Le libertaire d’Avril 2015

Travail

Un malentendu qu’il est indispensable de dissiper, existe dans nos milieux au sujet d’Elisée Reclus.
Il est regrettable d’entendre dire : « Reclus, une vieille barbe » ou « bien périmé, Reclus » ou encore « Que lire encore de lui aujourd’hui ? » car c’est injuste, faux.
Ces jugements à l’emporte-pièce témoignent du peu de sérieux que certains apportent à leur culture, influencés qu’ils sont bien souvent par les placards criards et les titres sur quatre colonnes.
Reclus n’est ni périmé, ni inactuel. Nous ne pouvons, en ces quelques lignes, que l’affirmer. Mais nous devons dire que ceux qui feront ce que je viens de faire
moi-même pour cette étude, relire Reclus, ou s’ils ne l’ont fait déjà, le lire, ne perdront pas leur temps. Prenons, par exemple, la « Correspondance » et l’on sera étonné de la richesse « libertaire » de cette oeuvre en « marge » du monument littéraire que laisse, par ailleurs…

le Libertaire Avril 2015

Partager cet article