Lectures militantes pour les vacances scolaires

Grande descente

L’attentat perpétré le 12 décembre 1969 contre la Banque de l’agriculture, située Piazza Fontana, à Milan, marqua « un moment fondamental dans l’histoire de l’Italie de l’après-guerre » (Luciano Lanza). Précédée par les explosions du 25 avril et du 7 décembre de la même année et relayée, ce même 12 décembre 1969, par un autre attentat à Rome, la tuerie de Milan (16 morts et plus de 80 blessés) inaugura une stratégie de la tension aux funestes conséquences. Principalement visés par le montage, les anarchistes avaient vu juste en parlant de « massacre d’État ». Au grand dam de la presse qui en déduisit une forte propension de leur part au délire et à la paranoïa. Et pourtant massacre d’État il y eut bien, opéré par des mercenaires fascistes travail-lant pour des services secrets, italiens et étrangers, et couverts par des flics, des juges et des mi-nistres, c’est-à-dire par une partie de l’appareil d’État italien, un massacre sciemment commis qui s’inscrivait dans une gradation et répondait à un objectif assumé : la préparation d’un coup d’État sur le modèle de celui des colonels grecs pour en finir avec le « communisme ». Cette stratégie eut, par ailleurs, pour effet induit de pousser une fraction de la gauche extra-parlementaire à répondre, en élevant le « niveau de la lutte » et sous forme armée, aux tentatives déstabilisatrices d’une droite extrême qui avait pris l’initiative de frapper la première et qui savait manipuler. Le principal effet de ce jeu pervers fut de faire entrer en crise presque tous les projets de changement radical de la société italienne – et ce jusqu’ à nos jours, bientôt un demi-siècle plus tard. Comme tout vient à qui sait attendre, la piste « nazi-fasciste » finit par intéresser quelques juges et journalistes, et ce d’autant que, sitôt assis sur les bancs de la justice, les suspects appartenant à ce bord-là étaient toujours innocentés.

la_lutte_contre_la_corruption_est-elle_un_combat_de_droite

la_commune_des_affranchis_auzias_

pinelli_stajano_

Partager cet article