Le Libertaire de Février 2022

Idefix

8 mars 2022 ENSEMBLE et en LUTTE contre les inégalités

C’est ainsi que nous les femmes nous retrouvons, surtout ces dernières années, ensemble et dans la lutte contre les inégalités, ensemble et dans la lutte pour notre émancipation, pour un humanisme intégral, pour une société d’égalité, de justice sociale, de démocratie directe et solidaire. La liberté, comme nous l’a légué le mouvement anarchiste des Femmes Libres.

Les femmes, l’anarcho-féminisme, tout le mouvement féministe inclusif actuel, se battent depuis de nombreuses années parce que la souffrance que nous inflige l’ennemi est insupportable. Une souffrance qui englobe le physique, le psychologique et l’éthique ; qui nous touche à tous les niveaux de la vie politique, publique, ouvrière, sociale, économique, personnelle, affective, sexuelle, culturelle, éducative, créative…

L’ennemi auquel nous sommes confrontés est très fort, multiforme et agressif. Le surmonter signifie avoir réalisé une transformation sociale complète, avoir construit une nouvelle société de justice, de liberté et de pleine égalité pour tous les êtres humains.

Cet ennemi s’appelle le patriarcat, il existe pratiquement depuis toujours, il s’est déguisé de bien des façons, il a noué de vastes alliances et n’a pas hésité à servir et à utiliser un large éventail d’idéologies politiques, sociales et économiques afin de perpétuer son grand objectif, la domination de l’homme sur la femme .

Mais s’il est un allié auquel il s’identifie particulièrement, c’est bien le capitalisme. Les deux, le capitalisme et le patriarcat se nourrissent mutuellement de sorte que la société actuelle dont nous continuons à souffrir est la société des inégalités.

Dans cette société, la plus grande inégalité est celle subie par les femmes par rapport aux hommes. Discrimination, extorsion, abus, mépris, exploitation, marginalisation… dans l’égalité des chances ; dans la visibilité publique ; dans l’accès aux emplois de responsabilité et de management ; en développement professionnel; dans l’injuste écart salarial et les retraites ; dans la répartition du travail domestique et des soins ; dans l’exploitation mercantiliste et l’objectivation sexuelle.

Pour la CGT, en tant qu’organisation anarcho-syndicaliste, le 8 mars continue d’être la journée internationale de la femme travailleuse, car dans cette société d’inégalités et de classes, la classe ouvrière est exploitée et cette exploitation se multiplie quand on parle de femmes travailleuses.

C’est notre lutte en tant que femmes et en tant que travailleuses , une lutte féministe, anarcho-féministe, inclusive, unitaire, dans laquelle toutes les sensibilités sur la conceptualisation d’être une femme, de l’identité personnelle, du genre, du mouvement Trans, Lgtbiq +… ce qui signifie que notre lutte propose une révolution sociale globale basée sur la justice sociale et la liberté, l’égalité absolue et réelle entre les hommes et les femmes, une société anticapitaliste et libertaire sans femmes exploitées, sans aucun être humain exclu.( D’après le secrétariat féminin de la CGT espagnole)

le Libertaire Fevrier 2022

Partager cet article