fondamentalement, ils préfèrent que la population se répartisse le plus rapidement possible, que les personnes les plus faibles meurent et poursuivent la marche, afin d’éviter, dans la mesure du possible, le ralentissement économique que font leurs territoires voisins, donc ils peuvent ainsi profiter la situation et les devancer. Mais il reste à voir le véritable nombre de morts que la pandémie pourrait laisser en raison de la noyade de ses systèmes de santé, et dans un monde hyper-mondialisé comme le nôtre, vous pouvez à peine croître pendant que votre environnement stagne et diminue. Il est très probable que, comme dans de nombreux cas, le chaos vienne de la main du gouvernement et la population finira par payer plus de conséquences que même les dirigeants ne le souhaiteraient.

Le blog CrashOil explique les conséquences de la pandémie dans le contexte d’une baisse de la production de pétrole bon marché et comment ce nouvel épisode mondial entraînera un changement irréparable du bien-être économique de l’Occident. En résumé, la conclusion que l’article apporte est que rien ne sera comme avant.

Nous entrons plus rapidement dans une nouvelle phase dans laquelle les Etats retrouveront leur rôle plus paternaliste, subventionnant une grande partie de la population pour qu’au moins ils ne cessent pas d’être des consommateurs, tandis que le secteur productif gèrera de plus en plus des marges bénéficiaires plus faibles et cherchera des marchés désespérément nouveaux. Tout pour continuer à alimenter cette croissance économique, nécessaire à son tour pour maintenir toute la bureaucratie et les infrastructures qui en découlent.

En ce qui concerne la crise sanitaire et l’état d’alerte, la crise économique de 2020 sera celle qui dure le plus longtemps, comme l’a déclaré notre cher président. Il suffit de jeter un œil aux mouvements boursiers des principales places boursières mondiales, où sont perçues les premières conséquences d’une pandémie qui ne fait que commencer. Après une première phase paternaliste, ils nous préparent déjà à une bonne dose de coupes sociales et économiques, dans lesquelles l’Etat sera en charge de nous protéger, même si nous n’en voulons pas. Le code du travail passe déjà à la moulinette. Ce n’est que du provisoire nous dit-on mais on sait par expérience que le provisoire dure longtemps…

Il y a aussi de bonnes nouvelles derrière tout cela, certaines évidentes, certaines temporaires. La pollution en Chine a été réduite à des niveaux jamais vus auparavant grâce à la paralysie du trafic aérien et d’une partie de ses industries. Le ciel bleu survole à nouveau les grandes villes chinoises. Il en va de même en Italie, où la nature retrouve (temporairement) une partie de son territoire à Venise par exemple, même Madrid et Barcelone, Paris bénéficieront également pendant quelques semaines d’un air beaucoup plus pur, pour ses habitants (humains et non humains) et ceux de ses environs. Ce que le capitalisme vert et l’éco-bureaucratie à visage humain et la classe moyenne n’ont pas pu faire, a été fait par le chaos, la morosité et l’hystérie collective.

Tout cela aura sans aucun doute des effets positifs sur la santé des personnes, et évidemment sur la santé de la nature elle-même. Il ne suffira jamais de dire que la pollution générée est, en pratique, directement proportionnelle à la consommation d’énergie, même avec les énergies renouvelables.

D’un autre côté, bien que les États, avec toute leur santé et leurs armées en marche, connaissent une gestion des catastrophes et des effondrements avec la société à une échelle gigantesque, la population, les villes, les quartiers et les individus individuellement, ils expérimentent de nouvelles façons de se relier; bien sûr, dans les limites permises par les circonstances actuelles. Des réseaux de soutien et de solidarité se forment partout où la communication est possible. Les ONG, les communautés de quartier, les réseaux sociaux, les associations de quartier, les syndicats, les groupes d’affinité, les partis et les personnes seules ont mis en place des mécanismes pour aider directement ceux qui ne peuvent pas subvenir à leurs propres besoins, encore plus dans les circonstances actuelles.

Et oui, il est également vrai, ces formes de coopération se déroulent dans un contexte beaucoup plus large et plus complexe d’individualisme et de chauvinisme, où la société coopère également pour se contrôler, en collaborant avec ses propres contrôleurs en tant que furtifs et dénonciateurs. Tout type de pratique (dissidente ou non) qui pourrait mettre en danger ou remettre en cause la stratégie de l’emprisonnement total qui approche de la totalité. Faire la différence entre ce qui est vraiment utile pour la santé de la population et la psychose collective, devient un exercice parfois surréaliste, sinon totalement injuste et oppressif. Des gens qui veulent des amendes pour les autres, plus d’autorité et plus de centralisme. Un syndrome de Stockholm déguisé en efficacité et en nécessité. À la fin de toute cette histoire, ce qui comptera, ce sera le nombre de morts, il reste à voir si l’autoritarisme va nous aider plus que la coopération.

Et malgré tout cela, une aide horizontale, décentralisée et convenue d’un commun accord peut émerger dans toutes les situations, et ce sont des dynamiques et des structures que nous devons choyer et soigner, perfectionner et corriger les erreurs évidentes qui seront commises, être agiles et créatifs. Lors de la résolution de problèmes, comme moyen de surmonter le centralisme et l’autoritarisme où le pire des courants nous entraîne.

Nous devons chercher à protéger ces nouvelles relations sociales qui cherchent à se constituer car, comme cela se produit dans chaque nouvelle situation, l’État et l’autorité chercheront à entrer et à étendre leur pouvoir politique, avec davantage de verticalisme et plus de lois ou d’ordonnances. Telle est la guerre sociale qui se déroule dans tous les détails de notre vie. Surtout dans ces situations de crise, c’est lorsque nous avons non seulement pour tâche de surveiller l’action de l’État, mais de gagner du terrain là où il est possible de le faire.

Il est presque certain qu’une grande partie de ces réseaux de soutien disparaîtra et que la pollution économisée reviendra aux niveaux antérieurs, une fois «une certaine situation de normalité» reconstituée, mais il est plus important qu’ils remplissent leur rôle de solution sociale efficace, de sorte que beaucoup de gens peuvent comprendre ces outils comme leurs propres intérêts. Tout cela, de sorte que dans les situations d’effondrement suivantes, cela ne nous a pas si mal préparés et nous pouvons mieux nous préparer à survivre et à vivre mieux avec moins, pour notre bien-être et celui de la nature.

 

Partager cet article