VIVE le 1er MAI 2020

CNT Premier Mai

« Maintenant plus que jamais contre les inégalités sociales »

Le 1er mai, Journée internationale de la classe ouvrière, a traversé de nombreuses vicissitudes depuis que, en 1886, les martyrs de Chicago sont descendus dans les rues massacrés par la police pour exiger un droit que nous considérons aujourd’hui comme inaliénable : la défense de la journée de travail de 8 heures.

Cette année, nous ne pourrons pas descendre dans la rue avec nos revendications à cause du confinement dû au Covid, mais cela ne doit pas être un obstacle pour que nos idées et nos désirs atteignent les citoyens.

Le 1er mai, il faut crier haut et fort l’échec du capitalisme et les mesures néolibérales appliquées par les gouvernements successifs, la crise des COV19 les ont indéniablement révélées. Notre engagement en faveur de services publics de qualité, universels et gratuits, ainsi que la récupération des entreprises et des moyens de production confiés au privé, devraient encourager nos revendications. Bien sûr aussi, la lutte contre le changement climatique et la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes et contre les violences sexistes ne doivent pas être oubliées.

La défense de la santé publique, l’ éducation publique , le droit à la mobilité, le droit au logement, au transport en commun , les actions de prise en charge des personnes en perte d’autonomie, l’ abrogation de toutes les réformes du travail, le droit à des soins gratuits, la nécessité d’atteindre un revenu égal de base, garantissant les besoins vitaux de la population, afin que l’emploi ne soit pas une condamnation mais une option, la cohésion territoriale , pour apporter de vraies solutions à la l’indépendance alimentaire. N’oublions pas non plus les migrants, ceux qui meurent dans cette tentative de rejoindre des pays non soumis à la guerre et la famine, et qui sont « morts et morts vivants » à cause de la surexploitation et de leur invisibilité en tant que « citoyens ». Pensons à notre jeunesse à l’avenir bien sombre, à la nécessité de lutter contre la répression que l’État exerce à travers ses lois contre les citoyens. Exigeons des pensions décentes et suffisantes, etc…Voilà les défis à relever par tous et pour tous.

Il est incontestable que les manifestations de rue et la grève sont les seuls outils dont nous disposons vraiment au moment de faire face aux graves injustices dont nous souffrons. Nous devons revitaliser les manifestations  de rue, maintenant que les trompettes sonnent à nouveau, prédisant une grande récession et un chômage de masse à venir. Nous ne pouvons pas nous permettre le luxe des excès incontrôlables de capitaux retombant sur les épaules de la classe ouvrière. Alors plus que jamais:

VIVE LA LUTTE DE LA CLASSE OUVRIÈRE – VIVE le 1er  MAI 2020

Partager cet article