Phobie des socialistes

Nous, on ne la ferme pas!

Phobie des socialistes

Pas de revalorisation des petites retraites ! Tous les travailleurs qui touchent moins de 1200 euros ne verront aucune augmentation de leur retraite. C’est dommage que tous les policards ne soient pas obligés de survivre avec de telles retraites dérisoires. C’est vrai qu’ils préfèrent comme les patrons, les retraites chapeau. Chapeau les socialos ! Par contre le patronat verra des milliards filés par le gouvernement finir dans ses poches. Vous avez dit deux poids deux mesures !

Heureusement que c’est l’année Jaurès. A-t-il été lu et compris de nos petits marquis du socialisme. Certes non !

Les instits : la dernière roue du carrosse.

Payés 30% de moins qu’un professeur tout en travaillant davantage. C’est sans doute la dernière version socialiste d’un traitement égal et de même respect des enseignants de la maternelle à l’université.

Payés aussi 17% de moins que la moyenne des Professeurs des écoles des pays de l’OCDE. Faut dire qu’avec la dizaine de syndicats sans adhérents dans le secteur enseignant, le contrepoids au ministère est des plus faibles. Il suffit de voir les tergiversations des syndicats enseignants sur le problème des rythmes scolaires. On ne les entendra donner de la voix qu’à l’approche des élections professionnelles de fin d’année…

Les chômeurs dans le collimateur du gouvernement : Rebsamen voulait organiser la stigmatisation des sans-emplois. Il s’en fout le Rebsamen. Même viré, il trouvera toujours à se recaser pour bons et loyaux services au capital.

La droite se frotte les mains car la gauche lui prépare le terrain pour 2017 : casse du code du travail, casse des seuils sociaux qui apparaissent aux patrons comme un obstacle à l’emploi, ce qui est foncièrement faux.

Le MEDEF veut remettre en cause les 35H, supprimer deux jours fériés…et vu l’état de déliquescence de la gauche, il en demandera toujours plus…

Pendant ce temps-là, un ministre atteint de phobie administrative n’a pas payé ses impôts, son loyer…Négligent ce gars-là. Curieux tout cela car les petites gens ne passent pas au travers du paiement des impôts et se font mettre dehors après la trêve hivernale quand ils ne paient plus leur loyer.

Après les sans-logis, les sans-emplois, les sans-emplois…nous avons les sans-dents du président Hollande !

Manque plus que les sans-culottes pour foutre dehors toutes ces crapules politiciennes !

Libertaires : plus que jamais ! G.L.Jules Durand.

 

Partager cet article