Syndicat National des Instituteurs au Havre

Singeries

SYNDICAT NATIONAL DES INSTITUTEURS  – ELECTION DU BUREAU DU GROUPE HAVRAIS -JANVIER 1965

 liste pour un syndicalisme libre et démocratique

                         Chers camarades,

 Maintien de l’unité dans la clarté -

             La situation de l’éducation nationale et des enseignants est toujours aussi grave, nous le savons. Nous sommes convaincus que dans un avenir plus ou moins proche, les organisations syndicales devront peser de toutes leurs forces dans la bataille sociale pour faire valoir les droits économiques et sociaux des travailleurs.

Nous aurons, sans doute, d’autres raisons d’intervenir à propos de mesures qui ne manqueront pas d’être dans différents domaines. C’est pourquoi nous tenons, par-dessus tout à maintenir l’unité et la cohésion du groupe havrais, comme celle du syndicat national, garanties de notre force. Nous savons que cette cohésion est menacée de l’extérieur et nous ferons front à toutes les attaques, d’où qu’elles viennent, mais nous savons aussi que depuis le scission, c’est grâce à la vigilance et à la fermeté sur les principes dont ont fait preuve les responsables majoritaires que le S.N.I, a pu maintenir intacte la force syndicat du personnel enseignant.

Nous n’avons jamais souscrit à une fasse unanimité de façade, en particulier, nous ne pouvons admettre ce qui serait une caricature de la démocratie, par exemple les élections à la liste unique, parce qu’elle n’est qu’une forme de tactique pour parvenir à la subordination du syndicat.

             Quelles que soient les circonstances, nous ne pouvons consentir à admettre le sacrifice des principes qui ont fait la force de notre organisation ; l’indépendance totale vis- à- vis des partis et des gouvernements, le respect de la démocratie.

             Cette déclaration, faite en 1958, conserve sa pleine valeur, six ans après.

Nous n’avons changé ni d’avis, ni d’attitude, ni de principes.

Nous pensons que c’est parce qu’elle a continuellement souscrit aux principes du véritable syndicalisme que la majorité su syndicat national a pu :

-Sauvegarder l’unité de notre organisation ;

-Accroître ses effectifs ;

-Maintenir son potentiel de lutte; alors que tant de groupements autour de nous-victimes du climat de dégradation sociale dans lequel plonge la nation – connaissent des crises sérieuses.

             Malgré les coups portés contre lui, aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur, le S.N.I.. reste l’une des plus solides organisations unitaires de la classe ouvrière.

 

Efficacité de nos Méthodes

             La large confiance que les instituteurs accordent au S.N.I. Syndiqués au groupe havrais en 1958: 910-syndiqués en 1963: I.395.

-La participation toujours accrue aux élections pour le bureau du groupe :

526 en 1949 – 757 en 1955

642 en 1953 – 943 en 1958           -1.110 en 1962

-la discipline dans les actions menées,

-les réponses unanimes aux appels à la solidarité, attestent l’efficacité de nos méthodes.

A ceux qui nous reprochent volontiers de ne pas engager assez souvent le syndicat dans l’action, nous répondrons que chaque année, à de nombreuses reprises, nous avons appelé nos camarades à des réunions et des manifestations. Nous ne voulons engager les syndiqués que dans des actions valables et ne souscrivons point à une agitation permanente qui ne débouche sur rien, sinon sur la lassitude.

(un texte d’analyse suivra….)

 

 

 

Partager cet article