R.I.B. not R.I.C.

Bulle2

R.I.B. not R.I.C..

La proposition d’instaurer un Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) a le mérite  de se présenter comme une rupture avec la démocratie représentative, avec ces élections pièges à con.  Mais l’instauration du RIC n’est qu’une fausse alternative à l’élection et la délégation de pouvoir, une illusion de démocratie directe. Le R.I.C. n’est pas magique.  RIC ou pas RIC, il nous faudra toujours lutter contre les dirigeants et les exploiteurs pour arracher de quoi vivre mieux, pour pouvoir mettre à mal le système capitaliste et vivre autrement, avoir davantage de bien-être et de liberté.

Ce qui fait que le RIC marche, c’est qu’il s’appuie sur une défiance légitime envers les politiciens. Mais ce qui fait que nous sommes en position de force pour les pousser à dégager ou au moins infléchir leur volonté de nous plumer , pour en finir avec  les conditions d’existence pourries qu’on subit, c’est notre présence sur les ronds- points, sur le terrain de la lutte, dans les manifestations de rue ou sur les autoroutes, aux abords des centres commerciaux, des plateformes logistiques… C’est ici et là qu’il s’agit de s’organiser pour se faire entendre, en organisant par exemple des assemblées sur les ronds- points et en bloquant certains pans de l’économie.

Parce que le RIC, s’il est mis en place, sera supervisé par des constitutionnalistes et des juristes qui ont des intérêts communs avec les mêmes politiciens et politiciennes qu’il cherche à contourner. Parce que ce sont ces juristes qui, en toute complicité avec le pouvoir politique, formuleront les questions, imprimeront le rythme de la campagne, détermineront les modalités de ce référendum et la validité des questions posées.

De toute façon, le recours au référendum poserait un autre problème de taille, celui de l’inégalité des campagnes. En effet, non seulement l’Etat, mais également les Partis et les organisations, bénéficieraient de moyens colossaux pour faire campagne sur les médias traditionnels et les réseaux sociaux. En effet qui a les moyens de faire des campagnes électorales? De se payer des affiches, des spots publicitaires… A une époque où l’argent n’a jamais été aussi important dans le processus de réunions des suffrages, où ce sont des milliardaires qui gagnent les élections (Trump…), qui peut croire qu’une campagne électorale est le lieu où les travailleurs et les chômeurs  vont se faire entendre? Et on ne parle pas des abstentionnistes…

S’aventurer sur le terrain électoral, même par voie référendaire, c’est s’aventurer en terre hostile. Depuis deux mois, sur les ronds- points, dans les blocages, dans les actions, dans les assemblées, ce que nous expérimentons de nouveau, c’est la reprise en main de nos luttes, directement, sans intermédiaire. Ce que nous vivons se partage, se discute, s’engueule et se heurte parfois, mais se vit et s’éprouve réellement et collectivement. Le recours au référendum c’est le retour à l’isolement de l’isoloir. Isolés, comme dans un isoloir, chacun chez soi, on est faible. C’est ensemble qu’on est fort, dans le mouvement.

Le gouvernement souhaite créer des débats autour de problèmes de société pour mieux taire et faire oublier sa volonté de faire passer ses réformes en manipulant l’opinion par de pseudo-sondages et via les médias à son service. Quand il s’agit de ce qui compte vraiment pour nous, nos conditions sociales, de vie, de travail, de pouvoir d’achat et donc qui met en question les profits des riches capitalistes, alors plus question de laisser passer et d’en parler! Il suffit de regarder les sujets proposés pour le « grand débat » voulu par Macron et son gouvernement croupion. C’est qu’au final, on est en plein dans la politique politicienne avec ces dispositifs. Et que ce n’est pas notre domaine. C’est logique, qui d’autres que les politicards ont intérêt à nous dire que la solution est dans les urnes, alors que nous sommes de plus en plus nombreux à nous abstenir, et avec raison!

En France, l’expérience du référendum de 2005 sur la constitution européenne devrait nous alerter. Il a fini par démontrer comment l’Etat et le capital, ainsi que les technocrates qui les animent, conçoivent la question référendaire. Si le résultat est positif, il légitime des prises de décision déjà établies ou peu menaçantes, et s’il est négatif, on n’en tient pas compte. Quand l’Etat et le patronat ne peuvent passer par la porte, ils passent par la fenêtre. Il y a effraction démocratique mais ça s’arrête là.

La boussole des libertaires est claire: refusons tout ce qui affaiblit le mouvement. Aujourd’hui ce sont souvent les mêmes qui proposent le RIC et qui veulent en finir avec les occupations de toutes sortes. C’est que derrière ces propositions, il y a des courants politiques qui agissent en sous- marins dans le mouvement, pour en prendre la direction. Les élections européennes dévoileront la perfidie de certains gilets jaunes qui roulent pour des politiciens. Ne laissons personne récupérer cette révolte sociale. Ce qui nous unit, c’est de  vouloir augmenter le pouvoir d’achat des retraités, des salariés, des chômeurs ; on se bat d’abord pour cela. D’accord pour fournir notre R.I.B. pour qu’il y ait davantage d’argent sur nos comptes. Le R.I.C. passera après. De toutes façons, nous, on ne ferme pas notre gueule et on ne vote pas.

Jean Le Gall (Groupe libertaire Jules Durand)

Texte de Michel Onfray

Si nous ne partageons pas son analyse sur le R.I.C., nous nous retrouvons d’accord sur bon nombre de points. Bonne lecture:

Quelle que soit son issue, le mouvement des gilets-jaunes aura au moins eu un mérite: mettre à nu les rouages de ce régime corrompu jusqu’à la moelle depuis que les politiciens de tous bords, « gaullistes » compris, ont décidé de déconstruire ce qui fut le contrat social de la Cinquième République. A force de modifications, de changements, d’altérations, de rectifications, de retouches, ni l’esprit ni la lettre de cette constitution ne sont plus respectés. Nous vivons depuis des années avec une règle du jeu édictée par des faussaires ayant pour nom: Mitterrand et Chirac, Sarkozy et Hollande.

Les logiciens connaissent bien l’argument du bateau de Thésée rapporté par Plutarque: pendant des siècles, on a gardé respectueusement la barque de Thésée, qui avait combattu le Minotaure. Régulièrement, les Athéniens changeaient les planches qui s’abîmaient. Un jour, il n’y eut plus une seule planche d’origine. Certains dirent alors que ça n’était plus son bateau; d’autres affirmaient au contraire que si; pendant que d’autres encore débattaient pour savoir avec quelle planche, la première rajoutée, la dernière enlevée, ou bien celle après laquelle les planches d’origine ont cessé d’être majoritaires, le bateau de Thésée n’a plus été le bateau de Thésée.

Vingt-quatre lois ont modifié la constitution de 1958 jusqu’à ce jour! Sur les 92 articles de départ, il n’en reste plus que 30 d’origine! Elle est donc morte depuis longtemps… On fait semblant de la révérer, or elle est piétinée régulièrement par la classe politique dans l’intérêt de ses opérations de basse police, droite et gauche confondues. Qui peut bien imaginer que la cohabitation et le quinquennat puissent relever de l’esprit gaullien? Qu’un référendum perdu puisse être purement et simplement annulé par la coalition des politiciens maastrichtiens de droite et de gauche? Qui?

Depuis Maastricht, les révisions qui concernent l’Europe vont dans le sens d’une destruction de la nation française au profit de l’État maastrichtien -Traité de Maastricht en 1992, Traité de Lisbonne en 2008. Cette constitution de 1958 est morte: elle est devenue un chiffon de papier, un torchon, une serpillère. Merci Mitterrand, merci Chirac, merci Sarkozy, merci Hollande -et merci Macron qui est un mixte des vices de tous ceux-là: cynisme, démagogie, vulgarité et incompétence…

Les Français en général, et les gilets-jaunes en particulier ont bien compris que, depuis plusieurs décennies, leur constitution leur avait été volée. De Gaulle avait voulu l’élection du président de la République au suffrage universel direct à deux tours; un septennat avec des législatives à mi-mandat, ce qui permettait au chef de l’État de savoir où il en était avec le peuple et où le peuple en était avec lui: en cas de perte de la majorité à l’Assemblée nationale, le Président démissionnait, c’était la sanction du peuple; il pouvait alors se représenter et être réélu, ou pas; le référendum permettait au peuple de donner son avis sur des questions de société majeures: une fois l’avis donné, on le respectait. Quand de Gaulle a perdu le référendum sur la régionalisation, il n’a pas nié le résultat, il n’a pas fait voter les députés pour l’annuler, il n’en a pas fait un second, il n’a pas fait le contraire de ce qu’avait décidé le peuple: il lui a obéi et a quitté le pouvoir. Il y avait dans la lettre, mais aussi et surtout dans l’esprit de cette constitution, un lien entre le peuple et son souverain qui était alors son obligé.

Aujourd’hui, c’est l’inverse: c’est le peuple qui est l’obligé de son président élu après que la propagande eut fait le nécessaire, c’est à dire des tonnes, pour installer l’un des voyageurs de commerce de l’État maastrichtien -depuis Mitterrand 1983, ils le sont tous… Le vote ne s’effectue plus de manière sereine et républicaine, libre et autonome, mais de façon faussée et binaire avec d’un côté le bien maastrichtien et de l’autre le mal souverainiste -la plupart du temps assimilé au fascisme. Cette caricature est massivement vendue par la propagande médiatique d’État ou de la presse subventionnée par lui. L’élection législative perdue n’induit plus la démission, mais la cohabitation; le référendum perdu ne génère plus l’abdication, mais sa négation. Quand le peuple dit au Président qu’il n’en veut plus, le Président reste… Et quand il part à la fin de son mandat, certes, on change de tête, mais la politique menée reste la même.

Tout le monde a bien compris depuis des années que les institutions françaises sont pourries, vermoules, comme une charpente minée par les termites et la mérule: il s’en faut de peu que la maison s’effondre d’un seul coup, avec juste un léger coup de vent. Les gilets-jaunes sont, pour l’heure, un léger coup de vent…

De même, tout le monde a bien compris que la représentation nationale n’est pas représentative: la sociologie des élus, députés et sénateurs, ne correspond pas du tout à la sociologie de la France. Il suffit de consulter la biographie des mandaté : ceux qui sont sur les ronds-points avec leurs gilets jaunes ne risquent pas d’avoir des collègues au Palais Bourbon ou au Palais du Luxembourg! Où sont les paysans et les ouvriers, les artisans et les commerçants, les marins pécheurs et les employés, les balayeurs et les veilleurs de nuit, les chauffeurs de taxi et les ambulanciers dans ces deux chambres? Nulle part… Les ouvriers représentent la moitié de la population active: il n’y en a aucun au Palais Bourbon -le PCF qui ne fonctionne qu’avec des permanents devrait s’interroger sur ce chiffre pour comprendre les raisons de sa crise… En revanche, on y trouve pas mal d’enseignants et de professions libérales, de notaires et d’avocats, des journalistes aussi. Les cadres et professions intellectuelles représentent 76 % des élus: c’est quatre fois et demie plus que leur part dans la population active. L’observatoire des inégalités a publié un texte intitulé « L’Assemblée nationale ne compte quasi plus de représentants de milieux populaires » (29 novembre 2018) qui détaille cette évidence: le peuple n’est plus à l’Assemblée nationale. Pour parler le langage de Bourdieu, on n’y trouve aucun dominé mais plus que des dominants. Dans les gilets-jaunes, c’est très exactement l’inverse: pas de dominants que des dominés!

 

Si la sociologie des élus est à ce point peu populaire on comprend qu’elle soit devenue antipopulaire. Il n’est pas besoin d’aller chercher très loin les raisons du vote négatif du peuple au référendum sur le Traité européen ni celles qui ont fait des élus les fossoyeurs de ce même vote populaire. La démocratie directe a dit: non. La démocratie indirecte lui a dit: bien sûr que si, ce sera tout de même oui. Je date du Traité de Lisbonne ce clair divorce du peuple d’avec ses prétendus représentants.

Qui peut croire que ces assemblées qui ne représentent déjà pas le peuple dans sa totalité puissent être crédibles quand chacun peut constater que le parti de Mélenchon, qui arrive quatrième au premier tour des élections présidentielles et n’est pas présent au second, dispose de dix-sept députés, pendant que celui de Marine Le Pen qui arrive deuxième et qui se trouve qualifiée au second tour, n’en a que huit? Quelle étrange machinerie politique permet à celui qui arrive quatrième d’avoir plus du double d’élus que celui qui arrive deuxième? Sûrement pas une machine démocratique…

Pas besoin d’être polytechnicien pour comprendre que le mode de recrutement des élus est partidaire et non populaire; les découpages électoraux et les logiques du code électoral sélectionnent des professionnels de la politique affiliés à des partis qui les mandatent et non des citoyens de base qui ne peuvent gagner sans le soutien d’un parti; une fois au chaud dans les institutions, les élus font de la figuration dans un système qui évince le peuple et sélectionne une caste qui se partage le gâteau en faisant des moulinets médiatiques afin de laisser croire qu’ils s’écharpent et ne pensent pas la même chose, or sur l’essentiel, ils sont d’accord: ils ne remettent pas en cause la règle du jeu qui les a placés là;  au bout du compte, ceux qui gagnent sont toujours les défenseurs de l’État maastrichtien. Les gilets-jaunes savent que le code électoral, associé au découpage électoral opéré par le ministère de l’Intérieur avec l’Élysée, génère un régime illibéral -pour utiliser et retourner une épithète abondamment utilisée par les maastrichtiens pour salir les régimes qui ne les aiment pas donc qu’ils n’aiment pas.  Ce régime est illibéral parce qu’il gouverne sans les gens modestes, sans les pauvres, sans les démunis, sans les plus précaires, sans eux et malgré eux, voire contre eux. Sans ceux qui, aujourd’hui, portent le gilet jaune.

 

C’est donc fort de ce savoir acquis par l’expérience que le peuple des gilets-jaunes ne veut plus rien entendre des partis, des syndicats, des élus, des corps intermédiaires, des députés ou des sénateurs, du chef de l’État et de ses ministres, des élus de la majorité ou de ceux de l’opposition, mais aussi des journalistes qui, de la rubrique locale à l’éditorial du journal national, font partie de tous ces gens qui ont mis la France dans cet état et ce peuple dans cette souffrance. La démocratie indirecte, le système représentatif, le cirque des élections: ils n’y croient plus. Qui pourrait leur donner tort?

Voilà pour quelles raisons quelques gilets-jaunes proposent aujourd’hui le RIC -le référendum d’initiative citoyenne. Les journalistes qui estiment que les gilets-jaunes ne pensent pas, que leur mouvement c’est tout et n’importe quoi, qu’ils disent une chose et son contraire, qu’ils ne sont que dans la colère ou le ressentiment, de vilaines passions tristes que tel ou tel éditorialiste condamne dans son fauteuil de nanti, qu’ils sont des anarchistes ou des casseurs, qu’ils ne proposent jamais rien, ces journalistes, donc, sont bien obligés, en face de cette proposition majeure, de jouer les professeurs devant une classe de primaire en expliquant que le RIC, c’est du délire.

C’est pourtant, au contraire, une pharmacopée majeure très adaptée à cette démocratie malade, sinon mourante. C’est un authentique remède de cheval qui donne la frousse aux dominants, aux corps intermédiaires, aux élus, aux rouages du système, parce qu’ils voient d’un seul coup leurs pouvoirs mis en péril alors qu’ils les croyaient acquis pour toujours! Quoi: « le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple, mais vous n’y pensez pas? Quelle idée saugrenue! ». Si messieurs, justement: c’est la définition que donne le dictionnaire de la démocratie!

Qu’est-ce que ce RIC? La possibilité pour les citoyens de réunir un certain nombre de signatures qui obligent le pouvoir à examiner la question faisant l’objet du RIC, soit au parlement soit sous forme référendaire. « Impossible! » disent les éditocrates comme un seul homme. Or ils oublient que c’est possible depuis des siècles en Suisse et que c’est d’ailleurs ce qui fait de la Confédération helvétique antijacobine une démocratie bien plus sûrement que notre régime oligarchique.

A tout seigneur, tout honneur: le chevau-léger Stanislas Guerini (dans Marianne, le 17 octobre 2018 ), dont tout le monde ne sait peut-être pas encore qu’il est le patron de LREM, procède avec subtilité: Le RIC, c’est la possibilité demain de restaurer la peine de mort! Le RIC, c’est la certitude de la castration chimique pour les délinquants! Le RIC, ce pourrait même être, rendez-vous compte, il ne le dit pas, mais on voit bien qu’il le pense, la possibilité de sortir de l’État maastrichtien!

 

A la République en Marche, on n’aime pas le peuple, trop grossier, trop débile, trop crétin, trop pauvre, trop bête aussi… Il suffit d’écouter cette fois-ci le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Gilles Legendre, qui affirme quant à lui, sans rire: « Nous avons insuffisamment expliqué ce que nous faisons. Nous nous donnons beaucoup de mal, il faut le faire mieux. Et une deuxième erreur a été faite, dont nous portons tous la responsabilité : le fait d’avoir été trop intelligent (sic), trop subtil (sic), trop technique (sic) dans les mesures de pouvoir d’achat. » (Marianne, 17 décembre 2018)

On ne peut mieux dire que le ramassis d’anciens socialistes, d’anciens hollandistes, d’anciens Modem, d’anciens écologistes, d’anciens LR, d’anciens EELV, d’anciens juppéistes, d’anciens sarkozystes, enfin d’anciens anciens qui constituent la modernité révolutionnaire dégagiste de LREM, méprise clairement le peuple jugé trop débile pour comprendre que l’augmentation des taxes sur l’essence, sous prétexte de transition écologique, est un impôt prélevé sur les pauvres sans qu’ils puissent y échapper, puisqu’ils sont contraints de remplir le réservoir de leurs voitures pour travailler.

Certes, Gilles Legendre est un intellectuel haut de gamme, puisqu’il dispose d’une triple casquette: journaliste, économiste, homme politique, ce qui, avouons-le, constitue trois titres de gloire dans l’État maastrichtien en général et, en particulier, dans la France, l’une de ses provinces depuis 1992. Lui qui a été élève à Neuilly, est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, puis du Centre de formation des journalistes de Paris, qui a travaillé à Europe 1, au Nouvel Économiste, à L’Expansion, à Challenges, à L’Événement du jeudi de JFK aussi, qui accumule les jetons dans les conseils d’administration, comme la FNAC, qui a créé une boite de consulting, cet homme, donc, est aussi président d’un Observatoire de l’élection présidentielle -prière de ne pas rire… Il a été giscardien en 1974 -et n’a cessé de l’être depuis cette date…

Quelle morgue! Quelle arrogance! Quelle suffisance d’affirmer que le peuple est inculte, abruti, obtus, alors qu’il comprend très bien qu’on le tond depuis des années et qu’il ne le veut plus! En 2005, lors de la campagne contre le non au Traité européen, j’ai assisté à des réunions publiques où des gens simples et modestes qui ne sortaient pas de l’école de Neuilly, qui n’avaient pas usé leur fond de culotte à l’IEP ou au CFJ, qui n’avaient pas dirigé des journaux économiques libéraux, avaient sur les genoux ce fameux traité annoté, souligné, surligné, stabiloté: ils en avaient très bien compris les tenants et les aboutissants. A l’époque, ils ne voulaient pas être mangés à cette sauce-là. Ils ont donc massivement dit non. Des gens comme Legendre et autres giscardiens de droite et de gauche, dont les socialistes, le leur ont tout de même fait manger de force ce brouet. Mais cette fois-ci, les gilets-jaunes le disent dans la rue: ils ne veulent plus de ces gens, de leurs idées populicides, de leur monde dont Alain Minc dit qu’il est « le cercle de la raison », alors qu’il est bien plutôt le cycle de la déraison.

Avec les gilets-jaunes, je prends une leçon: ce peuple que des années de politique éducative et culturelle libérale ont essayé d’abrutir, d’hébéter, d’abêtir, de crétiniser, ce peuple abîmé par des décennies d’école déculturée, de programmes télévisés décérébrés, de productions livresques formatées, de discours propagandistes relayés de façon massive par une presse écrite, parlée, télévisée aux ordres, ce peuple gavé comme des oies à la télé-réalité et à la variété, à la religion du football et à l’opium de la Française des jeux, ce peuple-là, celui dont j’ai dit un jour qu’il était le peuple « old school » et que je l’aimais, ce peuple: il pense. Et il pense juste et droit. Bien mieux que Macron, dont il est dit qu’il fut l’assistant de Paul Ricœur, et sa cour ou ses élus godillots.

 

On entend peu, très peu, pour ne pas dire pas du tout, le peuple « new school » jadis célébré par Terra Nova. Quand il parle, c’est plutôt d’ailleurs pour dire son soutien, donc sa collusion, avec les gens du système honni par les gilets-jaunes -voyez l’emblématique Mathieu Kassovitz qui tweete: « le peuple qui se bat pour protéger son confort je ne l’aime pas » (25 novembre 2018) - »protéger son confort », quand on est smicard ou à peine!

Sinon, ils sont bien silencieux les gens du show-biz, du cinéma, de la littérature, de la chanson, eux qu’on voit si souvent dans les médias pour combattre la faim et la misère, avec des majuscules, pourvu qu’on ne les oblige pas à prendre parti pour les faméliques et les miséreux, avec des minuscules, qui vivent au pied de chez eux… Ce retour de l’ancien peuple qui fait l’Histoire et souhaite dégager le vieux monde -le faux projet avoué de Macron- me donne le sourire.

Michel Onfray

 

Partager cet article