A bas l’armée: vive la désobéissance

pecheurs

Dépenses odieuses

Alors que nombre d’économies se débattent dans des difficultés récurrentes : taux de chômage insupportable ou nombre de chômeurs moindre mais avec une précarité accrue, manque de médecins, de spécialistes (ophtalmos, gynécologues, cardiologues…), pauvres qui n’ont plus les moyens de se soigner, difficultés et inégalités scolaires notamment des enfants défavorisés, ghettoïsation de quartiers entiers, violence endémique…des milliards d’euros sont engloutis dans les guerres. Les armes modernes sont de plus en plus coûteuses, rien n’est assez beau, rien n’est assez cher pour montrer ses muscles et éliminer l’ennemi, réel ou fictif. Ces sommes colossales qui servent à payer les guerres, d’où viennent-elles ? On connaît la chanson de tous les gouvernants : on ne peut améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs, on ne peut augmenter les budgets vitaux…Ils n’ont pas assez de fric. Impossible donc d’augmenter les petites retraites, les petits salaires. Impossible de faire davantage pour la recherche médicale, contre le cancer par exemple. Et puis les migrants, les pays dits émergents qui sont souvent de vastes territoires où l’on crève de faim et où l’on s’écharpe régulièrement. Ah ! On voudrait bien changer les choses, soulager la misère, mieux soigner les gens mais sans moyens financiers, que faire !

Pourtant depuis des années, chaque mois des millions sont dépensés même si les guerres doivent durer des années (Mali, Irak, Syrie…), la source du pactole ne se tarira pas. Indochine (de 1946 à 1954), Algérie (de 1954 à 1962), et maintenant les conflits en cours pour l’armée française…

C’est curieux, cet argent inexistant pour les œuvres de vie, pour le bonheur des peuples, on le trouve par milliards pour financer la détresse, la souffrance et la mort. Ces hypocrites, canailles de surcroît, nous roulent dans la farine.

En 2018, le budget de l’armée sera porté à 34,2 milliards d’euros soit 1,8 milliard de plus qu’en 2017. C’est une promesse de 190 milliards sur le quinquennat de Macron !

La seule attitude qui serait digne pour nous autres, citoyens lambda, ce serait de refuser de participer à toute aventure guerrière. Le refus d’obéir est une arme non-violente. Sachons l’utiliser à bon escient et le plus collectivement possible. Pas un sou pour l’armée, pas un rond pour la guerre.

GLJD

 

Partager cet article