Le libertaire Hors série sur les Syndicats jaunes

Jules5

D’ où vient le terme de « Jaune » ?

Le terme « Jaune » apparaît, selon Biétry, pour la première fois lors d’une grève à Monceau-les-Mines où les « rouges » s’opposent à un groupe de mineurs non-grévistes soutenu par le patronat. Ce groupe dissident dont les membres s’étaient proclamés « les membres du syndicat n°2 », avait l’habitude de se retrouver au sein d’un café, le Café de la Mairie à Montceau-les-Mines, édifice qui devint la cible de nombreux projectiles. Les vitres cassées du café se voient remplacées par des feuilles de papiers jaunes dont les non-grévistes avaient un stock. La couleur de ses feuilles devient alors le nom de baptême des anti-grévistes repris au vol par ces derniers et assumé tel que. Il importe par ailleurs de retenir que l’emblème des Jaunes est le genêt par opposition à l’églantine des syndicats rouges. Cet emblème figure sur les ouvrages de Biétry et orne les boutonnières des blouses des ouvriers du Creusot. En 1904, l’insigne du genêt est imprimé sur étoffe au bureau du Jaune par exemple.

Au Havre, en parallèle de la Bourse rouge, est inaugurée une Bourse libre dite « Bourse jaune », 25 rue Dumé d’Aplemont, par Biétry, le fondateur de la Bourse libre de Paris et directeur du journal La Voix Française « Sociale, Propriétiste, Antisocialiste, Politique et Littéraire », le 12 septembre 1903. Cette Bourse est créée par le Comité Havrais de l’Action Libérale. Le secrétaire général de cette Bourse s’appelle Czulcwski, il est aussi directeur de publication du journal des syndicats jaunes du Havre.

Czulcwski est surnommé « Cucu la jaunisse » par les rédacteurs du Progrès qui se font une joie de multiplier les diatribes à son égard…

Lib Hors-Serie Avril 2016

Partager cet article