Santé: nous voulons du réel, du concret, maintenant et tout de suite.

Nettoyage de classe

Plus d’un an de grève dans la fonction publique hospitalière et aucune réponse satisfaisante du gouvernement… un virus passe…. et tout d’un coup la lumière. Constatons une nouvelle fois qu’elle n’éclaire pas les évolutions les plus progressistes socialement pour les hospitaliers.

On nous annonce 7 semaines de négociations, le « Ségur de la santé »… et déjà au bout d’une semaine pointe déjà la petite musique du donnant donnant… remise en cause des 35 heures en contrepartie d’augmentation salariale.
Ou comment utiliser une crise sanitaire pour attaquer les acquis sociaux Il n’y aura aucune contrepartie. Ni de donnant donnant.

Si le discours techno libéral de Macron s’effondre, primes, médailles, promesses d’amélioration, suppression des 35 heures, mea culpa bidon, ne peuvent répondre à la détresse des hospitaliers.

NON aux primes seules : nous voulons des revalorisations salariales au-dessus de la perte de pouvoir d’achat, 16 % depuis 2010, et fin du gel du point d’indice, NON aux médailles : nous voulons des lits et du matériel nécessaire à l’exercice de notre profession, NON à la suppression et à l’aménagement des 35 heures : nous voulons des embauches compensatoires à hauteur de la charge de travail, NON aux promesses et au mea culpa : nous voulons du réel, du concret, maintenant et tout de suite.

ne_jamais_lacher_les_jeunes.rtf

tract_conf_17-05-20

tract_juin_2020-3-

Partager cet article