R.I.C.: l’égalité politique est une fiction sans égalité économique et sociale

ennemi_banquier-89548

Les libertaires ne comptent pas diaboliser le Référendum d’initiative citoyenne mais comptent cependant remettre les pendules à l’heure.

Le RIC est un leurre qui prétend concéder du pouvoir aux citoyens et aux citoyennes. Dans les faits, le pouvoir sera donné aux corps constitués et surtout à ceux qui auront de gros moyens financiers. L’outil référendaire sera tout, sauf « démocratique ».  On pourrait imaginer que des syndicats combatifs comme la CGT, Solidaires et CNT-SO convoquent un référendum contre n’importe quelle loi votée à l’Assemblée nationale et favorisent ainsi  la hausse du Smic, du point d’indice chez les fonctionnaires, la baisse du temps de travail et l’augmentation des droits des travailleurs avec l’interdiction des licenciements ou le retour de l’ISF…. Mais on pourrait voir de l’autre côté des gens de la manif pour tous vouloir l’interdiction de l’avortement, de la parité homme-femme ou remettre en cause les acquis LGBT par exemple. Annuler la loi Taubira, faire comme au Brésil : le bleu pour les garçons, le rose pour les filles…

Les faschos pourraient demander dans un premier temps la peine de mort pour les tueurs d’enfants puis la généralisation de la peine de mort pour tous les condamnés pour assassinat. Et faisons confiance à l’imagination débordante de l’extrême droite pour réduire les droits des immigrés etc.

L’extension des « droits populaires » (et encore, c’est à prouver) serait ainsi contrebalancé par une réaction au niveau de sujets sociétaux.

Que dire des lobbys ? Proposons l’interdiction du nucléaire par exemple. Sérieusement qui pense sincèrement que les milliards dépensés pour faire la pub du nucléaire ne pèseront pas face au bon sens et à la bonne volonté militante. Idem pour les industries de l’armement dont les gros actionnaires possèdent les médias ou y sont très influents…

C’est aussi un leurre gauchiste de considérer que le salariat serait avant-gardiste. S’il représente le nombre, ce nombre pourrait être tardigrade sur bon nombre de sujets.

D’ailleurs, de plus en plus de salariés se méfient des syndicats. Huit pour cent de salariés sont syndiqués en France et si l’on enlève la Fonction publique et les grosses entreprises du secteur privé, le taux de syndicalisation avoisine le 0%. Les élections pour les TPE ont fait un flop. Les dernières élections  professionnelles dans la Fonction publique ont vu un taux de participation d’à peine 50% malgré le nombre de syndicats présents pour cette joute électorale. Et bon nombre de personnes qui votent le font dans un esprit corporatiste. Compter sur les syndicats pour peser sur les RIC, les initier…on est dubitatif quant aux résultats.

Par contre, on connaît la capacité de nuisance de l’extrême droite sur les réseaux sociaux et les moyens financiers dont ils disposent.

Le R.I.C. ne sera au mieux qu’un pansement sur une jambe de bois. Et comme disait Francis Blanche, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement.

Etre anticapitaliste et libertaire, c’est se battre pour la socialisation de l’économie, s’approprier les moyens de production, combattre les lois du marché, la sacro-sainte propriété privée… Et prôner le communiste libertaire, c’est-à-dire un communisme libre et non sous l’égide d’une quelconque dictature, fut-elle du prolétariat. C’est pour cela que nous sommes anarchistes individualistes sur le plan de la philosophie, anarcho-syndicalistes sur le plan de l’organisation et communistes libertaires dans nos buts. Vive la Commune !

PS : l’égalité politique est une fiction s’il n’y a pas d’égalité économique et sociale.

Partager cet article