Manque criant d’Ehpad au Havre: que dit le maire du Havre, on aimerait bien le savoir…

chiens dehors

Manque criant d’Ehpad au Havre

Le 18 septembre dernier, 320 personnes âgées dépendantes des Escales étaient transférées vers « Desaint-Jean » à Dollemard et « Les Colibris » à Caucriauville-Aplemont. Si nous sommes toujours satisfaits de voir les conditions d’accueil et d’hébergement des résidents s’améliorer, nous déplorons toujours le manque de lits dans les Ehpad au Havre (et ailleurs aussi). Ces nouvelles structures ne comblent en aucun cas le manque criant de places. Vous pouvez écumer tous les Ehpad de la région, aucune place n’est disponible. Un médecin généraliste havrais nous confiait qu’il fallait compter deux ans pour obtenir une place en Ehpad. Fichtre ! Deux problèmes se posent : l’opacité d’un système et le recours au privé pour répondre à une demande toujours plus grande.

Au Havre, vous pouvez avoir effectué une demande d’entrée en Ehpad pour vos parents, rien ne vous dit que ces derniers soient sur une liste d’attente et à quel rang. C’est la porte ouverte à tous les bidouillages. Quand il n’y a pas de transparence, on peut tout supposer, à juste titre.

L’autre problème vient du fait que le secteur public n’a pas anticipé les besoins de lits pour les personnes âgées dépendantes, ce qui permet aux Ehpad à statut privé de se faire des couilles en or. Par exemple le groupe Korian a réalisé 131 millions d’euros de bénéfices en 2016. Selon SUD, en 2016, le groupe Korian a enregistré un Chiffre d’Affaire record de près de 3 000 000 000 € (3 milliards) et 131 000 000,00€ (131 millions) de bénéfices !

Ces excellents résultats financiers ont été réalisés dans un contexte où le personnel ne cesse de déplorer la dégradation des conditions de travail, les restrictions budgétaires qui impactent les effectifs, les équipements et la prise en charge des personne ; dans un contexte où la situation sur le terrain pour les équipes est de moins en moins supportable (augmentation des accidents, pressions, tensions, etc.).

La progression fulgurante des profits de l’entreprise s’est faite par des acquisitions mais aussi en partie par les dégradations économiques des conditions de travail et de prise en charge :

« Nous déplorons que des profits records enregistrés chaque année par le groupe ne profitent pas (ou alors si peu) au personnel et aux résidents/patients des établissements. »

Voilà planté le décor. L’émission Envoyé Spécial passée à la TV, le 20 septembre 2018, et consacrée aux Ehpad privés va dans le même sens. Dès aujourd’hui, plusieurs établissements du groupe Korian ont répondu en adressant une lettre aux familles: « scandaleux, reportage à charge… ». La réponse ne s’est pas fait attendre. Il faut dire que l’enjeu financier est important. On apprend de même que des pressions ont été exercées pour faire interdire le reportage…

Alors quand une assistante sociale de l’Hôpital public Jacques Monod pousse des familles (au moins une à notre connaissance) vers Korian, même à titre transitoire, cela nous interpelle. Nous savons qu’il faut libérer des lits dans les unités gériatriques de courts séjours, mais…On imagine mal un Directeur d’école publique dire à des parents, « mon établissement est plein, allez voir l’école privée à côté ». C’est un principe d’éthique.

Il va falloir être vigilants et exiger :

-de nouvelles constructions d’Ehpad au Havre et dans la région ;

-une transparence dans les listes d’attente pour éviter toute suspicion de favoritisme, piston… ;

-que les membres du service public (médecins de l’hôpital, A.S….) n’orientent pas sciemment des patients vers des structures privées, surtout quand on voit le prix des tarifs journaliers (3500 euros par mois) et que bien souvent les capacités financières des familles n’ont pas été sérieusement vérifiées.

Les Ehpad, c’est aussi le grand enjeu social des années à venir. Nous serons présents dans ce combat comme dans bien d’autres.

 

Partager cet article