La nouvelle guerre froide

batallon-azov-768x476

L’EUROPE AU BORD DU GOUFFRE : DE LA NOUVELLE GUERRE FROIDE À UN PAS DE LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE ENTRE L’OTAN, L’UKRAINE ET LA RUSSIE

2 FÉVRIER 2022

« La guerre est un massacre entre des gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne massacrent pas » – Paul Valéry

Brève histoire de l’Ukraine et de la Russie

Pour comprendre l’origine du conflit, Pere Ortega (Centre Delàs d’Estudis per la Pau ) propose dans un article d’ El Salto d’analyser les bouleversements historiques que l’Ukraine a traversés dans son histoire. Il ne faut pas oublier que l’Ukraine et la Russie sont deux pays unis depuis leur création [1], même si Ortega ne remonte pas aussi loin et commence son analyse par les famines de 1932 – produites après que Staline ait confisqué les récoltes ukrainiennes, affamant des millions de personnes et expulsant diverses minorités – comme origine du grand ressentiment de la population ukrainienne envers la Russie. Cela a déclenché, pendant la Seconde Guerre mondiale, une collaboration entre des groupes nationalistes ukrainiens avec les armées de l’Allemagne nazie pour exterminer des millions de pro-russes. Après la guerre, la population tatare de Crimée a été déplacée pour avoir collaboré avec le nazisme et la région a été repeuplée par la population russe, qui y reste aujourd’hui, en gardant ses traditions intactes. Quelques années plus tard, en 1954, Nikita Khrouchtchev décida arbitrairement de donner la Crimée à l’Ukraine.

Expansion de l’OTAN vers l’Est

Depuis la chute de l’URSS, l’obsession américaine a toujours été de s’étendre en Europe de l’Est. Une manœuvre qui, si elle se produisait chez elle, ne serait pas tolérée[2] . Le journaliste John Wojcik explique dans un article du People’s World qu’en 1999, l’OTAN – contrairement aux promesses faites après la fin de la guerre froide – a commencé sa propre « invasion », s’étendant à la Pologne et à la République tchèque. La Russie, économiquement engloutie, n’a pas pu réagir. Cette faiblesse signifiait qu’en 2004, ils voyaient une voie claire pour s’installer dans les républiques baltes d’Estonie, de Lituanie et de Lettonie (anciennes républiques soviétiques).

Le fait que nombre de ces gouvernements ne respectent pas les droits de l’homme , aient interdit leurs partis communistes et interdit de montrer le rôle que leurs États ont joué pendant l’Holocauste – ce qui est absolument illégal, selon le droit de l’UE – ne semble pas importer en Occident.

En avril 2008, le sommet de Bucarest a eu lieu, au cours duquel l’OTAN a entamé des pourparlers pour que l’Ukraine et la Géorgie rejoignent l’alliance dans un avenir pas trop lointain. Quelques mois plus tard, en août 2008, un Saakashvili , président nationaliste de la Géorgie, enhardi, entreprend de conquérir l’enclave d’Ossétie du Sud, de facto indépendante depuis 1992, et de la revendiquer comme la sienne. Le sénateur américain John McCain s’est rendu en Géorgie pour le soutenir. L’opération militaire a entraîné la mort de quelque 2 000 civils et le déplacement de 158 000 réfugiés . L’armée russe est intervenue et a arrêté la tentative d’invasion – tuant quelque 3 000 soldats géorgiens et quelque 180 civils – comprenant qu’il s’agissait d’une manœuvre de l’Occident pour isoler leur pays et prendre le contrôle d’une région stratégique riche en matières premières.

 

Pays européens de l’OTAN (extrait du NPR )

L’Euromaïdan (2013-2014)

De là, nous faisons un pas de géant vers les années 2013 et 2014, lorsque les manifestations d’ Euromaïdan ont eu lieu – la soi-disant Révolution de la Dignité -, promues par les États-Unis, l’Union européenne, l’extrême droite ultra-nationaliste groupe Pravy Sektor, le parti fasciste Svoboda et l’Église orthodoxe ukrainienne. Ces mobilisations ont commencé en novembre 2013, sur la Place de Maidán [3], après que le président pro-russe Ianoukovitch a suspendu l’accord de libre-échange avec l’UE. La différence dans le soutien apporté aux manifestants nous montre la profonde division de la société ukrainienne : à Kiev et dans l’ouest de l’Ukraine, plus de 75 % de la population a accepté d’adhérer à l’UE, tandis qu’à l’est et en Crimée, les partisans de cette idée n’ont même pas pu atteindre 20 %, car ils ont préféré créer une union douanière avec la Russie.

En décembre 2013, une fois de plus, le sénateur américain John McCain s’est rendu sur la place Maidan pour montrer son soutien aux manifestants et leur demander de ne pas arrêter leurs efforts pour isoler la Russie et embrasser l’Occident. Et c’est ce qu’ils ont fait, avec des manifestations de plus en plus violentes, après une escalade de l’agressivité qui a commencé en janvier 2014, qui s’est terminée par 82 manifestants et 7 policiers tués (la plupart en février) et environ 140 incarcérés. Fin février, Ianoukovitch et l’opposition parviennent à un accord, avec la médiation de trois ministres des affaires étrangères de l’UE (Radosław Sikorski, de Pologne, Laurent Fabius de France, et Frank-Walter Steinmeier d’Allemagne) pour former un gouvernement de coalition. Elections et retour à la Constitution de 2004 pour freiner la violence. Cependant, Ianoukovitch n’a pas ratifié les accords et a fui le pays.

L’Euromaidan a fini par forcer le limogeage de Ianoukovitch, la mise en place d’un gouvernement intérimaire d’extrême droite et, après la tenue d’élections boycottées dans les régions pro-russes, la présidence du millionnaire Porochenko a commencé , qui a pris des mesures pour approcher l’UE et les États-Unis – alors le vice-président Joe Biden s’est rendu à Kiev pour le soutenir. Selon le journal anarchiste ukrainien Assembly , « le nouveau régime n’a pas initié de réformes antisociales, mais a approfondi celles qui avaient été entamées bien avant. L’inégalité entre les classes sociales s’est accrue et des termes tels que « capitalisme », « néolibéralisme » et « nationalisme » ont acquis une nouvelle importance en Ukraine ».

Le changement de gouvernement a également entraîné l’interdiction du Parti communiste d’Ukraine et d’autres formations de gauche, ainsi que la perte du statut co-officiel de la langue russe, touchant 40 % des russophones du pays, comme ainsi que le hongrois et le roumain.

L’annexion de la Crimée et la guerre du Donbass

La Russie n’est pas restée les bras croisés pendant Euromaidan, d’autant plus que la région orientale du Donbass (Luganks et Donnetsk) et le sud de l’Ukraine, ainsi que la Crimée, ont une population majoritairement russe. De plus, en Crimée, la Russie dispose à Sébastopol d’une base militaire vitale pour les intérêts de sa marine d’où elle a accès à la Méditerranée. Pour cette raison, en mars 2014, la Russie a décidé « d’annexer » la Crimée (où 90 % de la population est russe), ce qui ne nécessitait pas une invasion, mais seulement de bloquer les frontières et d’établir des points de contrôle.

 

Cette annexion était une violation du mémorandum de Budapest, dans lequel en 1994 le président russe Eltsine s’engageait à respecter la souveraineté ukrainienne en échange de sa dénucléarisation. Mais il ne faut pas oublier que l’OTAN a fait de même au Kosovo et les États-Unis en Irak. Par conséquent, il est extrêmement cynique d’accuser la Russie d’enfreindre la loi alors que les États-Unis l’ont fait d’innombrables fois dans le passé.

De leur côté, dans les régions du Donbass, les manifestants contre le nouveau gouvernement se multiplient, avec des invasions de bâtiments officiels pour retirer les drapeaux ukrainiens et hisser celui de la Russie. Début avril 2014, les républiques populaires de Donetsk et de Kharkov ont été proclamées. L’armée ukrainienne a répondu par la force et peu après une guerre a éclaté entre les milices pro-russes et l’armée régulière ukrainienne, dont de nombreuses unités sont sous le contrôle de groupes fascistes et néonazis , comme le bataillon Azov .

 

Néo-nazis du bataillon Azov, intégrés à l’armée ukrainienne

Cette guerre n’est pas terminée à ce jour, bien qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, elle soit dans un cessez- le-feu. On estime qu’y ont participé 64 000 soldats de l’armée ukrainienne – dont quelque 4 150 sont morts ou blessés – et quelque 45 000 miliciens des Républiques populaires de Louganks et de Donnetsk, ainsi que du pseudo-État connu sous le nom de « Nouveau La Russie ».

Par conséquent, dire qu’en Ukraine « une guerre pourrait éclater », c’est ignorer le fait que la région est en guerre depuis plus de 7 ans. La menace actuelle consisterait donc en l’escalade du conflit et/ou l’entrée de nouveaux acteurs internationaux.

Les approches ukrainiennes de l’OTAN

En 2017, l’Ukraine a de nouveau officiellement demandé à rejoindre l’OTAN. Et, après que le droitier Zelensky – issu d’une famille russophone, mais fervent nationaliste ukrainien – ait remporté les élections en 2019, ses efforts pour rejoindre l’alliance se sont multipliés.

Mais cela, bien sûr, n’est pas considéré favorablement par Poutine. Après tout, ce n’est pas la même chose pour les petites républiques baltes de rejoindre l’OTAN que pour un pays avec lequel elles partagent une frontière de 2 300 kilomètres et dont une bonne partie de ses habitants sont culturellement et linguistiquement russes. Et c’est quelque chose que, curieusement, la France et l’Allemagne ont compris, qui n’ont jamais convenu que l’Ukraine rejoigne l’alliance, justement pour ne pas inquiéter la Russie.

Miguel Vázquez Liñán explique dans El Salto les craintes de Poutine selon lesquelles « pour le Kremlin, la Fédération de Russie est entourée d’ennemis qui travaillent dur pour démembrer le pays, d’ennemis qui craignent une Russie forte et unie (le nom du parti de Poutine, Russie unie, ce n’est pas un hasard) qu’elle joue un rôle de premier plan dans les relations internationales. De ce point de vue, l’opposition politique ne serait rien de plus que le prolongement de ces ennemis à l’intérieur du territoire russe : la cinquième colonne ; le cheval de Troie « occidental ». Ce critère a effectivement servi au Kremlin pour condamner, par exemple,  Pussy Riot , l’opposition Alexeï Navalny, des groupes de  jeunes anarchistes ou  des organisations mémorielles et de défense des droits de l’homme telles que  Memorial : pour le Kremlin, il s’agit d’actions visant à lutter contre l’influence extérieure (occidentale), devenant ainsi la justification de tout ce qui sert l’objectif politique le plus évident que semble avoir le dirigeant russe : rester encore lui-même au pouvoir . » A cette liste s’ajouterait la persécution des personnes LGTBiQ et des journalistes critiques du régime.

La réaction russe et les tambours de guerre en Occident

En 2021, Poutine a ordonné le déploiement de 100 000 soldats russes à la frontière ukrainienne. Une manière subtile de revendiquer que leurs frontières ne soient pas menacées. Dans une conférence qu’il a donnée en décembre dernier, il a rappelé que « l’Occident avait violé sans vergogne la promesse qu’il avait faite dans les années 1990 de ne pas s’étendre à l’Est « . Par la suite, il a envoyé deux projets d’accords aux États-Unis dans lesquels Moscou demande d’arrêter l’expansion de l’OTAN en Europe de l’Est (y compris l’Ukraine et la Géorgie), de ramener les forces armées de l’Alliance à l’  endroit où elles étaient stationnées en 1997 et l’engagement que ni les États-Unis ni la Russie ne déploient de missiles à courte ou moyenne portée en dehors de leurs territoires. Pour Washington comme pour l’OTAN, les exigences russes sont « inacceptables ».

Convoi de l’armée russe en Crimée, en janvier 2022

Et c’est avec cette situation que, début 2022, les puissances occidentales – principalement les États-Unis et le Royaume-Uni – commencent à avertir que les provocations russes pourraient nous conduire à la guerre. Un conflit guerrier qui, en fin de compte, est causé par l’UE, qui a agi avec une mauvaise foi manifeste, en essayant d’amener l’Ukraine à rejoindre son bloc économique ; par l’impérialisme américain, qui voulait son entrée dans l’OTAN ; et à cause des efforts de la Russie, qui n’entend pas abandonner certains territoires qu’elle considère comme les siens par l’histoire.

 

De son côté, le gouvernement espagnol, n’oublions pas qu’il est le plus progressiste de l’histoire de l’univers, a annoncé qu’il aiderait l’Ukraine, les États-Unis et le Royaume-Uni en cas de guerre et a envoyé des Eurofighters en Bulgarie et l’incorporation de la frégate Blas de Lezo à la flotte de l’OTAN qui traversera la mer Noire. Des déclarations inquiétantes de l’exécutif espagnol qui, au lieu de suivre la ligne plus prudente de la France et de l’Allemagne, a choisi la belligérance américaine de l’administration Biden. Au lieu de reconnaître et de réparer les erreurs en cours de route, l’échec arrogant des dirigeants américains et de l’OTAN à reconnaître les préoccupations russes en matière de sécurité a précipité la crise ukrainienne. Pour plus de critique du gouvernement, nous renvoyons à l’article « Nos politiciens aiment la guerre : ridicules, serviles, provocateurs et irresponsables », publié par Pedro Costa dans El Salto.

En revanche, en Europe, l’extrême droite est absolument divisée sur cette question. Certains de ses dirigeants soutiennent la Russie, d’autres l’OTAN. Antonio Maestre explique dans un article de La Marea que l’extrême droite hongroise »Viktor Orban, malgré le fait que la Hongrie soit dans l’OTAN, est un allié de Vladimir Poutine. C’est son plus grand allié pour opposer son veto à l’éventuelle incorporation de l’Ukraine dans l’Alliance atlantique, faisant allusion à la répression qui, selon les termes d’Orban, oblige la minorité hongroise d’Ukraine à fréquenter l’école en ukrainien. En raison également d’intérêts commerciaux, puisque la Hongrie est un concurrent direct de Kiev en tant que pays de transit du gaz russe, car elle a des perspectives de connexion au gazoduc Turks Stream qui reliera la Russie à l’Europe, en contournant l’Ukraine. D’autre part, Mateusz Morawiecki souffre des attaques de la Russie à ses frontières avec la Biélorussie, avec des attaques de guerre hybrides et l’augmentation de la crise migratoire intentionnelle que Loukachenko a provoquée pour faire pression sur Varsovie. Ce ne sont pas les seules positions antagonistes qui battent chez les post-fascistes, puisque Marine Le Pen a soutenu l’annexion de la Crimée à la Russie. L’incohérence qui bat dans VOX a un difficile système de contrepoids, reflet de l’héritage politique du pastiche qui se niche dans la formation post-fasciste. Atlantistes et pro-russes vivent dans le parti dans une apparente placidité, mais il y a bien plus. La pulsion entre mondialisme et souverainisme est ce qui conduit un secteur du parti à défendre le nationalisme russe comme un élément indispensable de ses postulats théoriques ».

Ni guerre entre les peuples, ni paix entre les classes

Malgré les énormes fiascos des invasions militaires de l’Irak (2003) et de l’Afghanistan (2001) – la destruction de pays entiers, la déstabilisation de la région et la perte de crédibilité de l’empire américain – deux décennies plus tard, nous nous retrouvons avec une situation similaire à celui de la photo des Açores. L’alliance de Bush, Blair et Aznar est désormais composée de Biden, Johnson et Sánchez.

Nous sommes face à un cas d’expansionnisme militaire, qui n’épargne pas un discours arrogant et impérialiste, qui force une crise à coincer et humilier l’ennemi. Espérons que tout reste dans une bravade imprudente de Biden, Johnson et Sánchez (les trois en baisse en ce qui concerne leur popularité) et non dans le début d’une guerre aux dimensions incroyables.

Qui sait, peut-être que bientôt nous nous verrons descendre dans la rue, comme nous l’avons fait il y a 19 ans avant la guerre en Irak, pour dire « non à la guerre ».

 

Plus d’informations

• « L’OTAN et ses hôtes européens (au secours de l’Ukraine nazie) » (Kaos en la Red)

• « Assembly, un magazine anarchiste ukrainien, sur la politique et une éventuelle guerre russo-ukrainienne » (The Commoner)

• « Clés du conflit russo-ukrainien : scénarios futurs possibles et propositions de désescalade » (El Salto)

• « Ukraine : les dirigeants des grandes puissances jouent avec le feu » (Al Qods)

• « Réduire la militarisation du conflit ukrainien à éviter la guerre » (Centre Delàs per la Pau)

• « Ne touchez pas la Russie, les États-Unis et l’OTAN depuis l’Ukraine » (UIT)

•« Noam Chomsky : la politique obsolète des États-Unis en matière de guerre froide aggrave la situation en Ukraine et en Russie » (sans autorisation)

• « Expliquer l’OTAN et l’Ukraine : comment un débat vieux de 30 ans anime encore Poutine aujourd’hui » (NPR)

• « L’Occident, pas La Russie est responsable du danger de guerre en Ukraine » (Monde populaire)

• « Comment les États-Unis et l’OTAN pourraient régler le différend sur l’Ukraine sans guerre » (Common Dreams, traduit en espagnol par El Salto)

• « La guerre de l’Ukraine n’a pas pris endroit » (El Salto)

• « Les États-Unis pourraient former des néo-nazis en Ukraine » (El Salto)

 

[1] L’Etat russe est en effet né à Kiev. Et les histoires des deux pays sont si unies qu’à l’été 2021, Poutine a publié une thèse dans laquelle il expliquait que les deux nations constituaient un seul peuple.

[2] La doctrine Monroe a été établie depuis le 19e siècle, selon laquelle les États-Unis ne tolèrent l’ingérence d’aucune puissance européenne sur le continent américain. Seuls les pays américains, menés par les États-Unis, peuvent y agir.

[3] Scénario de la révolution orange de 2004 et 2005.

 

Article tiré du site anarchiste espagnol tout est à faire.

De la part d’Erwan pour le libertaire

 

NDLR : nous comprenons la peur de la population polonaise, des pays baltes vis-à-vis de Poutine, cet ancien du KGB…compte-tenu de l’attitude de l’URSS à leur égard dans le passé. Il aurait été judicieux d’incorporer un texte relatif à Makhno et développer la tragédie de la famine en Ukraine. Ainsi que la Terreur stalinienne.

Partager cet article