L’Enfer des Gosses dans les verreries


Photoverriers

L’exploitation des Enfants dans les Verreries.

 

 Sur 11.688 enfants occupés dans les usines à feu continu, les verreries en ont 5.389 (1).

Pourquoi tant d’enfants dans une industrie aussi meurtrière ? Uniquement parce qu’on les paie meilleur marché que des hommes.

Tous les travaux de verreries sont exténuants ; les verriers, grands et petits, sont continuellement surmenés. Ce n’est pas seulement de la fatigue qu’ils ressentent, c’est de la souffrance. Aussi, les ouvriers qui connaissent les verreries, les ouvriers surtout, refusent de plus en plus d’y donner leurs enfants.

Mais, il en faut des enfants aux verreries, la vie de l’industrie en dépend (2), d’où nécessité de recruter à l’écart, dans les villes surtout, parmi les familles pauvres, des petits malheureux qu’on abîmera.

Ce recrutement d’enfants est permanent ; l’Assistance publique en a fourni de forts contingents (1), elle en livre encore, mais de moins en moins ; d’autre part les abbés Santol et Perrin, les Guilloud, y trouvent un fructueux débouché à leur négoce.

Au moment où ces tristes négociants sont une fois de plus signalés à l’attention publique, il nous paraît intéressant de dire ce que sont et ce que font les gamins de verreries. Il se trouva après, sans doute, de nouvelles voix pour plaider avec nous en faveur de ces petites victimes de la misère, qu’on livre sans défense à une ignoble exploitation…

Enfants verriers

Partager cet article