Paix immédiate en Ukraine

solidarite-mineurs

« La guerre est un massacre entre des gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne massacrent pas. » Paul Valéry

Il n’y a pas d’absurdité plus atroce que la guerre capitaliste. Les attaques aveugles de la Russie que subissent aujourd’hui l’Ukraine, comme elles le sont dans de nombreux endroits moins visibles du monde, n’ont qu’une seule victime : la population civile, les peuples. Alors que ceux qui les commandent se cachent derrière des tables luxueuses, les gens subissent les horreurs de la guerre, des meurtres, des abus, de la répression, des bombardements et des destructions. Les femmes, les personnes âgées  et les enfants sont souvent les premières victimes.

Au nom des États ou de la patrie, derrière lesquels se cachent les oligarchies patronales et politiques, des millions de personnes sont convoquées et condamnées à la souffrance dans le but de maintenir une lutte de pouvoirs et des privilèges particuliers des mêmes élites de part et d’autre du combat.

Une fois les attentats perpétrés, il n’y a plus de place pour d’autres appels à la prudence, les agressions doivent cesser immédiatement et la voie du massacre armé doit être abandonnée. Ce sont les vies de millions de travailleurs qui sont en jeu, utilisés comme des pions sur un échiquier où luttent de fausses puissances: les prétentions expansionnistes des impérialistes en déclin, l’implosion du système capitaliste actuel et les luttes pour des ressources naturelles de plus en plus épuisées.

Poutine, l’ancien du KGB, est connu pour être un psychopathe. Il est imprévisible. Ses alliés chinois, communistes autoritaires, ne valent pas mieux.

Le capital est dans sa crise systémique ; il est clair qu’il doit continuer à alimenter les machines de l’industrie de l’armement, même si des milliers de personnes doivent mourir pour le faire.

Il faut leur tenir tête, dire non à la guerre aujourd’hui, c’est dire oui à la dignité des peuples. C’est un combat pour la vie. Ni les airs impérialistes de la Russie, ni les prétentions expansionnistes de l’OTAN, des États-Unis et de leurs alliés ne sont les nôtres.

Si nous devons nous battre, que ce soit contre les agressions quotidiennes que nous subissons en tant que classe ouvrière, par une élite peu encline à l’empathie et décadente. Nous devons accélérer le processus de notre émancipation à défaut de finir dans une grande boucherie généralisée.

L’antimilitarisme et la solidarité fraternelle entre les travailleurs du monde sont aujourd’hui le seul camp à défendre et à mobiliser.

NON À LA GUERRE, PAS EN NOTRE NOM.

Antimilitaristes toujours, toujours antimilitaristes !

PS: Nous constatons que le socialisme réel tant vanté par le parti communiste pendant des décennies a accouché d’un régime capitaliste gouverné par un autocrate. Après les millions de morts du communisme et l’enfermement au goulag de millions de personnes, la vérité sur le communisme autoritaire ne peut plus être cachée. Les intellectuels et les politiciens qui ont soutenu ce type de régime dictatorial sont discrédités à tout jamais. Idem pour le régime chinois tant en vogue dans l’après 68.

Partager cet article