Marre de la police des mœurs

Bayraktar

Marre de la police des mœurs

Yvonne De Gaulle, la première dame de France, n’avait pas supporté les paroles du tube de Pierre Perret:« Les Jolies Colonies de vacances », qualifié de « honte pour la France ».

Cette chanson populaire  s’était attiré les foudres de l’Élysée en 1966. Selon Pierre Perret : « Cette année-là, Yvonne de Gaulle avait téléphoné à Roland Dhordain qui était le patron de France Inter, pour faire interdire la chanson ». La même consigne fut donnée sur les chaînes publiques de l’ORTF. Heureusement que Mai 68 vint changer les mentalités et mit un coup de pied dans la fourmilière de cette France corsetée par des principes moraux d’un autre âge.

Il ne fallait pas que les Français entendent ce genre de ritournelle dite salace et décadente aux yeux des culs bénis.

C’était en 1966, dans un autre siècle, il y a 56 ans…et en France, pays de Voltaire et Hugo. Mais pays, capable de monter des barricades et de faire bouger les lignes.

Aujourd’hui, c’est en Turquie qu’une chanteuse subit la censure et les affres des religieux islamistes. Il s’agit de la Madonna turque, Gülsen Bayraktar çolakoglu. Cette star est assignée à résidence depuis le 29 août dernier. Pourquoi ? Une tentative de coup d’Etat, un crime, une atteinte à la sûreté de l’Etat… ? Non, pour avoir simplement plaisanté en parlant d’un de ses musiciens : « Il est pervers parce qu’il a fréquenté un lycée religieux ». Voilà le crime de lèse musulmanie. Suite à la circulation d’une vidéo, la chanteuse a été incarcérée à Istanbul pour, tenez-vous bien, incitation à la haine. Quand on vous répète que la religion est liberticide.

En réalité, la star turque est visée car elle défend la cause des homosexuels qui sont tous et toutes aux yeux des islamistes, des pervers. Certaines localités turques interdisent les festivals qui leur paraissent contraires à la morale religieuse.

Icône pour les laïcs, cible accrochée dans le dos pour les islamistes, voilà la liberté d’expression soumise au joug des islamistes. Les religieux ont un problème avec les femmes ; ils ne supportent pas la nudité féminine et les femmes libres. Ils les veulent soumises et non en pantalon moulant.

Certains voient dans cette arrestation un gage donné aux plus conservateurs car les élections présidentielles approchent. Nous y voyons surtout une attaque en règle contre les artistes laïcs et contre les femmes, toujours considérées par les islamistes comme des citoyennes de seconde zone qui doivent obéir le doigt sur la couture aux hommes.

La religion ennemie de la liberté d’expression : encore une preuve

Salma Al-Chehab, âgée de 34 ans, relayait régulièrement sur twitter des messages en faveur des droits des femmes dans le royaume d’Arabie Saoudite.

Cette doctorante a été condamnée à 34 ans de prison pour des tweets en faveur des droits des femmes, en août dernier. Etudiante en médecine dentaire à l’université de Leeds, mère de deux enfants, Salma Al-Chehab a  été arrêtée en janvier 2021 alors qu’elle était en vacances en Arabie saoudite.

 

Ce pays est régulièrement épinglé par des ONG pour de graves violations des droits humains, notamment sa répression contre les dissidents politiques et les  féministes. Là encore, les femmes qui se rebiffent paient un lourd tribut dans les pays autocratiques soutenus par une religion d’Etat complice des exactions du pouvoir et peu regardantes sur le doit des femmes.

Nous espérons que les femmes se détourneront de la religion afin de vivre librement et de disposer de leur corps comme elles l’entendent, sans avoir de compte à rendre à un quelconque mâle.

Et peut-être qu’un jour, on entendra, par-delà nos frontières occidentales, la chanson de Pierre Perret, le « Zizi ».

 

Sterenn (56) pour le libertaire

 

Partager cet article