Soutien au Rojava: Erdogan fauteur de guerre, Trump Complice

Rojava

Il y a sept ans, une révolution qui allait radicalement changer la vie de millions de personnes a commencé au Rojava, dans le nord de la Syrie. Après s’être affranchie de la dictature du régime Assad, la population kurde a commencé à s’organiser en conseils, communes et coopératives autogérés. Elles ont créé une organisation de femmes autonome et développé un projet multiethnique et multiconfessionnel, connu aujourd’hui sous le nom d’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie, garantissant la coexistence pacifique de millions de  kurdes, arabes, assyriens et autres.

Les menaces du gouvernement turc d’occupation de ce territoire autonome se répètent et remontent de loin. Après l’occupation d’Afrin, Erdogan n’a pas cessé de menacer le Rojava et d’intensifier le bombardement des montagnes du Kurdistan irakien. Cette fois, Erdogan a également la complicité des gouvernements américain et européen. Trump a annoncé qu’il autorisait l’incursion « planifiée de longue date » de l’armée turque contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie.

Le gouvernement autonome démocratique de la Syrie du Nord et de l’Est a tout mis en œuvre pour négocier et éviter cette attaque. Ils se sont conformés aux conditions de sécurité convenues avec les États-Unis à la frontière. Bien que dans la zone frontalière entre la Turquie et la Syrie, il n’y ait pas eu de problème et que le territoire du nord de la Syrie soit déjà sûr, après la lutte d’autodéfense contre ISIS et la construction d’une société démocratique de coexistence pacifique entre groupes ethniques et religieux – au cours des dernières semaines, ils ont mis en œuvre toutes les mesures convenues avec Washington et Ankara pour établir une zone de « sécurité » de cinq kilomètres de large.

Mais l’Etat turc ne veut pas de sortie diplomatique, il veut une guerre qui soit une occupation. L’AKP, le parti au pouvoir d’Erdogan, s’affaiblit et le pays traverse une crise économique. Rechercher la guerre pour la sortie aux problèmes internes. Et cela constitue une excuse pour justifier l’invasion par la réinstallation dans le nord de la Syrie d’un million de réfugiés sur plus de trois millions et demi vivant en Turquie. Mais tout d’abord, la Turquie ne s’est jamais souciée des réfugiés syriens. Beaucoup ils vivent dans de mauvaises conditions dans les camps – malgré l’argent qu’ils reçoivent de l’Europe – ou travaillent dans des conditions d’exploitation dans des usines. Deuxièmement, 5 millions de personnes vivent dans le nord de la Syrie, pas seulement les Kurdes, mais également  différents groupes ethniques (Arabes, Arméniens, Assyriens, etc.) et toutes peuvent être touchées et devenir des réfugiés lors de l’invasion. Une nouvelle guerre n’est jamais une solution à la situation des réfugiés, elle génère plus de morts et plus de personnes qui doivent fuir. De même, l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie est ouverte au retour des réfugiés, mais de manière organisée par les Nations Unies et en aucun cas pour les combattants de l’Etat islamique.

 

En outre, à Rojava, des milliers de prisonniers de l’Etat islamique sont emprisonnés et leurs familles hébergées dans des camps que les États européens ont renoncé à juger dans leur pays d’origine et pourraient tirer profit de la situation de guerre pour s’échapper et se réorganiser. Selon l’Administration autonome, «les menaces d’invasion proférées par l’État turc dans la région sont injustifiées et constituent la plus grande menace pour la paix et la sécurité en Syrie. Les menaces et les attaques éventuelles de la Turquie sont très dangereuses et auraient des conséquences désastreuses pour la région et au niveau international et renverraient la Syrie au début de la crise. En outre, d’autres groupes terroristes radicaux, en particulier le groupe État islamique, profiteraient de ces attaques pour se réorganiser. Cette menace n’affecte pas seulement la région, mais le monde entier.  »

Si nous voyons ce qui s’est passé à Afrin, après l’invasion turque avec des alliés djihadistes en janvier 2018, nous pouvons avoir une idée de ce qui peut arriver au reste du nord de la Syrie dans une plus grande dimension. L’invasion d’Afrin a entraîné l’assassinat de milliers de civils, des centaines de milliers de réfugiés, un changement démographique dans la région, une assimilation culturelle, des enlèvements, des meurtres, des viols de femmes, la spoliation de terres (comme les olives Afrin volées et exportées par la Turquie vers l’Espagne, entre autres).

Les femmes sont celles qui, encore une fois, peuvent craindre le pire. Mais aussi ceux qui veulent défendre le Rojava et l’autodéfense. Selon une déclaration de Kongra Star, une organisation faite pour femmes au Rojava, «avec son engagement en faveur de la liberté et de l’égalité, la révolution Rojava est devenue une pratique et un espoir pour toutes les femmes. Par conséquent, toutes les femmes qui luttent et résistent dans le monde doivent maintenant unir leurs voix contre ces mentalités patriarcales, agressives et d’occupation et les politiques de guerre ».

 

Partager cet article