Nous voulons abolir la division du travail

Rojava (1)

L’article publié ci-dessous fera écho « aux anciens » à la conférence donnée par Jacky Toublet au Havre, à l’initiative du Groupe Libertaire Jules Durand, il y a 25 ans, déjà, à la salle des Sociétés savantes…

« Nous voulons abolir la division du travail. En effet, c’est le capitalisme qui génère avec la division des classes que certains s’emploient au travail manuel lourd, et d’autres au travail intellectuel. Dans le socialisme libertaire, nous exigeons que la technologie remplace en permanence le travail le plus difficile, afin que les quotas de travail nécessaires pour maintenir la collectivité (matériellement couverte) soient aussi peu nombreux que possible. L’abolition du travail obligatoire exige cependant que les travailleurs soient disposés à être dans l’usine, dans les champs et au bureau, selon les besoins de chaque individu de la communauté.

Cependant, les défis de la société du 21e siècle nous obligent à repenser le travail des experts et leur rôle dans la Révolution. Nous devons former un mouvement « politique » qui renverse l’État et exproprie tous les moyens de production des bourgeois. Mais une fois que nous faisons cela, nous devons établir le nouvel ordre. Si l’anarchie est l’ordre et non le chaos, c’est parce qu’il y a un mouvement prêt à rétablir l’ordre.

L’ordre actuel n’est pas le même que celui qui nous a précédés. Le monde d’aujourd’hui ne ressemble pas à celui de Malatesta, encore moins à celui de Bakounine, de Proudhon et de Marx. Si nous voulons éviter une rechute dans le primitivisme, nous devons considérer que la complexité croissante des technologies du processus de production et des relations économiques n’est pas quelque chose qui doit être purement et simplement éliminé pour revenir à un passé précapitaliste en termes technologiques. En fait, non seulement la technologie envahit notre processus de production, mais nous entretenons également une relation métabolique avec elle.

Le progrès technique et la technique en général n’appartiennent pas au capitalisme. Ce qu’il faut faire, c’est soumettre la production et l’utilisation de la technologie à une évaluation éthique radicale.

Cependant, la réorganisation de la société post-révolutionnaire devra prendre en compte comme l’un de ses thèmes centraux la complexité de la vie et de la société au 21e siècle. Comment allons-nous revenir à l’ordre? Qu’allons-nous faire différemment, qu’allons-nous commencer à faire (maintenant et à long terme), qu’allons-nous arrêter de faire (maintenant ou autant que possible)? Un délire primitiviste semble qu’une fois la révolution venue, « l’autogestion » est prescrite pour chacun et que cela signifie que chaque individu ou famille doit faire un jardin à la maison et dans le meilleur des cas construire un moulin pour produire du pain et une éolienne, des panneaux solaires pour l’électricité. Il n’est pas sage de dire aux gens que la révolution signifie l’abolition d’Internet, du numérique, des avions et des aliments en conserve. Il est raisonnable que dans le moment révolutionnaire, comme l’a dit Kropotkine, nous devons nous concentrer sur la satisfaction des besoins matériels de ceux qui ne les ont pas couverts. Mais c’est une erreur de penser que cela signifie simplement aller chercher les sans-abri et leur donner un logement. Nous devons supplanter ce que les supermarchés, les magasins de quartier et les marchés de rue faisaient dans de nombreuses villes pour fournir aux gens des produits de base. Nous devons rapidement réapprovisionner le service hospitalier et que les traitements, pharmaceutiques ou non, continuent et reprennent comme avant la révolution: améliorés s’ils fonctionnaient mal et se concentrer sur le service aux nécessiteux et ne pas en profiter ou, ils commencent lorsque la personne qui en avait besoin ne pouvait pas y avoir accès. Nous devons reconstituer le service d’électricité, de gaz et d’eau dès que possible, puis nous interroger sur la transition écologique si nécessaire, qui pourrait probablement avoir lieu plus rapidement alors, avec l’élimination de la bureaucratie et des intérêts économiques privés.

Il est probable que, pendant un certain temps, nous pourrons tous nous passer de la crème au chocolat aux noisettes, du rasage et de la cire, même de l’alcool; pendant un certain temps jusqu’à ce que les efforts du mouvement révolutionnaire visent à satisfaire les besoins fondamentaux et à établir la logistique qui les soutienne à long terme. Mais nous ne sommes probablement pas aussi tolérants à l’idée de manquer Internet trop longtemps; et proposer probablement comme solution que chaque individu devra moudre ses propres noisettes n’est pas présenté comme le scénario souhaité. Nous voulons que tout le monde puisse broyer ses noisettes, mais aussi celui qui ne veut pas, peut accéder à la crème de noisette quand même.

Le système actuel fonctionne à la suite d’une hyperspécialisation. Cela montre que l’établissement de l’anarchie ne peut pas signifier aussi rapidement ou instantanément (et donc nous ne devons pas confondre la « Révolution » avec une insurrection générale concrète) l’élimination de la division du travail. Le mouvement révolutionnaire, pour consolider l’anarchie, doit non seulement avoir des déterminations morales fermes, mais aussi une compréhension suffisante de la dynamique de la société pour que nous comprenions le monde que nous aurons à exproprier, celui de la bourgeoisie. Sinon, il n’y aurait aucun moyen pour la suggestion de Malatesta, à savoir que le mouvement révolutionnaire est composé non seulement d’anarchistes, mais d’autres qui trouvent dans l’anarchie une meilleure façon de vivre pour eux (c.-à-d. recherche d’avantages individuels). Peu de gens nous suivront dans la lutte si nous ne garantissons pas que l’Internet et les produits de première nécessité ne reviennent pas aussitôt ou à très court terme.

Nous ne sommes pas voués à la division du travail pour toujours. Le travail sera désormais effectué par des machines et des travailleurs. Cependant, pour que les machines fassent le travail, il faudra des experts, des ingénieurs (qui font les machines) et des connaisseurs de processus pour faire avancer l’automatisation, sachant que ce que nous devons réaliser est l’abolition du travail salarié. Le travailleur est là, accomplissant une tâche professionnelle dictée par les besoins de la communauté, pour maintenir le bien-être de tous.

Il faut bien comprendre que l’élimination de la division du travail n’est pas tant que les informaticiens vont sur le terrain, mais plutôt que chacun peut vivre selon les activités qu’il souhaite exercer. Que personne ne soit obligé de travailler en tant que vendeur, agriculteur ou programmeur s’il ne le désire pas. Que si quelqu’un aime faire de la philosophie et fabriquer des instruments de musique, il peut faire les deux quand bon lui semble. Que personne n’est condamné à être avocat ou mineur en raison de la position d’origine, de la tradition sociale ou du marché du travail. Que chacun contribue selon ses capacités signifie à la fois selon ce qu’il peut faire et ce qu’il est disposé à faire. Nous ne doutons pas qu’il existe des professionnels satisfaits de leurs spécialités et que ce que nous voulons, c’est leur offrir qu’ils pourront se consacrer à leurs tâches sans la pression de la productivité, du profit, des délais ou des ressources. Les travailleurs qualifiés comprennent que dans l’anarchie, la technique sert à améliorer la vie humaine et donc ils concentreront leurs efforts en ce que nous pouvons produire plus, mieux, plus rapidement, plus propre et avec moins d’effort; et qu’en même temps, nous pouvons améliorer la vie de bien des façons en ce qui concerne le transport, la guérison d’une maladie, la communication avec les autres, etc. Et il n’y aura aucun problème si l’expert veut prendre 5 ans pour faire avancer d’un iota ses recherches ou si le musicien veut sortir un album tous les dix ans. De chacun selon sa contribution et selon son amour pour tous; car oui, comme disait Malatesta, la fameuse phrase qui résume le communisme libertaire ne peut réussir que si elle suppose l’abondance et l’amour.

En ce sens, il semble que toutes les approches qui supposent une distanciation totale ou graduelle de la technologie, à la recherche d’une re-ruralisation de l’humanité, à la recherche du déclin, supposent que la bataille est déjà perdue; que la technologie appartiendra toujours au monde capitaliste et que notre protection contre le capitalisme implique toujours de nous en protéger. Et cela ne pourrait être vrai que si les anarchistes abandonnent définitivement l’idée de révolution et se contentent de former de petites communautés de résistance, où l’autogestion ne signifie guère plus que les vergers et les éoliennes. Cependant, il nous serait très difficile de réaliser les grandes promesses de l’anarchisme alors qu’il faudrait encore qu’un membre de notre commune autogérée doive se rendre dans la « civilisation » pour le traitement du cancer ou à la recherche d’un spécialiste. En bref, le débat sur l’opportunité de passer uniquement par la construction  de cellules autogérées par le bas est quelque chose qui ne réglera pas la gestion de la société dans son entièreté…

 

PS : Si nous suivons les anarcho-syndicalistes sur la production gérée par les syndicats, nous pensons que laisser aux seuls syndicats le sort des travailleurs représente un danger, notamment au niveau de la prise de pouvoir. Nous souhaitons donc une organisation sociale basée sur ses deux jambes : le syndicalisme et la Commune et ses services publics. La Commune peut être un contrepoids bien utile avec son fonctionnement horizontal. Les consommateurs pourront de même contrebalancer d’éventuelles dérives et peser sur les productions socialement utiles.

Ti WI (GLJD)

Partager cet article