Vercors: la résistance a payé

L.H

Grenoble, le 30 septembre 2017

*Communiqué de presse du Collège Vercors, Grenoble**

*Le plus heureux qui puisse nous arriver dans nos actions est d’obtenir le succès.*-*Epicure*

*Les grévistes du collège Vercors, réunis en assemblée générale, ont décidé de reprendre le travail lundi 2 octobre, après plus de trois semaines de grève à la majorité des personnels.*

Reçus en audience vendredi 29 octobre avec les parents d’élèves, les personnels ont pris note de l’évolution de la proposition du Rectorat.* Bien qu’il ne réponde pas aux besoins du collège en terme d’effectifs de surveillance, l’octroi d’½ poste de CPE pour toute l’année scolaire renforcera l’équipe.* En nous rendant ½ AED au début de la grève, vendredi 8 septembre, puis en nous octroyant ½ CPE vendredi 29 septembre, *le Rectorat reconnaît donc le manque causé par la suppression des contrats aidés et la légitimité de nos demandes.*

*En attendant que la dotation en AED des établissements scolaires, et en particulier ceux de l’Education prioritaire, soit revue à la hausse *(cf. propos de Monsieur Blanquer le jeudi 28 septembre reconnaissant l’importance des missions de surveillance, et affirmant qu’il fallait remplacer les contrats aidés par des AED) *nous entamons donc l’année scolaire avec 1 ETP de surveillance en moins et ½ CPE en plus*. C’est par notre mobilisation, massive et déterminée, que nous avons obtenu des moyens supplémentaires accordés à la Vie scolaire. Sans elle, notre situation aurait été plus que catastrophique. *Nous en sommes plus que jamais convaincus : la lutte paie ! *

*Toutefois, ces moyens ne sont toujours pas à la hauteur de nos besoins *: malgré tous nos efforts le Rectorat a refusé de remplacer à équivalence, les contrats aidés perdus par des AED prétextant le risque qu’il y aurait à ouvrir la boîte de Pandore. *Pourtant, il va bien falloir l’ouvrir et l’abonder, l’enveloppe des AED !* Le Ministre l’a dit, et les établissements concernés maintenant ou plus tard par la suppression des contrats aidés ne le démentiront pas. En tout cas, notre hiérarchie a mis un point d’honneur à ne pas nous accorder un AED en plus, ce qui correspond réellement au manque aujourd’hui. Elle nous donne à la place un CPE à mi-temps qu’on ne demandait pas. *Nous resterons mobilisés et attentifs dès la reprise des cours : l’audit dépêché par le Rectorat montrera, nous en sommes convaincus, que la disparition d’un temps complet de surveillance n’est pas sans conséquences sur la vie de l’établissement.* *Il mettra en évidence la nécessité de remplacer les postes précaires saupoudrés depuis des années par des postes d’AED, comme l’affirme le Ministre de l’Éducation nationale. *Comment pourrait-il en être autrement ? Nous restons tous solidaires de l’équipe de vie scolaire, et attentifs à ce que ses conditions de travail ne se détériorent pas encore davantage. Nous sommes prêts à nous remobiliser si des moyens venaient à nous être enlevés ou si le manque d’encadrement des élèves créait des situations ingérables. Nous poursuivrons le dialogue avec les parents d’élèves et le Rectorat et continuerons à nous battre pour aboutir à des solutions pérennes pour notre collège et nos élèves, qui méritent des conditions de travail, d’encadrement de qualité. *Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.*

*L’équipe éducative du collège Vercors *


Partager cet article