Thomas Münzer

Religion et argent

Édité en 1958 au Club français du livre (Paris), réédité en 1997 chez Ludd (Paris) avec une préface de Raoul Vaneigem et repris aujourd’hui par les genevoises Éditions Héros-Limite, cet indispensable récit en quatorze chapitres de Maurice Pianzola1 restitue, dans toute sa vigueur théologico-sociale, l’histoire complexe et violente de cette « guerre des paysans » qui, en 1525, menaça de faire chavirer, au nom de Dieu et de l’insoumise volonté des pauvres, l’ordre apparemment intangible du Saint-Empire romain germanique. En soulevant la plèbe contre les élites politico-religieuses de son temps, cette insurrection majeure – où le prédicateur Thomas Münzer [1489 (ou 1490)-1525] joua un rôle de émancipation socialepremier plan – posa, pour la première fois à cette échelle et malgré ses limites, la question de la propriété commune et de l’émancipation sociale. Tant par le radicalisme évangélique qui la nourrit que par la dynamique de libération qu’elle enclencha, cette expérience historique d’un temps très reculé entre étrangement en écho avec notre époque. En cela et à la faveur de la réédition de ce désormais classique essai de Pianzola, elle mérite qu’on s’arrête sur ses causes, son déroulement et ses singularités.
thomas_munzer_jld_

Partager cet article