Israël, les nationalistes dans l’attaque

deux=un

Israël, les nationalistes dans l’attaque (Date: 21 mai 2021) . Massimo Varengo à Umanitá Nova . Traduction GHC.

Des affrontements entre les manifestants palestiniens et les troupes d’occupation israéliennes ont lieu à Jérusalem-Est depuis le 13 avril, mais ce n’est que maintenant que ces événements ont gagné en visibilité, grâce aux roquettes tirées depuis Gaza qui ont alimenté la désinformation habituelle et les manchettes des grands médias. Il est bon de se rappeler que Jérusalem-Est, la capitale désignée du futur (?) État de Palestine, est occupée militairement depuis juin 1967 et que ses habitants arabes n’ont pas de passeport, ils sont considérés comme des résidents temporaires chez eux. Les permis de construire de nouveaux bâtiments sont soumis quotidiennement aux «plaisirs» de l’occupation militaire. Cependant, les médias grand public, se référant à ce qui se passe à Sheik Jarrah, le quartier de Jérusalem-Est au centre des événements et le lieu où les militants palestiniens et israéliens manifestent ensemble contre l’occupation tous les vendredis, ils parlent de «maisons disputées» comme s’il y avait un conflit de copropriété juridique / réel sur l’utilisation des appartements. En réalité, les maisons en question sont, selon les documents et la réalité des faits, la propriété de familles palestiniennes qui sont sur le point d’être évacuées et destinées à des réfugiés arrivés de tout le pays après avoir été expulsés des villes et villages par les Israéliens.

Il est inévitable que la révolte de Cheikh Jarrah, qui a commencé à répondre à l’attaque de centaines  de juifs orthodoxes qui, criant «mort aux Arabes», ont attaqué les passants, s’est étendue à l’ensemble de la population palestinienne et a également trouvé dans le esplanade des mosquées, moments de tension et d’affrontement. Les incursions militaires dans des lieux considérés comme sacrés par la population arabe de rite islamique tels que la mosquée Al-Aqsa, après la fin du Ramadan et le festival de l’Aïd al-Fitr, représentent une provocation qui rappelle celle d’Ariel Sharon en 2000, quand avec un millier hommes armés ont occupé la même esplanade, initiant effectivement la deuxième  Intifada et la répression sévère qui en résulte, en fonction de sa montée politique et, par conséquent, du renforcement du contrôle israélien et de l’expansion territoriale dans les Territoires palestiniens occupés (TPO). Le Premier ministre Netanyahu est aujourd’hui en grande difficulté, les dernières élections, la troisième en un an, ne lui ont pas fourni les chiffres dont il avait besoin pour gouverner et le recours à la force pourrait représenter un  stratagème  pour acheter du crédit dans un électorat fortement identitaire et le sionisme réactionnaire.

La situation internationale lui est substantiellement favorable même si Trump n’est plus à la Maison Blanche; les accords avec les émirats du Golfe et Bahreïn en octobre de l’année dernière, les précédents avec la Jordanie et l’Égypte, la bienveillance de l’Arabie saoudite, la déchirure du Liban et la réduction de la Syrie en un clin d’œil, assurent que le panorama est tel qu’il permet une accélération de ce que sont les plans historiques du sionisme: un État d’Israël uniquement pour les juifs, avec des Palestiniens réduits, tout au plus, au niveau de prolétaires simplement dotés d’un permis de séjour temporaire et avec Jérusalem unifiée comme capitale.

La situation dans le monde politique palestinien joue également en faveur de Netanyahu: les élections pour le renouvellement du parlement de Ramallah ont été reportées non seulement parce qu’Israël ne veut pas qu’elles se tiennent à Jérusalem-Est, mais aussi parce qu’Abbas craint de les perdre. Le Fatah et le Hamas continuent de s’opposer, mais chacun a ses contradictions: le Fatah est divisé en trois blocs opposés, chacun défendant ses propres intérêts; Le Hamas continue ses proclamations antisionistes mais sous la table passe des accords avec Israël pour survivre. Fondamentalement, il n’y a pas de leadership crédible, traversé par des compromis, des pratiques corrompues, des relations dangereuses avec les dirigeants israéliens tant qu’il y a un personnage qui a un large public dans la population et que l’État israélien continue de maintenir, par conséquent , en prison – Marwan Barghouti, chef de la deuxième Intifada. Ensuite, il y a les colonies qui continuent de s’étendre dans les Territoires palestiniens occupés, il y a une aggravation constante de la situation sociale que la pandémie a aggravée, sans parler d’un désintérêt général de la communauté internationale pour ce qui se passe en ces endroits. Ceci malgré les résolutions des Nations Unies, les appels du Bureau des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), les plaintes des organisations israéliennes de défense des droits humains de B’Tselem à Ir Amin, à HaMoked dénonçant le système d’apartheid mis en place par leur État, sans parler du manque général d’intérêt de la communauté internationale pour ce qui se passe dans ces régions. Peu importe les résolutions des Nations Unies.

Pendant ce temps, le nombre de morts et de blessés dans les représailles de l’armée de l’air israélienne à Gaza augmente considérablement. Netanyahu menace également une intervention au sol, le Hamas répond en déclarant que les roquettes de Gaza sont parties après la frappe aérienne sur la ville de Gaza et que la réponse palestinienne sera dure. Comment cela peut-il être un mystère: Israël, en plus d’être l’un des pays les plus militairement développés au monde, est à la pointe de la conception et de la production de systèmes d’interception, de surveillance et de contrôle de roquettes, sans parler des drones. On sait déjà qui paiera la note: les populations de ces territoires ont été désignées victimes de la politique du pouvoir et de l’identité religieuse et ethnique.

Une facture qu’ils paient depuis un certain temps et qui est devenue de plus en plus amère, comme nous l’avons dit, avec la situation actuelle de pandémie qui n’était pas loin derrière: les Palestiniens vivent en moyenne 10 ans de moins que les Israéliens, y compris la population de colons présents en le même territoire, en plus d’enregistrer une mortalité maternelle et infantile quatre à cinq fois plus élevée que celle des Israéliens. Un million huit cent mille personnes vivent à Gaza sur un territoire de 360 Km2, l’un des endroits les plus densément peuplés du monde, contrôlé sur terre, sur mer et dans les airs par l’armée israélienne. Dans cette situation, il n’y a que 20 appareils de ventilation, il y a une pénurie d’eau potable et le régime alimentaire de nombreuses feuilles laisse à désirer.

 

Nous rappelons, à cet égard, que selon la loi fondamentale « Terres d’Israël », qui établit que l’utilisation de la terre doit servir les intérêts nationaux, le gouvernement contrôle non seulement plus de 93% du territoire appartenant à l’État à l’intérieur de territoires reconnus internationalement comme des frontières, mais a élargi la même loi aux territoires palestiniens occupés. Cela signifie que de vastes zones de la Cisjordanie ont été transformées en «terres d’État», administrées par la loi israélienne et fermées à l’usage palestinien. La restriction des permis de construire et d’occupation du sol fait partie de cette loi: la question des «maisons litigieuses» fait partie de ce contexte qui mérite d’être étudié.

Comme nous le savons, les territoires palestiniens occupés ont été divisés en quatre zones selon les accords d’Oslo entre l’Etat d’Israël et l’OLP (Organisation de libération de la Palestine) représentée par le président Arafat. La zone A comprend les villes palestiniennes et certaines zones rurales au nord, entre Jénine et Naplouse, au sud, près d’Hébron, et au sud, près de Salfit; C’est une zone sous le contrôle et l’administration de l’Autorité palestinienne et représente 17% des territoires palestiniens occupés avec 55% des Palestiniens résidant en Cisjordanie. Lorsque nous parlons de contrôle et d’administration de l’Autorité palestinienne, cela ne signifie pas son gouvernement exclusif, puisque l’état d’occupation militaire israélienne demeure; ce qui signifie que si l’armée israélienne veut arrêter quelqu’un dans cette zone, elle avertit la police palestinienne qu’en ne coopérant pas, il se retire dans sa caserne, libérant les Israéliens. Une deuxième zone, B, comprend d’autres zones rurales du centre de la Cisjordanie sous le contrôle d’Israël et l’administration de l’Autorité palestinienne: elle représente 24% des Territoires palestiniens occupés avec 41% de la population arabe. Ces deux zones, A et B, sont à leur tour divisées en 227 sous-zones (dont 199 d’une superficie de moins de deux kilomètres carrés) séparées l’une de l’autre par des territoires inclus dans la zone C. Cette zone comprend les zones légales et israéliennes, colonies coloniales illégales (au total 640 000 colons résidents), leurs routes d’accès, leurs zones tampons (celles proches des routes, des colonies, des zones définies comme stratégiques, d’intérêt militaire, etc.).

En plus de ces 4 zones, il y a aussi la condition de Jérusalem-Est et la situation des réfugiés. En fait, un ensemble de régimes juridiques différents est utilisé pour subordonner, fragmenter, anéantir toute tentative de reconstruction de la communauté palestinienne. En fait, il faut garder à l’esprit que, si nous parlons de chiffres, les citoyens d’Israël de tradition et / ou de religion et / ou de culture juives sont six millions et demi, les Arabes de citoyenneté israélienne sont un million sept cent mille. , les Palestiniens qui résident à Jérusalem-Est il y a trois cent mille, ceux des territoires palestiniens occupés, deux millions sept cent mille et un million huit cent mille à Gaza. En résumé, nous voyons que le nombre de Juifs et d’Arabes répartis entre Israël et les Territoires palestiniens occupés est fondamentalement le même.

Il existe quatre régimes juridiques dans lesquels ces derniers sont requis. Le premier comprend des lois qui réduisent la capacité des résidents arabes en Israël d’avoir des droits égaux: ils ont la citoyenneté mais pas la nationalité, cela signifie que leur poids politique est réduit (aujourd’hui le front qui rassemble les différents partis arabes, ainsi que les juifs anti – sionistes, est devenu le troisième groupement au parlement). La seconde restreint et conditionne le droit de séjour des habitants arabes de Jérusalem-Est. Le troisième comprend les lois militaires qui traitent les Palestiniens dans les Territoires palestiniens occupés comme une population étrangère, privée de droits politiques, de la liberté de la presse et de la liberté d’expression. Le quatrième empêche les réfugiés palestiniens de rentrer chez eux. Tout ce système est renforcé par les dernières décisions de nationalité qui font d’Israël l’État des Juifs et que seuls les Juifs composent la nation. La remise en cause du régime existant devient alors une attaque contre la nation et est donc illégale.

Par conséquent, l’économie israélienne est une économie d’occupation fondée sur son état de mobilisation permanente contre l’ennemi et sur les pratiques de contrôle et d’exploitation contre les Palestiniens, où qu’ils se trouvent, à Jérusalem, à Gaza ou dans les territoires palestiniens occupés. Pendant ce temps, les difficultés augmentent pour continuer à soutenir le discours de la «légitimité» israélienne d’occuper les territoires pour se défendre de l’extrémisme palestinien, maintenant réduit à de petits groupes sans soutien international significatif, ce qui favorise une campagne internationale visant à assimiler de manière instrumentale l’antisionisme à l’antisémitisme, dans le but de faire taire tous les critiques de la politique israélienne.

 

Pour notre part, cela ne fait aucun doute: sur le front antiraciste et antifasciste, nous avons toujours été contre toutes les formes de discrimination ethnique et religieuse. Des réalités telles que « Anarchistes contre le mur », « B’Tselem », « Cercle des parents », « Un autre Israël », créé et soutenu par les Israéliens et les Arabes, engagés à surmonter les barrières et à réaliser une réalité sociale et politique basée sur la reconnaissance des droits de tous et d’un système fondé sur l’égalité de justice pour tous, sont une référence indélébile, ainsi que des réalités telles que les «refusniks» (les opposants au service militaire), «Briser le silence» (ex soldats contre l’occupation ), la «Jewish Voice for Peace» américaine, le réseau «Jewish Against the Occupation».

À l’hiver 2020, juste avant la propagation du Covid-19, certains * d’entre nous voulaient connaître personnellement la situation en Cisjordanie dans les Territoires palestiniens occupés, avec un voyage organisé par Assopace Palestine qui nous a permis d’entrer en contact avec réalité sociale de ces territoires, avec des tenants de la résistance non violente à l’occupation, avec des organisations de femmes, avec des membres des coopératives de production et de consommation et des coopératives agricoles de la vallée du Jourdain, avec des militants israéliens d’organisations de défense des droits de l’homme et avec des Palestiniens; Il y a également eu des réunions avec des objecteurs de conscience israéliens au service militaire et des responsables de l’OCHA de l’ONU.

 

REMARQUE

 

[1] Dans le numéro 11 du 5 avril 2020 d’Umanità Nova avec l’article « Entre l’occupation et Covid-19″ j’ai essayé de rendre compte de cela: quelques réflexions ont été reprises dans cet article.

 

Partager cet article