Démystifier les malentendus courants à propos de l’action directe

Sardinières 2

Démystifier les malentendus courants à propos de l’action directe

L’action directe – c’est-à-dire tout type d’action qui va au-delà des canaux établis pour atteindre directement vos objectifs – a un héritage long et riche en Amérique du Nord. Malgré cela, il existe de nombreux malentendus à ce sujet, en partie à cause de la façon dont il a été déformé dans les médias d’entreprise.

1. L’action directe est le terrorisme.

Le terrorisme est conçu pour intimider et ainsi paralyser les gens. L’action directe, elle, cherche à inspirer et donc à motiver les gens, à leur montrer le pouvoir que nous avons en tant qu’individus pour atteindre nos objectifs par et pour nous-mêmes. Alors que le terrorisme est le domaine spécialisé d’une classe qui cherche à s’emparer du pouvoir pour lui-même, l’action directe montre des possibilités dont les autres peuvent profiter, permettant aux gens de prendre le contrôle de leur propre vie. Dans le pire des cas, une certaine action directe peut entraver les activités d’une société ou d’une institution que les militants perçoivent comme faisant une injustice; mais ce n’est qu’une forme de désobéissance civile, pas de terrorisme.

2. L’action directe est violente.

Dire qu’il est violent de détruire la machinerie d’un abattoir ou de briser la fenêtre d’un parti politique qui promeut la guerre, c’est donner la priorité à la propriété sur la vie humaine et animale. Cette objection valide subtilement la violence contre les êtres vivants en accordant toute son attention aux droits de propriété et non à d’autres faits fondamentaux.

3. L’action directe n’est pas une expression politique mais une activité criminelle.

Malheureusement, le fait qu’une action soit légale ou non n’est pas une bonne mesure de son caractère équitable ou non. Les lois de Jim Crow étaient des lois après tout. S’opposer à une action simplement parce qu’elle est illégale évite la question la plus importante de savoir si elle est éthique ou non. Faire valoir que nous devons toujours obéir aux lois, même si nous considérons qu’elles ne sont pas éthiques ou impliquent des conditions contraires à l’éthique, c’est croire que les positions arbitraires du système juridique ont une plus grande autorité morale que notre propre conscience et cela nous rend complices face à l’injustice. Lorsque les lois protègent l’injustice, les activités illégales ne sont pas des vices et l’obéissance docile à la loi n’est pas une vertu.

4. Une action directe n’est pas nécessaire là où les gens ont la liberté d’expression.

Dans une société dominée par les médias d’entreprise avec une vision tunnel croissante, il est presque impossible d’engager un dialogue public sur une question à moins qu’il ne se passe quelque chose qui attire l’attention sur elle. Dans ces conditions, l’action directe peut être un moyen de promouvoir la liberté d’expression plutôt que de l’écraser. De même, lorsque des personnes qui s’opposeraient autrement à une injustice l’acceptent maintenant comme inévitable; il ne suffit pas d’en parler, il faut démontrer qu’il est possible de faire quelque chose.

5. L’action directe vous isole.

Au contraire, de nombreuses personnes qui se sentent isolées par la politique partisane traditionnelle se sentent inspirées et motivées par l’action directe. Différentes personnes ressentent différentes approches appropriées; un mouvement qui cherche à être inclusif doit offrir un large éventail d’options. Parfois, les gens qui partagent les objectifs de ceux qui agissent directement tout en s’opposant à leurs moyens, dépensent toute leur énergie à discréditer une action qui a été réalisée. Ce faisant, ils arrachent la défaite aux mâchoires de la victoire: il vaudrait mieux en profiter pour concentrer toute leur attention sur les questions sur lesquelles l’action tentait d’attirer l’attention.

6. Les personnes qui pratiquent l’action directe devraient plutôt travailler par des voies politiques établies.

De nombreuses personnes qui pratiquent l’action directe travaillent également au sein du système. Un engagement à utiliser tous les moyens institutionnels pour résoudre les problèmes n’exclut pas nécessairement un engagement égal à aller de l’avant lorsque les canaux institutionnels ne peuvent pas faire face.

7. L’action directe est exclusive.

Certaines formes d’action directe ne sont pas ouvertes à tous, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’elles ne valent rien. Nous avons tous des préférences et des capacités différentes, et nous devons agir en conséquence. La question importante est de savoir comment les différentes approches des individus ou des groupes qui partagent les mêmes objectifs à long terme peuvent être intégrées de manière à pouvoir se compléter.

8. L’action directe implique la lâcheté.

Cette accusation vient presque toujours de personnes qui ont le privilège de parler et d’agir publiquement sans crainte de répercussions; ou ce qui est pareil, de ceux qui ont le pouvoir dans cette société et de ceux qui acceptent docilement votre pouvoir. La Résistance française aurait-elle dû faire preuve de courage et de responsabilité face à l’invasion de l’armée nazie en plein jour, se condamnant à la défaite? Donc, dans un pays de plus en plus terrorisé par la police et la surveillance fédérale de pratiquement tout le monde, il n’est pas surprenant que ces dissidents veuillent protéger leur vie privée.

9. L’action directe n’est pratiquée que par les étudiants universitaires / les enfants riches privilégiés / les pauvres désespérés / etc.

Cette allégation est presque toujours faite sans référence à des faits spécifiques, tels que la calomnie. En fait, l’action directe est et a toujours été pratiquée de diverses manières par des personnes d’horizons différents. La seule exception possible pourrait être les membres des classes les plus riches et les plus puissantes qui n’ont pas besoin de pratiquer une quelconque action illégale ou controversée; car, comme par coïncidence, les canaux politiques établis correspondent parfaitement à leurs besoins.

10. L’action directe est l’œuvre de provocateurs.

C’est une autre spéculation qui se fait normalement à distance, sans preuves concrètes. L’allégation selon laquelle l’action directe est toujours l’œuvre de provocateurs de la police ne donne pas le pouvoir: elle exclut la possibilité que des militants puissent faire quelque chose comme ça pour eux-mêmes, surestimant le pouvoir du renseignement policier et renforçant l’illusion que l’État est omniprésent. De même, il exclut à l’avance la valeur et le fait de la diversité des tactiques. Si les gens se sentent en droit de prétendre que toute tactique qu’ils n’approuvent pas est une provocation policière, cela ferme la possibilité d’un dialogue constructif sur les tactiques appropriées.

11. L’action directe est dangereuse et peut avoir des répercussions négatives pour les autres.

L’action directe peut être dangereuse dans des climats politiques répressifs et il est important que ceux qui la pratiquent fassent des efforts pour ne pas mettre les autres en danger. Ce n’est pas nécessairement une objection contre cela, de toute façon – au contraire, quand il devient dangereux d’agir en dehors des canaux politiques établis, il devient plus important de le faire. Les autorités peuvent utiliser l’action directe comme excuse pour terroriser les innocents, comme Hitler l’a fait quand le Reichstag a été incendié, mais ce sont les personnes au pouvoir qui doivent répondre des injustices qu’elles commettent en le faisant, pas celles qui se sont opposées à elles. De même, bien que ceux qui pratiquent l’action directe soient en fait à risque, face à une injustice insupportable, il peut être plus dangereux et irresponsable de laisser faire et de ne pas apporter de réponse.

12. L’action directe n’aboutit à rien.

Chaque mouvement politique efficace à travers l’histoire, de la lutte pour la journée de huit heures à l’occupation des usines en 1936 en France, a utilisé une certaine forme d’action directe. L’action directe peut être un complément aux autres formes d’action politique de différentes manières. Si ce n’est pour une autre raison, cela sert à souligner la nécessité de réformes institutionnelles, donnant à ceux qui les poussent plus de leviers pour négocier. Mais vous pouvez aller au-delà de ce rôle de soutien pour suggérer la possibilité d’une manière complètement différente d’organiser la vie humaine, dans laquelle le pouvoir est réparti équitablement et les gens ont une voix égale directement sur toutes les questions qui les concernent.

Partager cet article