Gilets jaunes: solidarité des Kurdes du Rojava

Elections pièges

Aux gilets jaunes, à ceux qui manifestent, qui sont sur les barricades et bloquent les rues, qui squattent leurs écoles, qui sont en grève et qui s’organisent. Nous vous accueillons comme la commune internationaliste de Rojava, la partie occidentale du Kurdistan, au nord de la Syrie.

Depuis plus d’un mois, nous suivons avec attention la révolte des peuples qui se déroule en France (et dans d’autres villes d’Europe centrale). Nous sommes impressionnés par la détermination des manifestants, ainsi que par le niveau de répression exercé par la police et l’État. Nous envoyons notre solidarité à toutes les personnes confrontées à des accusations. Grâce à vous, votre résistance est célèbre jusque-là, où tout le monde espère des changements radicaux, à une époque où nous sommes à nouveau menacés par la guerre de l’État turc.

La France a une longue histoire de résistance et de soulèvements civils, que nous ne devrions pas réduire à la Révolution française et à la Mai 68. L’histoire de la résistance comprend également les révoltes rurales du moyen âge, toutes les résistances locales, régionales et indépendantes. contre la colonisation de l’État, les mouvements ouvriers, les luttes des travailleurs immigrés, les districts prolétariens, des siècles de lutte des femmes contre le système patriarcal.

La commune de Paris, qui montre qu’il est possible que le peuple prenne le pouvoir, est une source d’inspiration pour les révolutionnaires du monde entier. En ce sens, l’appel de Commercy, auquel nous nous associons également, a été une source d’espoir et un signe que le mouvement peut atteindre ce «point très important, que le mouvement des gilets jaunes reprenne partout ses formes diverses, que le pouvoir d’achat! « à ce » pouvoir au peuple, par le peuple, pour le peuple. »

C’est ce qui est actuellement expérimenté ici à Rojava, où les différentes personnes s’organisent, sans État national, sur la base d’assemblées communautaires démocratiques et dans le sens d’un système appelé démocratie confédérale.

Bien entendu, la réorganisation d’une société sans État n’est pas une chose facile. Bien sûr, cela demande du temps, des investissements et de l’éducation, mais cela nous procure également la joie la plus intense.

Nous devons trouver un moyen de vivre libre et plus en tant que société. Des milliers de personnes se souviennent des moments passés sur les places, les autoroutes, les rues, les écoles bloquées, comme des moments les plus importants et significatifs. Les enfants vont en parler pendant des mois. Pourquoi ? Parce qu’avec ces rassemblements, la société se développe. Les gens (re) découvrent ce que cela signifie de vivre de manière communautaire.

Pour mener une vie commune, il faut plus que jamais oublier le mythe de l’Etat national, qui représente une fausse unité républicaine. Nous devons abattre les frontières qui nous séparent, ainsi que trouver la capitale pour récupérer les multiples et les identités immigrées, pour faire revivre nos cultures et nos langues «régionalisées». Et en tant que femme, nous devons reprendre ce qui nous a été repris, faire entendre notre voix et prendre notre place dans toutes les sphères de la société.

Nous devons construire un autre système économique, socialiste, contrôlé et issu du peuple, sur la base d’une production coopérative, autogéré et écologique, exempt d’exploitation de la nature par l’homme.

Enfin, en tant que jeunes, avec un esprit de résistance, nous devons devenir un moteur dans un mouvement qui n’acceptera aucun compromis.

Le monde entier a compris que «gagner» ce mouvement ne signifie pas gagner la fausse montée du SMIC, ni la montée du pouvoir d’achat réel. Gagner signifie vaincre le stade de la revendication et commencer à construire un autre système d’autogouvernement reposant sur les structures alternatives existantes. Gagner, c’est affronter des contradictions. Essayer, échouer, essayer encore. Ne jamais perdre l’espoir que nous puissions nous émanciper de l’état et des structures oppressantes existantes. Que nous pouvons vivre librement.

Solidarité avec les gilets jaunes et tous ceux qui résistent en France et partout ailleurs dans le monde.

A bas le fasicm turc.

Bijî Berxwedana Fransa! Bijî berxwedana Rojava!

Bijî Rêber Apo!

Jin Jiyan Azadî!

jeux_et_enjeux_d_une_secession_diffuse_fg_-2

Partager cet article