Le Libertaire de juin 2020

le libertaire

Loin et contrairement aux positions qui conçoivent la propagande comme une activité spécifique menée par des spécialistes et / ou des professionnels du domaine, qui entendent « vendre » ou promouvoir une image, privilégiant l’ajout de supporters à sa cause « éclairée », nous parions sur la propagande quotidienne dont l’accent doit nécessairement être mis sur le développement qualitatif de notre pratique de rupture, donc ce qui s’exprime dans la propagande et les moyens de le diffuser doivent, forcément, être liés à toutes nos activités. En ce sens, nous ne cherchons pas à guider, persuader ou convaincre qui que ce soit, ce qui est destiné à influencer la réalité (ou les réalités) sociales en montrant un ensemble d’idées et de pratiques qui encouragent et favorisent la confrontation contre ce qui existe. En ne maquillant pas ou en minimisant les discours, en ne transformant pas nos plans (en supposant que la manipulation est une stratégie de coercition) afin qu’ils soient bien reçus par le plus grand nombre, bref, en essayant d’être sincères et clairs dans nos propositions, en comprenant le destinataire du message comme un équivalent, vous avez la possibilité de décider de votre vie, nous considérons la liberté individuelle comme un aspect central et indissociable de notre activité de propagande. Par conséquent, aucune tentative n’est faite pour générer des engagements avec la personne d’accueil, car elle appliquera le message de la propagande en fonction de ses motivations et intérêts personnels. Malatesta est précis en ce sens: « Que chacun essaie les chemins qu’il crée le mieux et les plus adaptés à son tempérament. »

D’un autre côté, nous pensons que la propagande anarchiste doit nécessairement être la propagation et l’exacerbation du conflit. Un appel à utiliser toute l’imagination et les moyens disponibles pour détruire le pouvoir dans toutes ses expressions, et il n’y a pas d’ambiguïtés à cet égard: «La propagande de nos idées doit se faire non seulement par la parole et la plume, mais aussi et surtout au long de l’action ». – Kropotkine.

Nous ne voyons pas les idées anti-autoritaires loin de l’insurrection et de la révolte, elles sont indissociables et constituent un complément indispensable qui remplit à la fois nos discours et notre pratique de contenu. Par conséquent, nous nous éloignons de la propagande qui ne cherche pas à agiter, qui ne cherche pas la confrontation et qui se consacre uniquement à vanter les aspects positifs de l’anarchisme, à pouvoir établir une coexistence pacifique avec le système de domination. Générer des espaces, des instances et des moments de débordement chaotique, c’est pour nous l’objectif principal de la propagande anarchiste, qui est évidemment liée à des processus de réflexion et de développement qualitatif.

Enfin, il est important de rendre visible la propagande dans la rue, d’y avoir une présence afin que notre discours soit vu et ressenti, qu’il soit ou non valorisé. En prenant les espaces pour mener telle ou telle activité, nous unissons parole et action, ce qui représente un aspect fondamental de la propagande anarchiste.

le Libertaire Juin 2020

Partager cet article