L’entraide est le principe de base de l’anarchisme

Etel2

« Si l’on considère que c’est l’entraide, la coopération sociale, la participation citoyenne, l’hospitalité ou même simplement le souci de l’autre qui font la civilisation, alors son histoire reste presque intégralement à écrire. » David Graeber

L’entraide est le principe de base de l’anarchisme et la manière fondamentale dont les anarchistes différencient leur vision du capitalisme et de l’État.

En bref, nous croyons que l’humanité peut mieux satisfaire ses besoins et ses désirs par la coopération que par la compétition. En fait, les anarchistes soutiennent presque depuis le début du mouvement que la vision brutale et darwinienne du progrès humain par la concurrence est fausse, et que l’entraide est absolument essentielle à toute vie sur Terre depuis le début (voir le classique de Piotr Kropotkine : « L’entraide : un facteur d’évolution »).

Ce n’est pas parce que nous vivons dans une société capitaliste que l’entraide est un concept étranger ou inconnu. On le pratique tout le temps : quand on partage des biens avec des gens qui en ont plus besoin que nous, quand on débat de nos différences au lieu de recourir à la force ou d’en appeler aux autorités, quand on fait grève et qu’on partage nos ressources pour surmonter une période difficile. L’entraide sauve des vies; elle redonne leur dignité aux personnes acculées par un système de « marché libre » qui masque une réalité impitoyablement raciste, sexiste, violente et destructrice pour l’environnement ; et nous offre la vision d’un avenir prometteur de liberté et d’égalité.

Le mouvement Black Power a une riche histoire d’entraide en action. Le  Black Panther Party en  est peut-être le meilleur exemple. Avec ses petits déjeuners gratuits pour les filles et ses programmes communautaires d’autodéfense qui ont débuté à la fin des années 1960. Finalement, le BPP a élargi ses «programmes de survie» gratuits pour inclure la distribution de vêtements, les premiers soins et les cliniques médicales, les cours d’économie et de politique, et  bien plus encore.

La beauté de l’entraide réside dans le fait que nous pouvons la pratiquer de nombreuses manières, aspects et formes différents et vitaux dans nos vies. Voici cinq domaines de la vie quotidienne où nous pouvons pratiquer l’auto-assistance tout le temps, même si nous ne le savons pas.

1. Partager les ressources

S’impliquer dans la réduction des déchets et la redistribution des actifs sont d’excellents moyens de commencer à participer à des projets d’entraide. Beaucoup d’entre nous ont plus que ce dont nous aurons jamais besoin, tandis que d’autres ont du mal à obtenir même les articles les plus élémentaires nécessaires pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Des projets comme  Food Not Bombs , les garde-manger et les cuisines communautaires sont souvent en première ligne pour cuisiner et partager des aliments qui, autrement, iraient directement à la poubelle. Ateliers d’outils communautaires, événements d’échange de semences et  marchés vraiment libres. Ce sont aussi des exemples d’entraide en action où des ressources utiles sont mises à la disposition de ceux qui en ont besoin. Si l’un de ces projets existe dans votre communauté, il accueillera presque toujours une paire de mains supplémentaire.

 

2. Réponse aux catastrophes

Le capitalisme est lui-même un désastre pour beaucoup de choses. Les catastrophes causées par le changement climatique, les « accidents » industriels et les crimes issus de la corruption politique (par exemple le fameux  empoisonnement de l’eau potable à Flint, Michigan) affectent chaque année un nombre croissant de communautés et d’écosystèmes. La réponse aux catastrophes par les gouvernements et les grandes ONG est souvent inadéquate et fortement biaisée par le racisme et le classisme. Réseaux d’aide mutuelle en cas de catastrophe sont apparus comme des alternatives très efficaces, avec des guides rapides locaux pour fournir un sauvetage et une évacuation rapides, des informations sur les points de restauration, la distribution de fournitures d’urgence et des réseaux d’abris d’urgence sûrs pour les personnes sans papiers et d’autres qui pourraient trouver les abris gouvernementaux dangereux ou par accident. Si votre région n’a pas déjà son propre groupe d’intervention en cas de catastrophe d’entraide,  il existe de nombreuses ressources en ligne  pour en créer un.

 

3. Partager les compétences

Avez-vous de l’expérience ou des compétences que d’autres personnes peuvent acquérir ? Les ateliers communautaires, les guides pratiques et les vidéos en ligne sont d’excellents moyens de partager des compétences dans l’esprit de l’entraide. Autodéfense, connaissance de l’écologie locale, savoir-faire ancestraux, méthodes de guérison, médecine d’urgence, artisanat, réparation de vélos et de voitures, construction et menuiserie… le potentiel de partage des compétences est infini. Les ateliers en présentiel sont une forme d’entraide particulièrement puissante car ils facilitent les liens avec la communauté et créent de nouveaux espaces pour le développement de relations et de projets locaux. Des guides pratiques sous forme de magazines imprimés et numériques sont édités.

 

4. Plaidoyer communautaire

Les groupes haineux changeant constamment de cibles, il y a toujours un besoin pour une réponse communautaire intelligente, agile et organisée aux menaces virtuelles et physiques posées par ces groupes, y compris la violence sanctionnée par l’État et perpétrée par la police. Avec l’augmentation des agressions en ligne et physiques de la part des nationalistes blancs et des néo-fascistes, nous pouvons soutenir les membres à risque de nos communautés de diverses manières. Cela va de la création de maisons et d’espaces sûrs à la formation de  groupes d’autodéfense bien formés  et de réseaux de surveillance de la police,  de mesures de sécurité anti-doxxing, une assistance juridique  et des systèmes de communication qui partagent des informations sur l’emplacement et les activités des groupes haineux. La façon dont une communauté réagit à la haine et à la violence doit être façonnée par la situation unique vécue par la communauté ; le processus doit toujours centrer les voix des marginalisés.

 

5. Assistance juridique

Les États-Unis sont la plus grande société carcérale au monde ; s’opposer au complexe carcéral-industriel et soutenir les membres de la communauté confrontés à la persécution de l’État est un point central important de l’organisation et de la lutte collective. Avec une fréquence malheureuse, nous voyons des individus et des groupes radicaux attaqués par l’État, qui utilise les tribunaux et le système carcéral comme une arme. Le système judiciaire perturbe la vie des gens et a un impact énorme sur les familles et les proches. L’entraide sous forme d’assistance juridique peut signifier aller en justice en signe de solidarité avec ceux avec qui un statut est établi ; aider à trouver la bonne représentation légale; soutenir les proches de ceux qui vont être jugés ou sont déjà en prison. S’occuper d’enfants; collecter des fonds pour les frais de justice; et établir des réseaux de soutien dans les prisons qui peuvent soutenir le travail à long terme. Les fonds d’obligations communautaires sont un type de projet d’entraide qui surgit de plus en plus à travers le pays pour payer des bons aux personnes accusées de crimes. Des fonds renouvelables  soutiennent les individus et les communautés touchés par la violence structurelle et incapables de payer eux-mêmes les tribunaux. S’engager dans le plaidoyer juridique peut également impliquer l’augmentation des campagnes dans les médias grand public pour amplifier le récit et la situation des accusés/détenus. Bref populariser leur lutte.

 

Partager cet article