La religion est un phénomène néfaste pour l’espèce humaine

calamar-820x480

Qu’est-ce que la religion

D’une manière générale, elle pourrait être définie comme « le résultat de l’effort de l’être humain pour entrer en contact avec « l’au-delà » (Qu’est-ce que la religion ?, 2021). L’expérience religieuse fournit des explications et des interprétations globales sur le monde. En élargissant un peu plus la définition, on peut dire que la religion est un ensemble de croyances et de coutumes basées sur une certaine divinité ayant la capacité de gouverner la vie des personnes qui la suivent et la vénèrent. Une religion, à travers son texte sacré principal, établit ses principes moraux et décide ce qui est bien, ce qui est mal et quels objectifs doivent être poursuivis dans la vie.

La fonction principale et réelle de la religion est de faire approcher l’être humain de Dieu car selon ses critères cela lui accordera une vie plus pleine et plus profonde, puisque séparés de Dieu l’homme et la femme ne peuvent, même s’ils le souhaitent, être heureux ni connaître aucune transcendance.

Que recherche la religion ?

Elle cherche, en effet, que les convertis adoptent, assimilent et introduisent comme constitutif de leur subjectivité le contenu religieux conformé en général par un ensemble de croyances, maximes morales, critères éthiques, symboles et cultes qui représentent la religion officielle à laquelle ils appartiennent.  Grâce à l’endoctrinement, ils font de leurs fidèles des agneaux doux, des êtres faciles à manipuler. Le seul moyen de trouver grâce aux yeux des chefs d’une religion est sans doute de se soumettre entièrement aux dogmes de la religion, et dont ils sont les gardiens.

Le but de la religion

La religion elle-même a un but ou un objectif et c’est fondamentalement le suivant : essayer de faire en sorte que ses adeptes trouvent la paix intérieure et extérieure. En tout cas, la prétendue paix vécue par les religieux n’est que le résultat du lavage de cerveau systématique qu’ils subissent. La religion modifie la façon de penser de ses fidèles : elle les remplit de faux moralisme, d’optimisme et de fausse joie.

En vérité, les religions pourraient théoriquement déclarer, comme le font les principales dans le monde, qu’elles essaient d’objectiver les idéaux moraux les plus nobles qui existent ; cependant dans la pratique ce sont des monstres dégoûtants qui se nourrissent de haine, de vengeance, de ressentiment, d’envie, d’impuissance et de toute autre émotion répressive. C’est pourquoi il n’est pas surprenant que la guerre soit si étroitement liée au phénomène religieux.

Mon expérience avec la religion

Quand j’étais très jeune, ma grand-mère m’emmenait à l’église pour assister à une célébration charismatique au cours de laquelle elle implorait la guérison du corps et de l’âme. En fait, j’étais terriblement terrifié d’être dans un tel environnement ; entendre certaines personnes crier désespérément, pleurer pour leurs péchés et ceux des autres, parler en langues ou plutôt babiller des sons étranges, se précipiter à terre et agir comme le font ceux qui souffrent de crises d’épilepsie, proférer des prophéties qui ne se sont jamais réalisées et déchaîner toutes sortes de choses et d’attitudes extravagantes et déraisonnables étaient très difficiles à assimiler à mon âge. Assister à ces événements religieux à un si jeune âge a été sans aucun doute une expérience trop traumatisante pour moi.

Un grand nombre de personnes aiment et choisissent une certaine croyance religieuse parce qu’elle les fait se sentir spéciales. Le terrain religieux est, par exemple, un terrain idéal pour les inadaptés sociaux. Certains sujets, étant donné leur incapacité à se socialiser sainement avec les autres, trouvent plus facile d’établir une relation avec des êtres invisibles et des bons esprits qui les comprennent et les aident à se sentir super spéciaux même si les autres ne les voient pas de cette façon. La religion est, d’autre part, le terrain idéal pour les personnes dérangées. Pleurer, tomber au sol, crier, émettre des sons étranges sont des actions qui dans un temple protestant sont considérées comme normales. La religion nourrit finalement l’ego humain et la vanité. Tout le monde veut se sentir aimé, valorisé, admiré et protégé. Il est vrai que la plupart ne ressentent pas cela, mais les religieux croient au moins que la divinité qu’ils vénèrent les aime et les protège de tout mal. Ils ont un héros à la maison.

Les personnes qui accompagnaient ma grand-mère dans la paroisse à laquelle elle appartenait n’étaient pas pour le moins chanceuses d’un point de vue mondain. La plupart étaient des sujets avec peu ou pas d’éducation et étaient de condition économique modeste. Une des femmes qui fréquentait l’église catholique avec elle, son mari était constamment infidèle et avait toutes sortes de vices, un autre homme qui nous accompagnait souffrait d’une maladie incurable ; une autre femme ne pouvait pas avoir d’enfants et a cherché un miracle en suppliant Dieu. Elle fait sentir l’insignifiant important. Si chacun couvrait au minimum ses besoins de base, par exemple la nourriture, l’habillement, le logement ainsi que certains plus complexes et connaissait une réussite relative dans sa vie personnelle, le phénomène religieux diminuerait considérablement.

Victor Salmeron

 

La religion comme phénomène néfaste pour l’espèce humaine

Que la religion est l’ennemi déclaré de la pensée critique, le destructeur par excellence du monde de l’art, un obstacle sérieux à la liberté des personnes, une force répressive qui provoque une misère et un malheur indicibles dans la vie de nombreux individus, et une source de violence illimitée, c’est quelque chose qui n’est pas du tout nouveau aujourd’hui.

La religion, puisque ses fondements ne reposent pas sur la raison mais plutôt sur le dogme, est présentée comme un obstacle véritablement pernicieux pour que les sujets s’engagent dans une réflexion critique et scientifique. Que ce soit inconsciemment ou intentionnellement, la vérité est que la religion empêche ses adeptes d’adopter une approche véritablement scientifique qui leur permet de voir rationnellement les faits et de distinguer ce qui est vrai et ce qui est superstition.

Durant de nombreuses époques, les religions se sont prêtées, et se prêtent encore, à la censure des livres et de nombreuses activités artistiques. Il ne faut donc pas s’étonner que la religion ait acquis suffisamment de mérite pour devenir une dangereuse ennemie des arts. Bertrand Russell dans une conférence donnée à la Rand School of Social Sciences, New York, sous les auspices de la Young People’s Socialist League, le 28 mai 1924, a affirmé que « le puritanisme, où qu’il ait existé, s’est révélé si destructeur de l’art, parce que l’art, après tout, est la recherche d’un certain genre, probablement le plus suprême et le plus parfait, de plaisir. Et si l’on croit que le plaisir est mauvais, l’art est mauvais. C’est une des choses que nous devons au puritanisme » (Russell, 1924).

La religion rend les gens esclaves des idées. C’est pourquoi l’idéalisme est hautement compatible avec le monde religieux. Un patient d’Amérique latine, au lieu de remercier le médecin d’avoir guéri ou rendu sa maladie moins horrible, remercie Dieu. Il est courant en Amérique centrale de dire « d’abord Dieu et ensuite les médecins ». La religion fait que l’être humain méprise ses propres mérites, puisque seul Dieu, ou l’idée de lui, est excellent. On sait que la religion, la chrétienne par exemple, motive ses fidèles à mettre toute leur confiance en un être invisible, se fier à ses propres forces et capacités se traduirait par un acte d’orgueil inépuisable. Faire en sorte que ses adeptes mettent toute leur confiance dans une idée, un dieu, et non dans leurs propres capacités et capacités humaines est une manière d’asservir l’être humain, une forme de déshumanisation.

Bien que ce ne soit pas la majorité, il y a un certain nombre de personnes qui n’apprécient pas les relations sexuelles avant le mariage, l’alcool, les cigarettes, les fêtes de jeunes et d’autres choses qui rendent la vie un peu plus agréable. La peur d’offenser votre Dieu rend votre vie misérable. Ils craignent de perdre la grâce et avec elle le salut de leur âme, un concept qui n’a jamais été démontré de manière positive. Il ne fait aucun doute que la croyance en l’au-delà, dans le monde suprasensible, empêche de nombreux individus de profiter pleinement de leur séjour en tant que nature complexe du monde et, par conséquent, d’éprouver une véritable satisfaction avec leur propre personne. Mener une vie plus ouverte et libérale, sans penser qu’une divinité les punira s’ils commettent un acte impur est quelque chose d’impossible pour un chrétien fondamentaliste,

La religion favorise la violence, la guerre et les conflits entre les peuples. En Irlande du Nord, par exemple, un conflit de 30 ans a semblé diviser la société en camps religieux : unionistes protestants contre nationalistes catholiques. Comment éviter la guerre sainte musulmane. Et les talibans aujourd’hui ? Un monde sans religion serait sûrement un meilleur endroit pour tout le monde. CQFD.

V.S.

Tous les jours depuis la prise de pouvoir des Talibans, le droit des femmes régresse dans ce pays, au nom d’Allah. La dernière mesure qui en dit long sur la mentalité des religieux, c’est l’interdiction des bains publics aux Afghanes dans le Nord du pays. Parce qu’il existe un ministère du vice et de la vertu en absurdistan. Les Afghanes devront aussi porter le voile dans les hammams privés. Les hommes devront être couverts du nombril jusqu’au-dessous des genoux dans les bains publics. Voilà ce qui est islamiquement correct. Et parallèlement les Talibans demandent une aide humanitaire pour une population qui vit à 95% sous le seuil de pauvreté et qui crève la faim. Le monde devrait « s’acquitter de ses obligations humanitaires ». Les Talibans feraient bien de lire « éloge de la fuite ». Quand un homme est dos au mur, acculé sans porte de sortie, il saute à la gorge de celui ou celle qui veut le coincer. Le sort du peuple afghan ne dépend que des Afghans eux-mêmes. La première chose à faire est de se débarrasser de la religion et de la corruption. (Rège, Paris)

Partager cet article