Réchauffement climatique, manif anti-vax, hausse des prix…de l’été 2021

Feminicides

Cet été aura été riche en événements, souvent dramatiques, parfois à contre-courant. D’abord ce sont les pics de chaleur (Etats-Unis, dôme de chaleur au Canada, Russie…) et les incendies avec leurs lots de drames humains (Grèce, Turquie, Algérie…) qui ont émaillé la saison estivale. Plus près de chez nous, le Var. Inondations en Allemagne et en Belgique. Mais aussi les algues vertes en Bretagne dues aux pratiques d’une certaine industrie agro-alimentaire. Tous ces faits bien identifiés (réchauffement climatique, forêts mal entretenues, pollution…) viennent encore nous rappeler que l’homme est responsable de la catastrophe écologique en cours de par ses activités, essentiellement basées sur davantage de profits pour une petite minorité de profiteurs aidés de leurs larbins notamment les politiciens et les faiseurs d’opinion.

Le rapport du GIEC   récemment rendu public nous rappelle nos responsabilités, notamment pour les futures générations. Les effets du réchauffement seront dévastateurs et ce n’est pas un mauvais film de science-fiction qui se jouera. Bien entendu, les anarchistes ont leur mot à dire et des analyses à présenter. Nous insistons sur l’éthique libertaire. Nos actes doivent être en adéquation avec les buts que l’on se fixe.

Les mobilisations anti-vax et anti-passe sanitaire secouent l’hexagone depuis deux mois tous les samedis. Contrairement aux gilets jaunes qui bénéficiaient d’une large aura et d’un fort soutien de la population car c’était un mouvement populaire non récupéré par des politiciens, le mouvement anti-vax actuel est gangréné par la faune d’extrême droite et souverainiste. Des complotistes à aux intégristes chrétiens de Civitas (lire notre article sur Poncallec et la sœur Férreol), d’Asselineau à Philippot en passant par Dupont gnangnan, la brochette d’extrémistes de droite est peu ragoûtante. Résurgence d’un antisémitisme digne de l’entre-deux-guerres, haine des Juifs d’aujourd’hui, haine raciale tout court diront certains ; la banalisation des propos racistes s’insère dans l’instrumentalisation intemporelle des épidémies pour trouver un bouc émissaire et s’en servir à des fins politiques. De surcroît, l’inversion des valeurs et du vocabulaire sert la cause complotiste d’extrême droite alliée objective des anti-vax qui agissent sous couvert de médecines douces, souvent préludes à la dérive sectaire.

Mon corps, mon choix, exit les féministes. Liberté, résistance, collabos…Depuis quand l’extrême droite défend-t-elle la liberté. Depuis Pinochet, Franco et autres dictateurs ? Et les termes collabos et résistants ont une signification. Le collabo, c’était le bon Français qui aidait les autorités de Vichy voire la Gestapo à traquer l’ennemi. Combien de collabos ont écrit des lettres (souvent anonymes) pour dénoncer le Juif, l’anarchiste, le communiste, l’En-Dehors…ces derniers étant bien souvent résistants. Mais la résistance à l’époque était susceptible de vous envoyer en camp de concentration, à la torture, au peloton d’exécution…Aujourd’hui la  pseudo-résistance des anti-passe/Ani-vax ne risque pas grand-chose. Alors, défiler aux côtés des gilets jaunes de la première heure, oui, défiler aux côtés de l’extrême droite et des faschos, certainement pas. D’autant que les médias ont tout intérêt à expliquer à l’opinion que les extrêmes se rejoignent. De plus, les médias passeront sous silence dans l’ensemble, les éventuelles mobilisations d’extrême gauche au sens large du terme. L’intérêt d’Emmanuel Macron, c’est de faire la publicité pour Philippot et Dupont Aignan, surtout s’ils peuvent faire perdre un ou deux points à Marine Le Pen pour la prochaine présidentielle. L’enjeu pour Macron, c’est d’arriver en tête au premier tour devant la fille Le Pen.

En attendant, l’extrême droite a davantage de moyens que les libertaires pour se faire entendre et manifester à ses côtés, c’est renforcer le nombre de manifestants comptabilisés en faveur de l’extrême droite. Faire la courte échelle à l’extrême droite n’est pas dans l’ADN des anarchistes. C’est une erreur politique et éthique de défiler aux côtés de l’extrême droite. Alors les « Qui ? », les utilisateurs d’étoiles jaunes, les réhabilitateurs de Pétain, les révisionnistes de tous poils… sont des pourris et nous n’avons rien à faire avec eux, même pour un court instant ou de manière circonstanciée. Ce sont des ennemis irréconciliables.

Les prochaines contestations sociales se feront sur l’augmentation des tarifs de l’électricité et du gaz. Si la hausse des carburants avaient servi d’étincelle au mouvement des gilets jaunes, cette fois ce sont les hausses récurrentes de l’énergie qui vont fédérer les mécontentements notamment au niveau des précaires, petits retraités, personnes à bas salaires…Se chauffer, c’est vital. Le dérapage des prix cet été pour les fruits et légumes, la hausse de l’essence, de l’eau…Ce sont les plus pauvres qui dérouillent encore et ce ne sont pas les quelques chèques énergie qui inverseront la tendance globale de perte de pouvoir d’achat continu des plus précaires et démunis. Les mobilisations syndicales de début octobre auraient intérêt à tenir compte des problématiques de fin de mois. La lutte des classes prend tout son sens ici. Et l’on n’entendra pas l’extrême droite sur le terrain de classes. Elle a beau récupéré les termes liberté et égalité des citoyens, tout le monde sait pertinemment qu’il y a des gens plus égaux que d’autres. Depuis quand l’ouvrier est-il l’égal de son patron ? Les anarchistes ont toujours dit que l’égalité politique était une fiction tant qu’il n’y avait pas d’égalité économique et sociale. Et l’extrême droite ne demandera jamais l’égalité économique et sociale car ses membres font partie dans l’ensemble de la caste des profiteurs. Ils manipulent l’opinion au travers des réseaux sociaux et de leurs campagnes nauséabondes.

Alors le gaz qui vient de prendre 8,7% d’augmentation au premier septembre 2021 après d’antérieures hausses risque d’être la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Les Américains sont partis d’Afghanistan. Les Talibans reviennent en fanfare et le peuple afghan n’a pas fini de souffrir et d’être en état de servitude, notamment les femmes. C’est au nom du Coran qu’ils asservissent les gens et pratiquent la charia ; qu’ils réfutent l’égalité entre hommes et  femmes, ce qui aboutit à faire de ces dernières des citoyens de seconde zone, des inférieures.

Pour les libertaires, le combat contre l’obscurantisme demeure essentiel, au même titre que la lutte des classes et l’antimilitarisme. Les religions sont liberticides ; celle prônée par les Talibans en est une bonne démonstration. Alors, ni dieu, ni maître, ni tribun, ni prophète.

 

Burno GLJD- Groupe libertaire Jules Durand

 

 

Partager cet article