C’est les vacances, on en profite pour lire.

Evolution

Lucien Descaves (1861-1949) fut un curieux personnage. Naturaliste de la première heure, il dénonça Zola pour son « penchant à la scatologie ». Antimilitariste, il fit un bon soldat, promu sous-officier, et en tira une forte étude des moeurs militaires, Sous-offs, qui lui valut quelques ennuis judiciaires et… une certaine notoriété. Anticonformiste, il finit à l’Académie Goncourt, non sans avoir manifesté d’évidentes sympathies pour la faune anarchiste de son époque et compté parmi les dreyfusards de premier rang. Écrivain plutôt conventionnel dans la forme, il aborda souvent, sur le fond, des thématiques de rupture : le sort des pauvres, le destin des insoumis et leurs rêves – parfois démesurés – d’émancipation. En cela, il reste représentatif de ce temps où, nais-sante, la « Sociale » trouva, chez quelques littérateurs reconnus ou en phase de l’être, des regards connivents et des oreilles attentives.
La particularité de Descaves, c’est qu’il manifesta, sa vie durant, pour la Commune – qui dé-buta le jour anniversaire de ses dix ans de gamin de Paris – un intérêt jamais démenti. Comme écrivain et auteur de théâtre1, comme archiviste de l’événement (sa bibliothèque était riche, écrivit Victor Méric, de « documents, mémoires, vieux journaux, paperasses de toutes sortes » relatifs à l’insurrection de 1871), comme soutien actif de communards exilés ou déportés (qu’il visita, de 1871 à 1880, à Londres, à Genève, à Bruxelles, à Strasbourg, à New York et en Nouvelle Calédonie), comme ami de Benoît Malon, de Félix Piat, d’Eugène Vermersch, de Charles Gambon, de Maxime Vuillaume et de Gustave Lefrançais (dont il préfaça les Cahiers rouges du premier et les Sou-venirs d’un révolutionnaires du second, avant de devenir son exécuteur testamentaire). La Commune fut donc l’affaire de Descaves, sa cause.

origines_de_la_commune_l._descaves_

reconstruire_le_projet_d_emancipation

peirats_ealham_

Partager cet article