La Révolution de 1848 à Rouen

proudhon1[1]

ROUEN 1848 :
LA SAINT-BARTÉHLÉMY ROUGE
Vivre en travaillant ou mourir en combattant
[La Bourgeoisie]… ne sait encore à quelles causes, attribuer les insurrections de Rouen, d’Elbeuf, de Limoges et des autres provinces.
Les causes ?
Mais c’est la République de Février, Messieurs, qui, avant d’agoniser, se tord dans des convulsions terribles !
C’est le prolétariat qu’on voulait endormir et qui se réveille le ventre vide !
C’est la question sociale qui se pose de nouveau devant vous, plus menaçante que jamais !
C’est la misère qui devient, à la fin, insupportable !
C’est la faim, cette vieille révolutionnaire de Lyon, de Saint-Étienne, de Rive-de-Gier, et de Buzançais !
Le Représentant du Peuple
(Journal de Proudhon)
3 mai 1848

La_rvolution_de_1848__Rouen

Partager cet article