Religion et mensonge

Chat

Religion et mensonge

Personne ne veut mourir. La plupart des gens veulent  vivre et ont peur de disparaître.  Après être passé inaperçu, d’être invisible, souffrant dans la solitude de ses énormes fissures et contusions intérieures, pour le monde extérieur, l’individu  aspire à rester au moins dans la mémoire collective faible et langoureuse de ses parents et amis. La mort est quelque chose qu’aucun être humain n’est disposé à voir se produire dans les premiers stades de son existence, ou pas du tout.

Pendant de nombreux siècles, la religion a profité de cette faiblesse et de cet orgueil humain et promet l’éternité gratuitement, du moins la chrétienne le fait.

La réalité dans laquelle se déploie la nature complexe

La réalité dans sa dureté, sa brutalité et son indifférence, non filtrée comme elle est, et dépourvue de tout vêtement, n’est pas facile à supporter. La regarder froidement et objectivement constitue l’une de nos plus grandes craintes, si vous ne me croyez pas, consultez les écrits philosophiques de Platon. Presque personne n’aime aller chez le médecin, la connaissance d’un diagnostic défavorable pourrait envoyer prématurément un sujet dans la tombe. C’est que, bien que cela soit nié, les êtres humains ou les natures complexes comme on les appelle ici sont généralement enclins à accepter le mensonge plus facilement, ce qui n’est pas conforme à leurs dispositions internes est généralement évité. La vérité est que lorsque la réalité devient très lourde, ce n’est pas facile à supporter.

La popularité du mensonge

C’est pourquoi il n’est pas surprenant que 2 400 millions (32%) des 7 300 millions d’habitants de la terre se déclarent chrétiens, cela montre qu’un très grand nombre de personnes ne veulent pas faire face à la réalité telle qu’elle est ; ils préfèrent mentir , Ils préfèrent croire, ils ne peuvent pas douter, ils préfèrent le dogme. L’être humain en général se sent plus à l’aise dans le domaine du dogme car cela lui procure une certaine tranquillité d’esprit qu’il recherche désespérément dans ce ring existentiel sans arbitre.

L’origine possible de la religion

Il est facile de supposer que la religion est née de l’incapacité des hommes et des femmes à accepter comme adultes qu’avec la mort, ce précipice infini où tombe l’esprit, la fin finale de la conscience se produit ; événement qui ne se produit pas à un moment indiqué et précis de la vie, vous n’y êtes jamais préparé, c’est pourquoi la plupart des êtres humains le craignent tant. Je considère qu’il est pertinent de dire que c’est la peur de la mort, de l’échec et de tout ce qui est laid et indésirable dans la nature qui est à l’origine du sentiment religieux et de la religion organisée à la fin ; cette peur lâche individuelle et collective est ce qui a rendu possibles les illusions millénaires et les folles entreprises de la religion.

La nature de la religion : le mensonge

Si l’être humain n’est pas plus enclin au mensonge qu’à la vérité, comme déjà évoqué plus haut, comment expliquer alors que six personnes sur dix soient religieuses. Seul celui qui est incapable d’accepter avec un esprit adulte la réalité crue et telle qu’elle est peut être religieux ; on ne dit pas forcément qu’il deviendra un fanatique, mais le terrain religieux est un terreau idéal et doré pour les personnes incapables de s’intégrer sainement dans la société.

Si la religion est acceptée comme une simple fiction, ce qui n’est en effet que cela et rien d’autre, une de plus parmi les nombreuses qui existent dans le monde, et ses croyances religieuses, ses dogmes, ses livres et ses normes de comportement sans aucune signification transcendante ; bref, une simple convention humaine pour consoler l’absurde, auquel on essaie de donner sens de diverses manières, qui est la réalité, ne serait pas si perverse. La perversité de la religion ne réside pas dans son caractère mythologique et fallacieux, mais plutôt dans le fait qu’étant un mythe et une énorme arnaque, elle essaie de faire passer pour vraie l’abondante absurdité de ses livres et manuels théologiques. C’est cette prétention à la vérité, quand on sait depuis des lustres qu’il s’agit d’un mensonge, qui rend une nature complexe mal à l’aise avec un raisonnement normal.

Apathie envers la vérité ontologique

S’il y avait un intérêt réel et général parmi les masses à atteindre la vérité telle qu’elle est et telle qu’elle doit être et à la rendre compatible avec la réalité, qui la détermine d’une certaine manière, de nombreux pays à la périphérie du monde ne seraient pas si religieux. Les individus religieux justifient presque toujours leur croyance en faisant appel aux supposés échecs de la science pour répondre adéquatement aux grandes questions et préoccupations existentielles ; ils se sentent déçus par la science, ils veulent qu’elle soit à la hauteur de leurs attentes émotionnelles, de leurs aspirations enfantines. En tout cas, pour ne pas chercher des citrons dans le poirier, il faut bien comprendre ce qui suit : cela se limite à découvrir les lois et les principes les plus généraux qui régissent les phénomènes de la réalité, cela constitue un énorme effort pour comprendre, systématiser, classer et expliquer la nature des phénomènes à la lumière de la raison pratique ; c’est, par essence, une approche froide, calculée et impartiale de l’ontique. Les connaissances qui ont été obtenues grâce à l’utilisation rigoureuse de la méthode scientifique sont considérées comme scientifiques ; c’est une vision-description aussi objective que possible du monde positif.

Il est étrange après tous les revers et gifles bien donnés à la « raison religieuse », à savoir ses dogmes enfantins, que les pays suivants soient si religieux ; Le Nigeria (97 %), le Kosovo, l’Inde, le Ghana, la Côte d’Ivoire, la Papouasie-Nouvelle-Guinée (tous avec 94 %), les Fidji (92 %), l’Arménie (92 %) et les Philippines (90 %) dorment profondément et cuisinent à feu lent dans les pots de pierre de la religion.

Cela montre clairement qu’un grand nombre d’êtres humains, peu importe combien le nient, aiment croire plus qu’en douter. C’est que douter est beaucoup plus difficile puisqu’il implique d’enquêter, d’analyser, de classer et de déterminer les faits et événements du monde. Si les êtres humains adoptaient un critère minimalement scientifique, il y aurait beaucoup moins de croyances qu’il n’en existe et, par conséquent, moins de misère et de souffrance objectives et subjectives.

Victor Salmeron

 

Partager cet article