le libertaire d’août 2020

Mille babords

La crise actuelle a signifié quelques rebondissements dans le contrôle social par l’État. L’essentiel en la matière était déjà assez bien établi car les conditions économiques et sociales qui prévalent aujourd’hui l’exigeaient; la crise n’a fait qu’accélérer le processus. Nous participons par la force, en masse de manœuvre, à une répétition générale pour défendre l’ordre dominant contre une menace mondiale. Le coronavirus 19 a été la raison du réarmement de la domination, mais une catastrophe nucléaire aurait servi aussi bien de même pour une révolte persistante ou une bulle financière difficile à gérer. Cependant, la cause n’en est pas la moindre, et la plus vraie est la tendance mondiale à la concentration du capital, ce que les dirigeants appellent aveuglément la mondialisation ou le progrès. Cette tendance trouve sa corrélation dans la tendance à la concentration du pouvoir, donc au renforcement de l’appareil de confinement, de désinformation et de répression de l’État. Si le capital est la substance d’un tel œuf, l’État en est la coquille. Une crise qui met en danger l’économie mondialisée, une crise systémique comme on dit maintenant, provoque une réaction défensive presque automatique et met en place des mécanismes disciplinaires et punitifs déjà préparés à l’avance. Le capital passe au second plan et c’est à ce moment que l’État apparaît dans toute sa plénitude. Les lois éternelles du marché peuvent prendre des vacances sans que sa validité ne soit altérée.

Tout en travaillant sur le retour à l’ordre d’avant, c’est-à-dire, comme le disent les informaticiens, en essayant de créer un point de restauration du système, l’État joue le rôle d’un protagoniste protecteur, bien qu’en réalité cela ressemble plus à celui d’un bouffon. Malgré tout, et peu importe ce qu’il dit, l’État n’intervient pas pour la défense de la population, pas même des institutions politiques, mais pour la défense de l’économie capitaliste, et donc, pour la défense du travail et de la consommation  induites qui caractérisent le mode de vie déterminé par elle. D’une certaine manière, l’Etat se protège d’une éventuelle crise sociale c’est-à-dire se défend contre la population. La sécurité qui compte vraiment pour lui n’est pas celle du peuple, mais celle du système économique, ce que l’on appelle souvent la sécurité «nationale». Par conséquent, le retour à la normalité ne sera rien d’autre que le retour au capitalisme: aux multinationales, aux résidences secondaires, au bruit de la circulation, à l’alimentation industrielle, aux transports privés, au tourisme de masse… Les formes extrêmes de contrôle comme le confinement et la distance interindividuelle prendront fin, mais le contrôle continuera. Rien n’est transitoire: un État ne désarme pas de son plein gré, ni ne se dispense volontiers des prérogatives que la crise lui a conférées. Il « hibernera » simplement. Gardons à l’esprit que la population n’a pas été mobilisée, mais immobilisée, il est donc logique de penser que l’État du capital, plus en guerre contre lui que contre le coronavirus, tente de se guérir en santé en imposant des conditions de survie de plus en plus artificielles.

L’ennemi public désigné par le système est l’individu désobéissant, l’indiscipliné qui ignore les ordres unilatéraux d’en haut, refuse de rester à l’hôpital et ne garde pas ses distances. Lui qui n’est pas d’accord avec la version officielle et ne croit pas à ses chiffres « officiels ». Évidemment, personne ne désignera les responsables qui laissent les agents de santé et les soignants sans équipement de protection et les hôpitaux sans lits ou unités de soins intensifs suffisants, les patrons coupables du manque de tests diagnostiques et de respirateurs, ou les responsables administratifs qui n’étaient pas non plus préoccupés par les personnes âgées dans les Epahd. Il ne pointera pas non plus du doigt les experts en désinformation, les hommes d’affaires qui spéculent sur les fermetures, les fonds vautours, ceux qui ont bénéficié du démantèlement de la santé publique, ceux qui font du commerce de la santé ou les multinationales pharmaceutiques … L’attention sera toujours dirigée, ou plutôt télécommandée, ailleurs, vers l’interprétation optimiste des statistiques, vers le dissimulation des contradictions, messages paternalistes gouvernementaux, incitation souriante à la docilité des personnalités médiatiques, commentaire humoristique des banalités qui circulent sur les réseaux sociaux, etc.

L’objectif est que la crise sanitaire soit compensée par une plus grande domestication. Que le travail des dirigeants n’est pas remis en question d’un iota. Que le mal soit enduré et les coupables ignorés. Il n’y a rien de naturel dans la pandémie; c’est un phénomène typique du mode de vie malsain imposé par le turbo-capitalisme. Ce n’est pas le premier, ni le dernier. Les victimes sont moins victimes du virus que de la privatisation de la santé, de la déréglementation du travail, du gaspillage des ressources, de la pollution croissante, de l’urbanisation galopante, de l’hypermobilité, de la surpopulation métropolitaine et de l’alimentation industrielle, notamment celle issue des macro-fermes , endroits où les virus trouvent leur meilleur foyer de reproduction. Toutes ces conditions sont idéales pour les pandémies. La vie qui découle d’un modèle d’industrialisation où la règle des marchés est elle-même isolée, pulvérisée, logée, techno-dépendante et sujette à la névrose, autant de qualités qui favorisent la résignation, soumission et citoyenneté «responsable». Bien que nous soyons gouvernés par des inutiles, des incompétents et des incapables, l’arbre dominant de la bêtise ne doit pas nous empêcher de voir la forêt de la servitude citoyenne, la masse impuissante disposée à se soumettre et à s’enfermer inconditionnellement à la poursuite de l’apparente sécurité promise par l’autorité étatique.  Ceci, en revanche, ne récompense généralement pas la fidélité, mais méfiez-vous des infidèles. Et pour elle, potentiellement, nous sommes tous infidèles.

D’une certaine manière, la pandémie est une conséquence de la poussée du capitalisme d’État chinois sur le marché mondial. La contribution orientale à la politique consiste avant tout dans la capacité de renforcer l’autorité de l’État à des limites insoupçonnées par le contrôle absolu du peuple par le biais d’une numérisation totale. A ce genre de vertu bureaucratique-policière pourrait s’ajouter la capacité de la bureaucratie chinoise à mettre la même pandémie au service de l’économie. Le régime chinois est un exemple de capitalisme supervisé, autoritaire et ultra-développementiste atteint après la militarisation de la société. En Chine, la domination aura son futur âge d’or. Il y a toujours des retardataires timides qui déploreront le déclin de la «démocratie» qu’implique le modèle chinois, comme si ce qu’ils appellent cela n’était rien d’autre que la forme politique d’une période obsolète, celle qui correspondait à la partitocratie consensuelle à laquelle ils ont volontairement participé jusqu’à hier. Eh bien, si le parlementarisme commence à être impopulaire et malodorant pour la majorité de ceux qui sont dirigés, et par conséquent, il devient de moins en moins efficace comme outil de domestication politique, c’est en grande partie à cause de la prépondérance que les temps nouveaux ont acquise : contrôle policier et censure des parties de jonglerie… Les gouvernements ont tendance à utiliser les états d’alarme comme l’outil habituel du gouvernement, car les mesures qu’ils impliquent sont les seules qui fonctionnent correctement pour la domination dans les moments critiques. Ils cachent la vraie faiblesse de l’Etat, la vitalité que renferme la société civile et le fait que le système n’est pas soutenu par sa force, mais par l’atomisation de ses sujets mécontents. Dans une phase politique où la peur, le chantage émotionnel est essentiel pour gouverner, les partis politiques sont bien moins utiles que les techniciens, les communicateurs, les juges ou la police.

 

Ce qui devrait nous inquiéter le plus maintenant, c’est que la pandémie n’aboutit pas seulement à certains processus qui viennent des temps anciens, comme celui de la production industrielle standardisée des aliments, celui de la médicalisation sociale et celui de la réglementation de la vie quotidienne, mais pour avancer considérablement dans le processus de numérisation sociale. Si la malbouffe comme régime alimentaire global, l’usage généralisé de remèdes pharmacologiques et la coercition institutionnelle constituent les ingrédients de base du gâteau de la vie quotidienne postmoderne, la surveillance numérique (la coordination technique des caméras vidéo, la reconnaissance faciale et le suivi des téléphones portables) est la cerise sur le gâteau.

Quand la crise passera, presque tout sera comme avant, mais le sentiment de fragilité et de malaise restera plus longtemps que ne le souhaiterait la classe dirigeante. Ce malaise de conscience réduira la crédibilité des partis de victoire, des ministres et des porte-parole, mais il reste à voir si elle seule peut les chasser de la chaise dans laquelle ils se sont installés. Sinon, c’est-à-dire s’ils gardaient leur fauteuil, l’avenir du genre humain resterait entre les mains des imposteurs, puisqu’une société capable de prendre en charge sa propre destinée ne pourrait jamais se former dans le capitalisme et dans le cadre d’un État. La vie du peuple ne commencerait pas à marcher sur les chemins de la justice, de l’autonomie et de la liberté sans abandonner le fétichisme des marchandises, apostasier la religion étatiste et vider leurs grands magasins et leurs églises…

le Libertaire Juillet-Aout 2020

Partager cet article