La religion en général, en regardant attentivement l’histoire, a engendré plus de mal que de bien

Lecture libertaire

L’Église catholique a-t-elle toujours été en faveur des grandes actions visant à apporter un peu de bonheur à l’espèce humaine ?

1 . LA RELIGION À LA LUMIÈRE DE L’HISTOIRE

La religion en général, en regardant attentivement l’histoire, a engendré plus de mal que de bien. La raison en est simple : la religion, quelle qu’elle soit, promeut le caractère dogmatique et s’en prend au caractère scientifique ; enseigne à croire et à ne pas douter. Une société régie par le dogme est généralement plus sujette à l’intolérance et à la violence de groupe. L’objectif principal de toute religion est d’objectiver pleinement le principe d’identité et de bannir le principe de contradiction, l’islamisme est un bon exemple de ce que je dis. C’est pourquoi toute religion, si farfelue qu’elle soit au sens commun, proclame, sans aucune espèce de honte, détenir la vérité ; et pour cette vérité absolue, beaucoup d’hommes et de femmes sont prêts à mourir s’il le faut, pour la défendre des amoureux de l’impiété. Il est possible de dire, sans nécessairement être partisane ou hostile de quelque idéologie religieuse chrétienne, que les églises chrétiennes — principalement la catholique — avec leurs croyances et leurs codes moraux ont objectivé plus de mal que de bien dans le monde antique et dans le présent. Et, semble-t-il, la religion chrétienne avec ses éléments constitutifs, à savoir les églises, les croyances et les codes moraux sont, en ce siècle, comme dans le passé, de simples pièges dont il faut se passer, une fois pour toutes. , si vous voulez vraiment matérialiser de nouvelles évolutions dignes des hommes et des femmes à la hauteur du contexte dans lequel se déroule la vie homo-sapiens. Si nous sommes vraiment objectifs, nous devrions au moins accepter ceci: L’Église catholique, comme les évangéliques, n’a presque jamais été en faveur de grandes actions visant à apporter un peu de bonheur aux êtres humains. En général, elle s’est opposée, non seulement au cours de ce siècle, à tout ce qui peut contribuer positivement et significativement à l’augmentation d’une vie libre, heureuse et saine pour l’être humain. Une revue historique ne tomberait pas mal à étudier ce constat; c’est sur la base de cela que l’on peut déterminer que le meilleur héritage que cette institution a laissé à l’humanité – ancienne et nouvelle – est la souffrance, l’ignorance, la peur, l’intolérance et la misère de toutes sortes. Malgré certains apports peu originaux dans le domaine de l’éthique et d’autres œuvres de charité, cela ne suffit pas à la racheter de ses fautes inexcusables ; ni l’Église catholique ni les autres églises chrétiennes n’ont été en faveur du bonheur humain, mais plutôt en faveur de ce qui augmente la misère intérieure et extérieure dans le monde. Car c’est, objectivement parlant, la pauvreté, la maladie, l’ignorance et la misère au plus haut degré la condition de possibilité de l’existence de toute religion qui régit la vie. D’une institution qui a semé pendant des siècles les pires graines et qui a contribué par ses opérations à l’augmentation incommensurable du mensonge, de l’ignorance, de la superstition et de l’intolérance, il est donc insensé d’attendre autre chose que le mal et la cruauté. Bien que pour beaucoup cela semble incroyable et définitivement absurde, l’Église catholique, qui se vante d’être charitable et humanitaire, et les protestants de l’époque se sont farouchement opposés à l’étude scientifique du corps humain et de ses maladies ; cependant, la médecine a progressivement fait son chemin à travers les marécages de la superstition et a commencé à se développer.

2. CAUSES DE LA MALADIE

Pendant longtemps, alors que l’Église catholique et les protestants dominaient réellement dans les différentes sphères de la vie sociale, on a cru sans fondement que l’origine de la maladie était due à deux causes : d’une part, elle pouvait être l’avertissement ou l’appel pour l’attention de Dieu – riche en miséricorde et lente à la colère – dans les actions pécheresses d’un être humain ; d’autre part, on croyait que, la plupart du temps, la cause principale était due aux machinations insidieuses du diable, ennemi de Dieu et, pour la même raison, de l’être humain. La solution proposée par les chefs religieux pour la surmonter consistait essentiellement à implorer l’aide des saints afin que ceux-ci, en amis intimes et amis du bon Dieu, intercèdent en faveur de sa cessation ; il était également recommandé de se procurer des reliques, ce qui était très populaire au Moyen Âge (et c’est toujours le cas). Les gens ont également été encouragés à faire des prières spéciales et des pèlerinages de toutes sortes. Cependant, si un patient montrait des signes de démence ou d’une autre maladie mentale, cette condition était directement associée au diable, elle était considérée comme une sorte de possession, donc l’exorcisme était incontournable, une pratique désagréable et humiliante, surtout pour les affligés. Cette croyance que les maladies dont souffraient les chrétiens étaient dues à une action diabolique était quelque chose d’assez commun au Moyen Âge et était basée sur les théories évangéliques et les écrits des premiers Pères de l’Église. La croyance au pouvoir de guérison de la religion chrétienne est quelque chose qui n’a pas été totalement éradiquée, même aujourd’hui, beaucoup de gens y croient encore. Si un patient montrait immédiatement des signes de démence ou d’une autre maladie mentale, cette condition était directement associée au diable, elle était considérée comme une sorte de possession, donc l’exorcisme était incontournable, une pratique désagréable et humiliante, surtout pour les affligés. Cette croyance que les maladies dont souffraient les chrétiens étaient dues à une action diabolique était quelque chose d’assez commun au Moyen Âge et était basée sur les théories évangéliques et les écrits des premiers Pères de l’Église

3. LES MIRACLES ET LES SAINTS

Les guérisons miraculeuses prétendument effectuées par les saints étaient largement crues et acceptées par les masses chrétiennes. On sait que Saint François Xavier encore en vie a ressuscité 14 personnes. En plus de cela, on dit qu’il avait le don des langues, ce qui est assez curieux car cela ne facilitait pas l’amélioration de son mauvais japonais. Les os de Santa Rosalía ont guéri, pendant de nombreux siècles, toutes sortes de maladies, mais lorsqu’ils ont été analysés par un anatomiste compétent, William Buckland, il a été conclu, après une enquête exhaustive, qu’il s’agissait finalement d’os de chèvre (Russell, 1935). San José de Cupertino avait l’habitude de voler de temps en temps, on raconte qu’« un jour, les religieux le virent monter jusqu’à une statue de la Vierge de trois mètres et demi de haut et embrasser l’Enfant Jésus. Puis il a prié dans les airs avec une émotion intense » (ACI Prensa, 2020), et ce n’était pas tout ; Il est dit que « le plus célèbre de ces événements s’est produit lorsque dix ouvriers ont voulu porter une lourde croix à une haute montagne, mais ils n’ont pas pu le faire. Puis Fray José s’est élevé dans les airs avec la croix et l’a portée au sommet de la montagne »(ACI Prensa, 2020). Cette croyance infondée ne diminua pas d’abord sur le terrain protestant.

 

4. LA SUPERSTITION, LA MAIN DROITE DE LA CRUAUTÉ

Pestes et calamités, phénomènes courants au Moyen Âge, étaient attribuées principalement au sale travail du diable et d’autres à la colère incontrôlable de Dieu. Pour calmer le bon Dieu, les prêtres, les laquais des évêques, recommandèrent à la masse chrétienne troublée de remettre leurs terres sans aucune sorte de reniement (Russell, 1935, p. 37) à la bienfaitrice et pieuse Église catholique, en Bref, elle était la seule qui pouvait ouvrir ou fermer les portes du ciel à toute cette masse nécessiteuse. D’autre part, les sorcières étaient également accusées d’être les principales coupables de nombreux malheurs dans la vie objective et subjective. Innocent VIII qui, en 1484, promulgua une bulle papale dans laquelle il reconnaissait l’existence de ces entités démoniaques, persécutées, avec l’aide de Heinrich Kramer et Jacob Sprenger, les sujets les plus gentils et les plus chrétiens qui aient jamais existé — ils étaient peut-être l’expression la plus pure de la bonté même du ciel — avec une férocité incommensurable envers les femmes soupçonnées d’ une telle aberration. La femme, soutenait le clergé, à cause de sa faiblesse et de sa perversité, pouvait plus facilement être induite et subjuguée par le désir d’accomplir une telle transgression contre la loi divine, à savoir la loi ecclésiastique. En Allemagne, entre 1450 et 1550, plus de cent mille sorcières ont été incinérées. On en est venu à croire, aussi inhabituel que cela puisse paraître aujourd’hui, grâce à l’érudition inépuisable du Marteau des sorcières, comme quelque chose de très grave que si les orages, la grêle et le tonnerre frappaient une région avec une fréquence suffisante, cela était essentiellement dû à les pratiques sataniques et méchantes des sorcières, qui étaient bien sûr des femmes, car elles étaient les plus enclines à forniquer avec le diable. Dans le domaine protestant les choses n’étaient, à cette époque, pas mieux, elles étaient les mêmes ou pires que les catholiques persécutant les femmes soupçonnées de sorcellerie.

5. PLUS DE SUPERSTITION

L’hypothèse était largement admise que la peste bubonique qui, en 1680, frappa Rome sans fléau, avait pour origine la colère démesurée de Saint Sébastien (Russell, 1935, p. 37), puisqu’elle avait été oubliée. Presque personne ne le priant plus, en raison de la quantité de distracteurs mondains qui abondaient partout, il était nécessaire de construire un « monument » (Russell, 1935, p. 37) de taille colossale pour que ce mal disparaisse. Pour atténuer la peste noire, qui fut un terreau propice à la reproduction massive de toutes sortes de superstitions, en 1348, de nombreux Juifs furent tués, pour calmer la colère divine, comme un sport ou un bon moment, on estime que quinze mille furent violemment assassinés et deux mille incinérés ; le Pape, en tout cas, s’est borné à condamner l’action (Russell, 1935, p. 37).

6. LE DEVELOPPEMENT SCIENTIFIQUE DE LA MEDECINE ET SES GRANDS OBSTACLES

a) Anatomie, dissection et folie

L’Église catholique et de nombreux secteurs du monde chrétien se sont obstinément opposés à l’étude de la médecine scientifique (Russell, 1935, p. 37). L’anatomie était vue comme quelque chose de mauvais et de pernicieux, ceci parce qu’elle pouvait entraver la résurrection de la chair dans le jugement dernier ; de plus les hiérarques religieux répudiaient l’effusion de sang, bien qu’ils ne criaient pas au ciel avec celle des Juifs. Le pape Boniface VIII interdit formellement la dissection. D’autre part, un malade devait être soigné par un prêtre plutôt que par un médecin, car son âme, ceci parce que l’anthropologie chrétienne est dualiste, avait plus de valeur que son corps misérable ; et s’il était pauvre, c’était encore pire. Les malades mentaux, plus que quiconque, souffraient indiciblement des mains des fanatiques religieux ; la folie était considérée comme une possession diabolique irréfutable. Pendant des siècles, les fous ont été victimes des pires traitements en prison ; parce qu’on croyait qu’ils devaient être maltraités, car ils étaient des entités du mal et des vaisseaux du diable. Selon le critère retenu par Russell.

Tout au long du Moyen Age, comme nous l’avons vu, la prévention et la guérison des maladies ont été tentées par des méthodes superstitieuses ou entièrement arbitraires. Rien de scientifique n’était possible sans l’anatomie et la physiologie, et celles-ci à leur tour, sans dissection, auxquelles l’Église s’opposait. Vésale, qui fut le premier à faire de l’anatomie scientifique, réussit un temps à échapper à la censure officielle, car il était médecin de l’empereur Charles et, qui craignait que sa santé ne pâtisse s’il était privé de son médecin préféré (Russell, 1935 , p.42) .

Il croyait que les méthodes superstitieuses et arbitraires suffisaient, malgré ce refus, la physiologie se développera plus tard après l’anatomie. Avec William Harvey, on peut considérer que la physiologie a atteint un caractère scientifique, c’est aussi celui qui a découvert la circulation du sang. Mais les préjugés de l’Église, malgré la façon dont la science émergente écrasante s’est manifestée sur eux, n’ont pas été totalement vaincus.

b) Le vaccin

Le moment précis de sortir pour briller leur a été présenté avec la découverte du vaccin, cela a stimulé la prolifération de toutes sortes de préjugés et d’absurdités.:

Les prêtres (et les médecins) considéraient le vaccin comme une « affiche de défi au ciel lui-même, et même à la volonté de Dieu » ; à Cambridge, un sermon universitaire fut prononcé contre elle. Plus tard, en 1885, lors d’une grave épidémie de variole à Montréal, la partie catholique de la population résiste à la vaccination, avec l’appui du clergé. Un prêtre explique : « Si nous nous trouvons affligés de la variole, c’est parce que nous avons eu un carnaval l’hiver dernier, célébrant la viande, qui a offensé le Seigneur. Les Pères Sacramentins, une église qui était située au cœur même du quartier infesté, ont commencé à condamner le vaccin, les fidèles ont été exhortés à se fier à des exercices dévots de toutes sortes ; sous la sanction de la hiérarchie, une grande procession fut ordonnée alliant uniquement  la Vierge et l’usage du chapelet.

 

c) Les anesthésiques, source de controverse

La découverte des anesthésiques a généré une autre grande controverse au sein de l’orthodoxie religieuse chrétienne, c’était une belle occasion pour les théologiens de sortir pour rayonner et exposer leur sagesse ancienne, ils n’ont donc pas hésité une seconde à très bien aiguiser leurs lames théologiques. . Simpson, en 1847, a proposé qu’il soit utilisé dans l’accouchement, afin de rendre le processus d’accouchement moins douloureux ; l’Église catholique, nécrophile au plus haut degré et amoureuse de tout ce qui est nuisible, et tous les secteurs conservateurs de la société de l’époque s’y opposaient obstinément ; puisque le verdict bienveillant du Dieu hébreu miséricordieux devait s’accomplir à la lettre : « vous enfanterez des enfants dans la douleur » (Genèse 16), le chloroforme l’empêcherait évidemment.

 

EN CONCLUSION

L’Église catholique en particulier, qui est le système religieux chrétien qui domine encore en nombre et en influence dans le domaine religieux, sans aucune honte pour toutes les erreurs commises dans le passé, continue toujours à intervenir et à exprimer avec véhémence son opinion sur des questions très délicates comme l’avortement, l’euthanasie et d’autres problèmes embarrassants. Mais franchement : faut-il faire attention à une organisation si éloignée de la vertu, usurière et, à certaines occasions – lorsqu’elle jouissait effectivement d’un pouvoir et d’une influence politique et économique dans la société – voire criminelle ? Votre position anti-scientifique, dépassée et dogmatique n’a-t-elle pas causé suffisamment de misère interne et externe dans le monde pour continuer à écouter votre opinion, ce qui est plus stupide qu’autre chose ?

Victor Salmeron

 

Partager cet article