Socialisme libertaire ou barbarie

coquelicots

Le réchauffement climatique suit un scénario mouvementé qui devrait entrer dans des crises encore plus fortes à l’avenir. De plus en plus de voix soulignent que nous sommes confrontés dans un futur pas si lointain à une période d’effondrement des sociétés, notamment occidentales telles que nous les connaissons. Deux facteurs majeurs qui en seraient la cause sont la crise de l’énergie et des ressources et la crise écologique. Un autre à prendre en compte serait la crise humanitaire.  La cause ultime de ces facteurs est la dynamique du système actuel.

Il y a deux personnes qui sont des référents très intéressants traitant les perspectives d’effondrement sur la base des deux premiers facteurs mentionnés. Parce qu’ils s’expliquent très bien et font un bon travail de diffusion, parce qu’ils abordent les sujets avec rigueur et profondeur et parce qu’il semble qu’ils préfèrent dire ce qu’ils pensent être vrai et non ce que l’auditeur ou le pouvoir veut entendre. Ce sont Antonio Turiel et Carlos Taibo . Le premier, auteur du blog « The Oil Crash » et du livre « Petrocalipsis. Crise énergétique mondiale et comment allons-nous la résoudre ». Le second, auteur des livres « Effondrement : capitalisme terminal, transition écosociale, écofascisme », « Avant l’effondrement. Pour l’autogestion et l’entraide »et «Iberia vidé. Dépeuplement, déclin, effondrement ».

Les deux ont, en plus, de nombreuses conférences et présentations disponibles sur YouTube. Taibo suggère, au début de l’une : « Imaginez que vous êtes dans un port et que vous voulez aller sur une île et que vous devez monter sur un bateau et quelqu’un vous dit que ce bateau a 7% de risque de couler pendant le voyage. Je soupçonne que personne ne monterait à bord du navire à moins d’avoir un besoin inexorable de se rendre sur l’île. Je pars de la ferme conviction que le risque d’un effondrement général du système est bien supérieur à 7% et, néanmoins, chaque jour nous continuons à monter dans ce bateau du système. Jetez un œil aux vidéos, eh bien, n’entrons pas là-dedans.

Faire face aux terribles réalités de la crise de l’énergie et des ressources et de la crise écologique peut générer des sentiments de peur ou d’angoisse (éco-anxiété), pour ce qui peut arriver. La souffrance que les conséquences des événements peuvent causer est la partie négative la plus évidente de la question – qui peut vraiment être terrible. Le côté positif est qu’une période de crise profonde du système pourrait permettre la résurgence de formes d’organisation et de valeurs bien meilleures. Il semble également une bonne nouvelle que les niveaux de consommation de certains produits trouvent un frein : si le phénomène des smartphones et la consommation de masse des « nouvelles technologies » ne trouvaient pas de plafonnement, voudrions-nous voir à quoi ressembleraient nos arrière-petits-enfants ? L’idée me fait peur. La fin des chips bon marché a son charme.

Le système actuel ne révèle pas notre histoire la plus digne. Il ne veut pas que nous étudiions ses crimes contre cette histoire. Il veut nous faire penser que « tout passé était pire » et ainsi rendre grâce pour ce que nous avons- ce qu’il nous impose. Il veut nous faire penser qu’« il n’y a pas d’alternative » aux formes étatiques et capitalistes d’organisation sociale. Il nous veut plonger et paralyser dans la misanthropie, la haine de soi : « l’être humain est et a toujours été de la merde ».

C’est pourquoi nous, oui, nous allons étudier ce système. Parce que l’humanité – en général et dans nos territoires – s’est organisée pendant de longues périodes de manière beaucoup plus libre, décentralisée, souveraine et digne que celles que nous connaissons actuellement. En nous connectant aux meilleures créations de notre espèce, nous gagnerons en estime pour le bon potentiel que nous avons en tant qu’humains, et cette estime nous donnera le sens et les raisons pour lesquelles nous battre. Si pendant des siècles nos ancêtres se sont organisés en véritable démocratie (directe, locale), ont établi et conservé des biens et des droits communaux, ont travaillé ensemble, se sont entraidés et ont vécu ensemble… Nous le ferons aussi, nous nous battrons pour le faire.

Si l’effondrement du système se produit – qu’il soit plus progressif ou plus soudain – cela nous conduira à des situations où notre survie sera en jeu, celle de beaucoup de gens. Dans la lutte pour survivre, nous devrons choisir de survivre avec les autres et non contre ou sur les autres. Sur ce chemin de la survie individuelle et collective, en essayant de ne laisser personne de côté, nous poserons les bases d’une société plus juste et plus libre. La confrontation avec les élites de la société d’aujourd’hui, qui concentrent une accumulation sans précédent de richesse et de pouvoir, sera inévitable. Nous devrons nous lever et proposer une alternative crédible. Avec comme horizon, socialisme libertaire ou barbarie.

 

Partager cet article