Ecologie libertaire

IMG_20200605_143607

L’AGROÉCOLOGIE  SOCIAL E ET ETHIQUE.

L’agro-écologie est une notion complète avec des valeurs sociales et morales. Cela la différencie de l’agriculture labellisée bio, qui n’a pas tendance à dépasser l’aspect strictement environnemental et est de plus en plus guidée par le désir de profits au fur et à mesure qu’elle est absorbée par les grands monopoles ou devient l’un d’entre eux. L’agro-écologie, quant à elle, a une approche globale et multiple ancrée au niveau local et régional.Pour nous, un critère essentiel que doit respecter l’agro-écologie est le combat pour la liberté. La souveraineté alimentaire recherchée par l’agro-écologie ne peut exister s’il n’y a pas de souveraineté politique. C’est une évidence, mais malgré cela, la plupart des propositions vont dans le sens d’ignorer la question de la souveraineté politique et de donner plus de responsabilité et de pouvoir aux institutions étatiques, ce qui signifie moins de souveraineté politique. Nous pouvons donc affirmer que les propositions qui recherchent la souveraineté alimentaire par le renforcement du pouvoir de l’État sont désastreuses.La nationalisation est inhérente au but permanent d’institutionnaliser l’auto-organisation populaire et par conséquent à sa destruction. L’Etat aspire, s’il le juge utile pour sa légitimité, à intégrer l’agro-écologie en son sein. Il a aussi tout un secteur de gauchisme qui le pousse à le faire. Cela n’aide pas du tout l’agro-écologie, cela suppose seulement une imposition destructrice d’obstacles. La nationalisation désarticule, disjoint, dévitalise l’agro-écologie, quand elle ne l’instrumentalise pas. La volonté pernicieuse de puissance est inhérente à l’État; de sorte qu’il est incompatible avec la souveraineté politique. Par conséquent, nous pouvons vous assurer que la soif de pouvoir du Léviathan est contraire à la souveraineté alimentaire. C’est absurde, incongru, illogique, incompréhensible et absurde de chercher plus d’État ou un État fort tout en luttant pour l’épanouissement de l’agro-écologie. Les thèses du gauchisme qui idolâtrent l’État sont, aujourd’hui, incompatibles avec la croissance qualitative et quantitative de l’agro-écologie.

On fait preuve de très peu d’imagination en proposant comme solution aux problèmes de la campagne plus d’argent, plus de lois , plus de règles, plus de règlements, plus d’État, plus de fonctionnaires, plus d’impôts, plus de dépendance et, après tout, plus de soumission et d’esclavage. De l’argent, de l’argent et plus d’argent, tel est le mantra répété pour mettre fin aux problèmes du monde rural, lorsque l’effet de corruption extrêmement puissant de l’argent est public et notoire. La liberté n’est pas mentionnée, et cela ne vient même pas à l’esprit de ceux qui réfléchissent à ces questions. La démocratie, l’autonomie ou la régénération communautaire ne la contemplent ni ne la valorisent.

Nous voulons préciser qu’ici nous ne parlons pas du concept de liberté du libéralisme centré exclusivement sur la liberté négative de s’enrichir, d’exploiter autrui, de polluer, de détruire, de commander ou d’accumuler des propriétés infinies. Nous ne parlons pas non plus ici du concept de liberté du marxisme qui le voit comme un luxe bourgeois ou ne le regarde que du point de vue physiologique, ne concevant l’être humain que comme un ventre avec des jambes.

Ici, nous comprenons la liberté comme l’autonomie gouvernementale par les assemblées et l’absence d’une entité étatique; comme l’inexistence du système salarial; comme l’incompatibilité entre la liberté et la concentration de la propriété et de la richesse; comme la capacité d’agir en conséquence de l’auto-construction de la personne; comme la liberté naturelle et ses limites établies par la morale, la coexistence, l’amour et la vérité; comme la liberté individuelle; comme la liberté d’action et la liberté de conscience; comme un besoin primordial de l’être humain; comme liberté sociale et effort pour la liberté.

Le plus gros inconvénient que nous constatons actuellement pour le bon développement de l’agro-écologie est le manque dramatique de liberté.

Aujourd’hui, il existe une infinité de règlements faits uniquement et exclusivement contre le petit, le foyer, le familier. Il n’y a pas de liberté économique, il n’y a pas de liberté industrielle. Un interventionnisme institutionnel croissant, multiple et chaque jour plus détaillé et rigoureux étouffe et empêche les micro-projets productifs de démarrer ou de relever la tête.

Malgré cela, nous savons qu’avec l’entraide, l’ingéniosité, la créativité, l’intelligence, l’effort et la résistance à la douleur, nous pouvons mettre en place des procédures pour lutter contre cette situation.

D’un autre côté, il est sans équivoque que l’agro-écologie n’est pas la marque de l’agriculture biologique industrielle. Cela a commencé comme quelque chose du peuple mais a été englouti par l’État avec l’application du règlement européen de 1991; et avec elle toutes les activités sociales auparavant autonomes.

Toute agriculture industrielle à grande échelle, telle qu’elle fait aujourd’hui partie du sceau écologique, est la monoculture, l’érosion, la perte de souveraineté alimentaire, les ravageurs, le cancer, la pollution, le capitalisme rampant et l’esclavage. Lorsque nous parlons d’industrie, nous nous référons à la grande industrie et non à la petite industrie familiale, coopérative ou artisanale que nous défendons comme une nécessité et dont font partie ceux d’entre nous qui écrivent ici.

L’agro-écologie a pour pilier principal l’artisanat ou la petite industrie et ne doit pas dépasser l’échelle humaine, le régional, le local, le petit, le familier, la coopérative.

Une autre caractéristique qui devrait donner corps à l’agro-écologie est son émancipation complète des coûts cachés, des dommages collatéraux ou des terribles externalités que la grande industrie laisse pour demain.

La question des coûts cachés ou des dommages collatéraux est cruciale pour comprendre la différence entre un modèle de production et un autre.

Si l’ agro- industrie était comptabilisée pour les coûts d’indemnisation des dommages qu’elle génère, cela s’avérerait absolument irréalisable .

La productivité et la rentabilité vantées de cette forme d’agriculture est un mensonge et un suicide basé sur la conquête permanente de terres que l’on estime épuisées en 30 ans en Australie, en Sibérie, au Brésil, etc.

Penser que vous pouvez vivre en dehors de la «vie» est une fiction. En revanche, une agriculture / élevage intégrée dans le cycle de la nature est un réservoir économique pour l’avenir.

 

D’un autre côté, si les coûts cachés de l’agrobusiness étaient pris en compte entre d’ une part: notre liberté, notre santé, la terre, l’air et l’ eau courante; et d’autre part: l’exploitation fiscale à laquelle l’Etat nous soumet; l’agro-industrie serait totalement non viable.

L’agro-industrie est un énorme, ultra-destructeur et totalement gaspilleur qui sans le soutien constant, l’intervention et la collaboration directe de l’État s’effondrerait en quelques heures. Peu ou rien ne peut être fait sans les marcheurs d’État. Un anticapitalisme pro-étatique est un canular; de la même manière qu’un capitalisme anti-étatique est une fiction. Sans la ruse de l’État qui finance la partie la plus notable des coûts de production et d’investissement, l’agro-industrie n’aurait jamais pu remplacer le système artisanal, ou l’économie domestique, communale et régionale de notre (éteinte?) ruralité; puisque ce dernier est (était) plus efficace si l’on part d’un calcul économique global.

Un autre mensonge grave est que l’agro-industrie a remplacé «librement sur le marché» les anciennes méthodes de fabrication des biens. Tout cela se voit facilement si l’on regarde l’histoire des lois, réglementations, interdictions et exigences édictées par l’Etat qui a  limité et empêché de facto la production artisanale.

Comme nous l’avons déjà dit, la productivité industrielle supposée est un canular. Ce qui est durable ou pas longtemps viable – terme qui ne peut pas être productif qu’à court terme. L’usinage et la technologisation, à partir d’une limite, n’augmentent pas l’efficacité et les rendements, mais déclenchent plutôt des coûts de maintenance et d’investissement, qui sont encore des coûts de production.

La production de la grande industrie monopolistique fait baisser de qualité les produits , de même qu’elle les banalise et standardise. Cette production est très vulnérable aux crises, ne pouvant s’adapter aux circonstances particulières ou natives du lieu.

L’État favorise la production de la grande industrie pour quatre raisons:

1 / Fournir une société concentrée et urbaine, moderne et improductive et hautement spécialisée.

2 / Pour l’audit de l’entreprise. Le capitalisme est une fleur de serre de l’État. Plus cette fleur est grosse et puissante, plus l’Etat est gros et puissant. L’État a créé le capitalisme pour qu’il soit plus fort et plus puissant. Le capitalisme est le serviteur de l’État mais l’État n’est le serviteur de personne.

3 / Pour répondre aux besoins des armées. Besoins d’approvisionnement rapides et massifs; la nécessité de réduire les coûts, par exemple en favorisant la consommation civile de certains matériaux, produits ou technologies; promouvoir la recherche; ainsi que des infrastructures qui restent créées pour réorienter la production en cas de situation de guerre.

4 / Abaisser la qualité moyenne du produit et ainsi pouvoir avoir une certaine gouvernance. La grande industrie doit expulser et détruire la petite industrie; parce que la petite production augmente la qualité et c’est extrêmement dangereux pour le système établi. L’Etat recherche des sujets dociles et soumis; et toutes ses politiques visent cet objectif.

Dans la « modernisation » des systèmes agricoles, en plus de les rendre plus complexes et usinés, ils nécessitent:

 

-Un grand nombre de fonctionnaires et techniciens dédiés à la gestion, aux subventions, à la réglementation, etc.

-Masses d’entités de gestion et de personnel dédiés à conseiller, traiter, remplir et préparer les mégatonnes de rapports, d’études, de permis, de demandes, de rapports, de pétitions et de paperasse sale que l’État impose pour rendre l’activité légale et que tout se passe bien. Toute cette énorme démence tombe directement sur le producteur.

-Un contrôle disgracié du secteur primaire qui produit une bureaucratisation / nationalisation du système qui, surtout, augmente la journée de travail et détruit le petit producteur artisanal en gênant ou en interdisant de facto l’activité.

-Entrez dans un circuit commercial où les règles sont fixées par tout le monde sauf le producteur, et où vous devez investir une grande partie de l’argent dont vous disposez dans le monde sauvage de la distribution et de la vente.

Toute cette chaîne rend les produits plus chers car, fondamentalement, elle soutient une «caste» infinie, infinie et immense de personnes improductives. En conséquence, le monde rural devient de plus en plus urbain sous la dictature totale des ingénieurs et techniciens payés par l’État. Un endroit où ce que pensent ou disent les voisins ou les petits producteurs comptent pour zéro.

 

2.-SOUVERAINETÉ ET LIBERTÉ

Nous ne pouvons pas abandonner et nous devons donc lutter pour une alternative à l’agro-industrie. Nous devons donc combattre r pour conquérir et augmenter notre liberté. C’est imbattable. Il faut préciser que l’État est le principal obstacle à la construction d’alternatives. L’État justifie son oppression par des arguments de santé, de sécurité, d’environnement ou de conservation. Cela permet aux administrations de tromper les citadins et d’obtenir leur vote, leur faisant croire que ce despotisme sur les campagnes est fait pour le bien de l’humanité, des animaux et de l’environnement. Mais la vérité est qu’un enchevêtrement de lois plane sur le producteur qui veut se lancer et qu’une armée de fonctionnaires l’empêchera de prospérer.

Par exemple, le réseau Natura 2000, qui occupe environ 30% du territoire de l’État, dispose d’une législation exceptionnelle qui rend absolument difficile la création d’alternatives productives à l’agro-industrie, la promouvant et en bénéficiant ainsi. Oui, il a été lu correctement, nous le répétons haut et fort: le réseau Natura 2000 encourage et profite à l’agro-industrie, à l’agro-industrie et à tout ce que cela implique.

De plus, la «protection» écrase les lieux traditionnellement anthropisés, pas du tout priscine 11, comme ils en vendent dans leurs campagnes publicitaires. Ces lieux, pour la plupart, étaient traditionnellement communaux. Aujourd’hui, ils sont convertis en terrains à «usage public» gérés par des entités gouvernementales (au service, à terme, du ministère de l’Environnement, des Affaires rurales et marines). Dans ces espaces «publics», il va sans dire que les voisins n’ont ni voix ni vote.

 

Ce réseau, qui est plus qu’un réseau est une chaîne, finit par chasser les paysans de leurs terres, les jetant dans les villes. On peut dire que le réseau Natura 2000 est un nouveau pillage similaire à la confiscation de Madoz. Parcs Nationaux, Parcs Naturels, Réserves, PFR… ils affirment encore le territoire, si possible, en le privatisant de facto, puisque l’Etat est un propriétaire de plus, le plus despotique de tous. Seuls les mussoliniens dans l’âme peuvent affirmer que nous sommes tous l’État. Ce conservationnisme est ethnocidaire, dictatorial et écocidaire.

3- LES SUBVENTIONS ET LA CASQUETTE, UN LOUP DANS LA PEAU D’AGNEAU.

Cette agro-écologie a comme critère essentiel la lutte pour la liberté et implique une opposition frontale à la politique agraire communautaire (PAC).

La PAC, au cours de ses 34 années d’activité dans l’État espagnol, n’a rien fait d’autre que détruire les petits agriculteurs et le pâturage extensif. Son travail a consisté à promouvoir l’agro-industrie, polluant, désertifiant, dépeuplant et exterminant la culture agraire.

Les faits sont là pour ceux qui veulent l’observer au lieu d’écouter la propagande officielle et gouvernementale. La PAC a été l’axe définitif du projet ethnocidaire que l’Etat espagnol a mené sur les peuples péninsulaires.

La PAC a discipliné, monétisé et asservi la campagne comme jamais auparavant.

Dans le monde rural, les deux sont ordinairement subordonnés au gouvernement par des formules de subventions financières qui ont endormi leur initiative et anéanti leur indépendance en échange d’une vie confortable et sans ambitions. L’Etat a besoin de se répandre un peu à tout le monde pour que tout coule.

Cet art de gouverner et de dominer l’intégration des personnes par le biais de subventions, de sinécures et d’avantages est vieux, très ancien.

Actuellement, l’État remporte des victoires politiques, idéologiques et médiatiques retentissantes grâce à une gestion très intelligente de l’argent, qu’il distribue généreusement pour obtenir l’assentiment mental, la dégradation morale et la docilité politique.

La PAC est venue renforcer l’Etat comme jamais auparavant et s’enliser et détruire définitivement ce qui reste de la ruralité.

Le régime de subventions et d ‘«aide» est un moyen d’empoisonner la conscience populaire et de détruire toute opposition politique qui n’est pas simplement nominale en utilisant de l’argent. Les subventions démolissent les bonnes relations entre les gens.

Lorsque l’État prend en charge la satisfaction des besoins du peuple, les relations d’affection et d’entraide sont découragées, qui ne se font plus collectivement pour un service mutuel; ce qui entraîne une perte de respect de soi. La PAC favorise donc la solitude (qui est à l’origine de l’épidémie de dépression actuelle). Cela génère plus d’apathie, plus de tristesse. Par exemple, ce sont les agriculteurs français qui ont le taux de suicide le plus élevé de tous les groupes professionnels.

 

Ce n’est pas un hasard si la possession d’animaux de compagnie a explosé à travers l’Europe; l’usage de drogues; des antidépresseurs; des médicaments psychotropes; sédatifs; de somnifères; des analgésiques; ou anxiolytiques.

Plus l’argent manipulé par l’État est important, plus le réseau de clientèle qu’il déploie autour de lui est important. Le patronage politique généré par la politique agraire communautaire (PAC) dans ce qui reste de la société rurale est étonnant. Avec le clientélisme, les votes sont achetés, les gens sont corrompus, les faibles angoisses sont alimentées, les volontés, les loyautés, les esprits et les cœurs sont achetés. Cela fait de nous de vraies prostituées.

L’une des principales propositions de gauchisme (aile radicale du socialisme d’Etat) est de créer un revenu de base Agr  dans lequel l’Etat espagnol va développer davantage le pouvoir de la discipline, le cadre intense de chantage efficace, un leadership fort ou un monopole efficace des décisions ou des opinions. C’est une proposition pour rendre l’Etat un peu plus liberticide et c’est possible. Que nous dépendons tous de lui. L’agro-écologie doit s’y opposer, elle doit s’opposer à un État tout-puissant. Ils veulent faire aux gens de la campagne ibérique qui restent, comme les Amérindiens, les Inuits canadiens ou les Samis suédois, pour leur donner un revenu et qui, plongés dans l’alcool, la dépression et le déracinement finissent par s’éteindre aussitôt sans soulever trop d’opposition bruyante.

Celui qui paie les règles et celui qui règle tend à devenir accro à ce travail. Quiconque obéit et est «protégé» s’y habitue rapidement, confortablement, et s’imprègne de plus en plus de l’habitude de la servilité. La servilité est l’un des processus de déshumanisation les plus graves.

L’attitude servile envers le pouvoir est un engrais idéal pour les tyrannies de toutes sortes. La dépendance à l’État finit par conduire à l’oubli de la dignité et à l’aggravation des différentes formes d’esclavage.

La PAC a contribué à créer ce que les sociologues appellent une « société agricole », où les gens ne sont traités que sous leurs aspects somatiques et physiologiques, c’est-à-dire comme du bétail ou comme des «travailleurs animaux». Avec tout mon respect et mon affection pour le bétail, nous ne sommes pas du bétail. Nous avons d’autres besoins en dehors des besoins strictement matériels, et l’un est la liberté. Liberté politique, civile et de conscience, exactement ce que nie un État de plus en plus puissant. Sans liberté, le chagrin éclate et les capacités de l’être humain lorsqu’elles ne sont pas utilisées, l’atrophient. De plus, ce qui est donné, s’il n’y a pas de liberté, peut être enlevé.

Plus l’État intervient pour nous donner des choses, plus cela devient nécessaire. La spirale croissante de dépendance qui s’engage avec l’État ne peut avoir de bonne fin.

La société agricole de l’État généreux et attentionné affaiblit la communauté, la famille, l’amitié et toutes sortes de liens interpersonnels. L’atomisation sociale qu’elle génère renforce le lien personne-état et dégrade le lien personne-personne. En payant mes impôts, je peux me désengager moralement des autres parce que l’État s’en charge. Dans cette situation, l’envie et la haine sont endémiques et l’omniprésence de l’État devient extrêmement oppressive et dommageable. La dégradation éthique est le résultat de cette omniprésence.

 

La PAC promeut une paix sociale complètement immorale dans le cimetière car ce statu quo est injuste et oppressant; et vous avez besoin d’une réponse retentissante. La PAC donne une patine de légitimité à l’exploitation fiscale et ouvre la porte à son essor. Il est incontestable qu’il y a toujours un groupe de travailleurs qui porte le fardeau du pillage fiscal sur leur dos. Ils ne sont jamais riches et ne le seront jamais, ne nous leurrons plus. Demander plus d’État, c’est demander plus d’exploitation des travailleurs.

Soutenir la PAC conduit les populations à subir un surmenage et un surmenage plus importants qu’ils n’en souffrent déjà et qui augmentent d’année en année. La nourriture n’est pas seulement payée à la caisse en magasin, mais elle est également payée avec toutes les innombrables taxes payées, de la TVA aux frais obligatoires qui représentent un pillage de pas moins de 8 000/10 000 euros par personne par année en moyenne par travailleur.

Payer les armées de fonctionnaires qui gèrent la PAC est de plus en plus onéreuse et ils ne jouent qu’un rôle purement parasitaire.

La PAC, comme la santé universelle, relève de ce que les économistes appellent «les coûts de légitimité de l’État»; et l’armée appelle le contrôle du «front intérieur». La PAC du point de vue militaire est un pilier fondamental puisqu’une sympathie minimale de la population envers la police et l’armée, envers les institutions doit être recherchée à tout prix, sinon, aux moments critiques, une efficacité suffisante n’est pas atteinte ; arrêtez la mobilisation sociale et vous risquez de perdre du terrain au profit d’autres États ou l’effondrement de tout le hangar.

La PAC ne génère pas seulement de la légitimité mais provoque également des mouvements d’argent et une stimulation du capitalisme, qui est la fleur de serre dont l’État se soucie et arrose avec tant de zèle parce qu’il s’en nourrit. Personne n’oserait dire que la PAC ne stimule pas le capitalisme de manière importante. Sans entreprises en croissance, il n’y a pas d’augmentation des impôts. De cela, il est facile de déduire que l’anticapitalisme pro-étatique est faux, comme nous l’avons déjà dit. Le véritable anticapitalisme ne peut être qu’anti-étatique et c’est une évidence; quiconque rêve d’un État contraire à son essence et à sa nature est hors sol. L’État est un terrible parasite qui grandit et grandit jusqu’à tuer son hôte ou le laisser briser, voir tous les exemples historiques de cela à ce jour: ils sont innombrables.

La PAC se nourrit également d’une idée mendiante qu’un certain sentiment de culpabilité émerge de l’extérieur en voyant mourir la ruralité. Ce sont des miettes, des aumônes qui nous sont lancées pour essayer de cacher une réalité historique d’hégémonie et d’exploitation des systèmes urbains sur les systèmes productifs du secteur primaire. Domaine organisé avec de nombreux mécanismes. L’un d’entre eux est le contrôle à la baisse des prix de ce qui est produit à la campagne réalisé par le pouvoir urbain à travers la PAC.

Un «aliment» produit à bas prix est nécessaire pour les masses urbaines. Je pense que cela maintient la paix sociale et le statu quo. Je le vois chaque jour plus toxique, monotone, insipide et pauvre.

Un autre effet que la PAC produit dans la société est le suivant: quiconque étudie un peu notre mouvement ouvrier découvrira que le soi-disant jaunissement syndical a été historiquement et fermement rejeté, c’est-à-dire des syndicats subventionnés par l’État pleins d’affranchis devenus malsains vivants aux dépens du travail d’autrui et commander sans limites. Nos grands-parents savaient, et ils ont donc écrit et dénoncé sans arrêt à la fin du XIXe et dans la première moitié du XXe siècle (jusqu’à ce qu’ils soient massacrés, emprisonnés ou envoyés en exil après la guerre) que les subventions étaient un moyen d’apprivoiser. Il est évident que ces «aides» produisent une perte très nette de combativité et canalisent les luttes vers l’obéissance. Le jaunissement syndical a été jusqu’en 1979 quelque chose d’étranger à notre culture ouvrière et paysanne. La PAC est quelque chose d’étranger à notre vision du monde, profonde, centrée sur l’amour de la liberté. La PAC est une machine visant à dominer et à détruire la ruralité.

Il est illustratif de réfléchir un instant sur la subvention aux intérimaires agricoles (dite PER, PFEA ou AEPSA), que pour tous les quarante jours ou deux mois travaillés (selon le lieu) l’État vous verse douze mois une subvention dans laquelle vous êtes interdit de le rendre compatible avec un autre travail.

Très loin de mon intention est ici de défendre ou d’exalter le travail salarié, le latifundismo ou les agro-bussines qui pour leurs fabuleuses entreprises, nécessitent une énorme quantité de travail comme l’eau de mai à des moments très précis marqués par les cycles agricoles.

Ce type de capitalisme agraire si soutenu par l’Etat aide les bénéficiaires du PER à être leaders en heures de consommation de télévision (six heures en moyenne par personne et par jour), en obésité, en tabagisme, en diabète, en violence domestique, en acculturation , en dépression, en perte d’estime de soi, en déracinement et en haine de soi. Je ne dis pas que la cause directe de tout cela n’est que le PER, puisque nous avons le libre arbitre ; le libre arbitre et nous sommes des êtres dotés de responsabilités, mais c’est un environnement idéal pour que la population se dégrade physiquement et moralement.

Par contre, l’argent entre les mains de l’État, c’est comme une traite avec une cruche qui fuit, quand vous rentrez chez vous, il y a très peu de lait ramassé. L’appareil bureaucratique et financier aspire énormément d’argent et ce qui atteint finalement les gens représente moins de 30% de ce qui leur est enlevé par la force. Votre éléphantiasis sclérotique est tout sauf efficace et juste. L’État ne s’est révélé extrêmement efficace que dans deux domaines: la propagande et le contrôle policier.

Le soutien social reçu par la politique agraire communautaire ou «par une autre PAC » implique que la situation dans laquelle ceux qui décident de produire des denrées alimentaires en dehors du régime de subvention de la PAC restent est une situation de plus en plus difficile car elle se heurte à un marché avec des prix artificiellement bas et ils sont condamnés à rendre leurs projets non viables parce que les coûts de production et leurs besoins humains ne sont pas couverts.

Les agriculteurs ou les éleveurs qui ne se soumettent pas à l’État sont à la merci du dumping, ainsi que les peuples étrangers qui reçoivent les exportations subventionnées.

Rappelons que dans le cas de l’élevage, par exemple, le petit est complètement en dehors de la PAC (même si nous insistons sur le fait que la solution ne serait pas de subventionner ces enfants avec une PAC différente!). Nous voulons vivre de notre travail, pas de subventions!

Nous entrons dans une énorme crise sociale et l’Etat va avoir de plus en plus de mal à continuer à financer les subventions en général. La crise de l’État providence et l’incapacité de le financer à long terme est une réalité. Pour bâtir une économie résiliente aux crises, nous avons besoin d’une capacité de production sans subventions. Par conséquent, l’auto-organisation, les réseaux de soutien, la régénération communautaire et la mise au centre de l’amélioration des liens interpersonnels sont un besoin pressant.

Pedro Montserrat Recoder (1918-2017), botaniste et écologiste qui a toujours étudié et défendu le pâturage et plus particulièrement les bergers des Pyrénées, a écrit que :

« Il n’y a pas d’autre moyen que la lutte pour le pâturage, si nous voulons revitaliser nos Pyrénées, en évitant les subventions qui conditionnent tant, qui asservissent tant. »

Ce que nous voulons transmettre à propos de la PAC ici, c’est ce que condensent les propos de l’un des derniers bergers des Picos de Europa, Nel Cañedo, qui refuse volontairement de recevoir des subventions de l’Etat: «ma mère n’a pas donné naissance à un esclave ».

4.-LIBERTÉ POLITIQUE

La liberté politique signifie, entre autres, que les règlements sont faits par le peuple au service du peuple et non les règlements faits par l’État au service de l’État et de son beau-fils, le Capital.

La souveraineté politique, fondement nécessaire et incontournable de la souveraineté alimentaire, signifie, en d’autres termes, la liberté politique. Que doit donc revendiquer l’agro-écologie? À quoi devriez-vous aspirer? À l’autonomie gouvernementale par les assemblées, où elles sont complètement souveraines. La liberté politique, fondement de la souveraineté alimentaire, nécessite une décentralisation complète de la prise de décision.

La liberté est, à son tour, incompatible avec la concentration de la propriété et de la richesse.

Par conséquent, l’agro-écologie doit se positionner en faveur de la récupération des conseils ouverts en pleine souveraineté, ainsi que la défense et la récupération des conseils communaux.

L’agro-écologie doit s’émanciper de la vision marxiste et libérale de notre histoire qui n’observe notre ruralité populaire et traditionnelle qu’à partir de critères économiques, en ignorant presque tout de la réalité qui s’est produite. La part du lion de nos communes a été expropriée par l’Etat à partir de 1855 par la confiscation de Madoz. Cela dura jusqu’en 1926 et ce fut la plus grande catastrophe écologique et sociale qui se soit produite dans notre région rurale. Il a entraîné pauvreté / prolétarisation, dépeuplement, déforestation massive, érosion, extinction massive des espèces sauvages et concentration de la propriété entre quelques mains avec une augmentation excessive du pouvoir de l’État et du capital. Ces montagnes, ces terres et ces biens doivent à nouveau être la propriété du commun des voisins et cela doit être un critère de l’agro-écologie actuelle.

L’agro-écologie doit, à son tour, se positionner activement en faveur de la relance de la communauté populaire, de quartier et régionale afin qu’elle assume le pouvoir autonome de créer des règles, des lois et des règlements au service des voisins et non au service de la communauté raison d’État et ses agro-bussines.

L’agro-écologie doit s’opposer à la conception de la société que Benito Mussolini, fondateur du fascisme, a écrit: «Tout dans l’État, rien contre l’État, rien en dehors de l’État». Le fait que l’Etat soit le tout sur le terrain est un paramètre dans lequel non seulement le fascisme évolue mais aussi les partis politiques de gauche en bloc. La gauche ne cherche-t-elle pas la même chose que Mussolini exprime dans la phrase ci-dessus?

Le concept d’État social est typique du bagage culturel politique allemand. Elle a été forgée par les fonctionnaires du chancelier Bismarck pour démanteler l’auto-organisation ouvrière allemande et la remplacer par une aide sociale organisée d’en haut. Bismarck, généralissime de l’armée allemande, cherchait à dominer ce qu’on appelle en polémologie le front intérieur, c’est-à-dire à amener les classes populaires à se sentir identifiées aux élites, à leur obéir et à mourir soumis pour elles. Le national-socialisme allemand a terminé la vulgarisation du concept d’État social en faisant le vôtre. Bien qu’il s’agisse d’un concept nazi, il est aujourd’hui largement utilisé par l’extrême gauche la plus radicale, qui cherche, après tout, la même chose que les nationaux-socialistes: un État tout-puissant.

Pour cela et pour bien plus encore, l’agro-écologie doit s’opposer au renforcement, à l’omniprésence et à l’ingérence de l’Etat dans de plus en plus de domaines de la vie. L’agro-écologie doit se positionner contre ce fascisme, aussi bien à droite qu’à gauche. L’argument de la santé, de l’environnement ou de la sécurité est utilisé sans retenue et sans repos – par la gauche en particulier – pour réglementer, depuis les sièges des gouvernements et leurs bureaux délégués, la vie des personnes qui travaillent et vivent encore aujourd’hui dans les zones rurales. Cela provoque un manque de liberté hyper destructif à tous les niveaux. Cette action «bien intentionnée» est un générateur naturel de dépeuplement, d’abandon, de paresse, de dépression et de mort. Les politiques visant à une plus grande nationalisation ne produisent qu’un plus grand fascisme.

Le juriste Santiago Araúz de Robles dans son ouvrage essentiel « Les déserts de la culture, une crise agraire » raconte les investigations qu’il a menées sur la ruralité de la Communauté de Villa y Tierra de Molina de Aragón, en 1979.

«L’entrée de l’État dans la société rurale, comme une maladie mortelle, est d’une grande importance pour comprendre pourquoi le milieu rural est dépeuplé. Il est plus que la confrontation d’un secteur économique à l’autre, du secteur rural avec les secteurs de l’industrie et des services: il est, en quelque sorte, une abdication forcée de la société à l’Etat.  » [...] » S’adressant à un voisin, il m’a dit que le régime du conseil ouvert donnait à chaque voisin un sentiment de proéminence qu’il assimilait à un sentiment de bonheur … Le bonheur n’est possible que quand on a l’impression, plus c’est réel, mieux c’est, de quoi la vie qui est vécue est sa propre création et non l’imposition de quelqu’un d’autre. En d’autres termes, quand on participe réellement, on peut participer à la configuration de cette circonstance sociale, cela constituera plus tard la sphère dans laquelle se meut le moi. Ce n’est pas que ce soit une condition suffisante, mais c’est une condition inexcusable … Il n’est pas rhétorique d’affirmer que lorsque les peuples ont cessé de se gouverner eux – mêmes, parce que les organes des agents de l’État ont commencé à agir efficacement … les hypothèses pour le bonheur du groupe, les  conditions politiques « De ce bonheur ils ont disparu en réalité. »

Araúz de Robles dit, par exemple, que l’interdiction par l’État des soi-disant «zofras» (conventions de rassemblement pour organiser une taxation en nature sur la base de travaux pour réaliser des travaux ou fournir un service d’intérêt général au quartier) a grandement appauvri la vie rurale à tous points de vue. Il raconte comment c’est la privatisation de la commune par l’Etat et la hausse effrénée des impôts qui ont amené la pauvreté dans les zones rurales.

Le système d’assemblage traditionnel de notre ruralité reposait sur le principe que seules la présence active, la responsabilité personnelle et l’intervention directe sont démocratiques, alors que la représentation ne l’est pas. Personne n’est plus que quiconque et c’est pourquoi personne ne peut être représenté et personne n’est en mesure de représenter qui que ce soit. Dans notre ruralité, il était entendu que la représentation niait l’essentiel de la liberté individuelle. La démocratie et la démocratie directe étaient synonymes. D’un autre côté, la démocratie représentative est une forme de dictature, la dictature de nos jours.

Bref, l’agro-écologie doit contribuer à être libre. Ne permettons pas à l’agro-écologie de finir comme des Organisations Non Gouvernementales qui sont aujourd’hui des Organisations Oui Gouvernementales.

María Bueno González et Enrique Bardají Cruz, chevriers des Pyrénées de Huesca.

23 septembre 2020.

 

Partager cet article