Toutes les religions sont liberticides

Amphore Malia (1)

Le dieu des chevaux possède quatre pattes et une queue, dirait Platon; mais, comme tout le monde le sait probablement, les chevaux ne prient pas, bien que parfois ils soient si calmes et réfléchis que quelqu’un est entré dans le doute: dorment-ils les yeux ouverts ou blasphématoires? Au-delà de l’ironie facile – désormais possible grâce à la disparition de l’Inquisition, car sinon il y aurait un risque de se retrouver sur le bûcher – il faut se rendre compte que la modernité, née des Lumières, est entrée en crise et, avec elle, aussi son programme antireligieux. En fait, il y a une résurgence des cultes, parmi les dérivés spirites du christianisme et des cultes chamaniques, tandis que le pape acquiert une notoriété mondiale, plus politique que religieuse, qui ferait pâlir ses prédécesseurs. Mais tout cela semble avoir à voir avec l’Europe et ses pays dérivés, en particulier l’Amérique latine, le continent le plus catholique du monde, et les États-Unis, où les mouvements évangéliques fondamentalistes et traditionalistes d’origine chrétienne ont trouvé un président qui les soutient et les encourage explicitement Si nous mettons tous ces gens dans le même sac, nous pourrions atteindre trente pour cent de la population mondiale qui, avec vingt pour cent de musulmans et deux pour cent de juifs, constitue au moins cinquante pour cent d’une population mondiale dont les croyances dérivent de la mythologie juive méditerranéenne, façonnant les « religions du livre », c’est-à-dire l’existence dans les trois cas de textes sacrés liés les uns aux autres, qui relient leur vérité absolue, le cœur des choses et l’histoire . La valeur de ces textes, périodiquement ravivés par des rites, dériverait directement du seul vrai dieu par des canaux spirituels.

En tout cas, il n’est pas nécessaire de tomber dans le piège des nombres globaux, qui se généralisent tellement qu’on finit par ne pas faire de distinction entre étiquettes génériques et croyances profondes, pas plus qu’on ne réfléchit beaucoup au fait que le paradis consumériste que l’Occident impose au monde a fini par « frivoliser » les univers symboliques traditionnels, les remplaçant par des mythologies matérialistes liées à l’accès à des biens superflus qui confèrent un statut. Quoi qu’il en soit, il y a l’autre moitié du monde qui n’est ni chrétienne ni musulmane, mais on ne sait pas trop ce que c’est, comme le reconnaît le rapport du Pew Research Center 2015, à l’exception, bien sûr, des sept pour cent de bouddhistes. Sans aucun doute, vous pouvez demander aux parties prenantes, quelque chose que les anthropologues occidentaux font depuis deux cents ans. Cependant le problème ne réside pas seulement dans le décodage des réponses, mais surtout dans la question qui se pose ou avec quels yeux vous regardez. En fait, nous sommes convaincus – et nous ne sommes pas les seuls – que la « question » sur la « religion » du voisin non occidental est imparfaite en elle-même: seules les choses connues ont été recherchées et pas complètement différentes, et comme c’était le cas écarter l’universalité de la religion, une conception dérivée précisément du christianisme, voilà ce qui était recherché, sans se rendre compte que de cette façon l’imaginaire des peuples qui ne s’étaient jamais cru … étaient colonisés … religieux!

Afin de ne pas tomber dans des réactions décomposées, il vaut mieux préciser que je ne nie pas – du moins pour l’instant – que les humains en général puissent avoir une vie «spirituelle», mais je crois que la définition utilisée par les anthropologues du XIXe siècle, et qui a déterminé les chercheurs du XXe siècle, il s’agissait d’une idée de religion fortement tirée de l’expérience occidentale, c’est-à-dire du chrétien: un système de croyances, dérivé du livre sacré révélé par Dieu, avec une structure centralisée dans une forme d’Eglise Par conséquent, en combinant l’idée de l’universalité de l’attitude religieuse avec l’expérience historique, il est conclu que les peuples non occidentaux étaient religieux, oui, mais à un stade primitif ou, en tout cas, moins développés qu’ en occident. En ce sens, la réaction des Espagnols est illustrative lorsqu’ils sont arrivés au Mexique et ont découvert étonnés que les indigènes avaient également des temples, qu’ils ont immédiatement appelés «mosquées» et non églises. Les autres étaient encore sauvages et, comme l’écrivait Christophe Colomb à son arrivée dans les Caraïbes: « Je ne vois pas qu’ils ont une religion et qu’ils pourront bientôt les convertir ». Cette idée évolutive de la religion, cohérente avec les courants de pensée de l’époque, a incité, par exemple, le sociologue  français Durkheim à parler de « formes élémentaires de vie religieuse » dans le cas des indigènes australiens. Pendant ce temps, avec une plus grande présomption chrétienne, à une époque fasciste, l’italien Pettazzoni croyait avoir montré que tous les peuples étaient monothéistes! Persino Di Martino, étudiant la magie lucanienne, a conclu qu’entre les rites magiques et la masse chrétienne il n’y avait pas de différences sauf dans le degré de complexité, et il avait sûrement raison, pas dans le sens où la magie était une religion simplifiée mais que les rituels chrétiens étaient magiques.

 

À une époque plus proche, une anthropologie plus critique a finalement surmonté en partie les anciennes définitions, concluant que par la religion, il faut comprendre un système de croyances, sous quelque forme qu’elles se manifestent. En tout cas, le problème reste ouvert, surtout si l’on considère que parler du système nous amène à penser à quelque chose d’unifié et de cohérent, quand ce n’est pas toujours le cas, et chaque groupe local élabore à sa manière les idées générales que l’Histoire a produites en Tout le monde. Pour vérifier ce que nous voulons dire, il est clair que pour produire la culture dans un sens anthropologique, chaque société pose des questions et cherche des réponses, et ces questions ne sont pas seulement dirigées vers le monde matériel mais aussi interrogent l’immatériel. Appeler cette seconde recherche «spirituelle», c’est retomber dans le piège des idées occidentales, sans doute respectables mais pas universelles.

 

L’attitude dans la recherche dans le monde immatériel ou, du moins, pas complètement visible à nos yeux, peut être de différents types, y compris – comme Borges l’a dit- les rêves, comme cela est évident chez Freud. En tout cas, on peut simplifier en disant que chaque peuple, bien qu’à un degré différent, fait des expériences pour comprendre la réalité, mais produit également une mythologie pour expliquer le monde, une pensée philosophique qui, dans certains cas, est présente dans les rites. Dans ce cas, le mot «foi» est souvent utilisé pour expliquer l’attitude: on croit dans une explication, même s’il n’y a pas de preuve matérielle. Ici, un large éventail de possibilités s’ouvre: par la foi, je crois en un dieu créateur ou que chaque arbre a un esprit gardien; Je crois aux anges gardiens ou que tôt ou tard je recevrai le numéro de loterie gagnant… Étant donné une langue et un système de croyances idéologiques, religieux et politiques, nous procédons à la recherche de signes matériels de la valeur de chacun d’eux, et non impulsion génétique ou innée, mais pour essayer de trouver un sens face à la complexité du monde, craignant en arrière-plan qu’il n’y ait pas un tel sens et nous devrions être ceux qui doivent le donner, et non individuellement mais en commun avec les autres, avec conditions et espoir.

 

Si, comme le dit le mythe chrétien, « c’était d’abord le mot » ou plus exactement le verbe, alors la religion n’est qu’un moyen, parfois dramatique et violent, de dire les choses du monde: ce n’est sûrement qu’une maladie de la langue.

 

Emanuele Amodio

 

A noter que nombre de personnes sont considérées comme catholiques parce qu’elles ont été baptisées lorsqu’elles étaient « bébé ». Par la suite, vous pouvez être un athée 100% anarchiste, vous serez toujours considéré comme catholique par les liens du baptême. Même si vous demandez à être débaptisé, la plupart du temps les curés ne répondent pas et si vous êtes radiés, les culs-bénis vous recensent toujours parmi eux.

Quant à la religion musulmane, dans les pays où les gouvernements érigent cette religion en religion d’Etat, rares sont ceux et celles qui osent défier la puissance religieuse sous peins d’incarcération voie avec la mort au tournant. En toute liberté de conscience, bien sûr.

Ces constats amoindrissent de fait le nombre de croyants.( GLJD)

Partager cet article