Idées reçues sur l’anarchisme

Anarchistes contre le capital

Les anarchistes sont de doux rêveurs ?
Qui sont les rêveurs ? Ceux qui croient que le capitalisme basé sur la compétition, le profit, donc l’exploitation, peut apporter bonheur, ou ceux qui ont pris conscience que cette organisation sociale et ces valeurs sont vouées à une impasse, avec la misère et la précarité qui se généralisent aux côtés de riches jouisseurs protégés par les flics ? À la compétitivité et à la charité nous opposons l’entraide et la coopération. L’entraide favorise l’émulation, la stimulation, l’initiative individuelle, en préservant l’égalité. En concurrence, il y a peu de gagnant et beaucoup de perdants.
Anarchiste, nous travaillons sur nous-mêmes ; nous nous éduquons pour démonter les mécanismes de domination de cette société (racisme, patriarcat, capitalisme, religion, dogme, ordre moral, politique). Nous essayons d’avoir des rapports libertaires avec les autres. Parce que non né en anarchie, l’anarchiste travaille sur elle pour créer de tels rapports avec son entourage. Parce que cette société est oppression, il/elle se révolte, s’insoumet, et s’organise pour la renverser. Il/elle veille aussi à ses choix de consommation. Les doux rêveurs ne sont-ils pas plutôt ceux qui remettent leur sort entre les mains des politiciens, qui font une action politique en mettant juste un bulletin de vote dans une urne ? Ceux-là se livrent pieds et poings liés aux dominateurs de toute obédience.

Anarecolos
Ces critiques nous parviennent en général de ceux qui ont des privilèges à défendre, de ceux qui sont ou qui aspirent au pouvoir (de l’extrême droite à l’extrême gauche en passant par le centre), ou de ceux qui ne font rien pour justifier leur apathie. Et pourtant, tous auraient intérêt à l’anarchie ! Les derniers parce que au vu de  » l’évolution  » du capitalisme, il est fort possible qu’il fassent partie des  » exclus « , en tout cas des précaires, dans un proche avenir. Les premiers parce qu’être privilégié ou primer le pouvoir, c’est toujours vivre sous la menace de le perdre (même si les médias et la police encadrent bien la population actuellement).

L’anarchie, c’est une société sans classe ni État. C’est l’abolition des privilèges, c’est la fin de l’autorité (politique, économique, morale et religieuse). C’est plus que l’égalité de droit, c’est l’égalité économique et sociale. C’est le développement de la personnalité, c’est l’autonomie de l’individu. C’est la libre association, c’est permettre à chacun d’être acteur de la vie sociale.

Ce n’est pas le meilleur des mondes, c’est un monde meilleur.

Id-es Re-ues sur l-Anarchisme

Partager cet article