Grève générale partout. C’est le meilleur moyen d’être solidaires des travailleurs d’Exxon et TotalEnergie.

Port Jérôme

Soutien aux travailleurs de Total et Exxon en grève pour leurs salaires.

La grève dans les raffineries dure depuis deux semaines. Avec les queues aux stations- services, il y a de l’énervement dans l’air. Mais les queues avaient commencé bien avant la grève, avec par exemple les remises accordées à la pompe par TotalEnergie. Deux camps s’affrontent aujourd’hui:  la droite et l’extrême droite qui surfent sur le mécontentement des gens qui ne peuvent plus faire le plein : « On est du côté de ceux qui font la queue, de ceux qui veulent travailler… », « Contre ceux qui prennent la France en otage… ». Il est intéressant dans ce cas présent de montrer le vrai visage du R.N., du côté du patronat plutôt que de celui des grévistes. C’est un point concret et factuel.  A l’autre bout de l’échiquier, les travailleurs qui sont solidaires du mouvement de grève. D’une part, cela donne des idées aux autres professions avec peut-être un effet domino, d’autre part, si les travailleurs des raffineries obtiennent gain de cause, des effets de ruissellement (comme dirait l’autre) peuvent se produire. Cette grève devient une bataille symbolique d’ordre national, un peu comme les cheminots en leur temps. Avec l’inconvénient de faire grève par procuration pour bon nombre de salariés, mais c’est un premier pas. Hier, le gouvernement a annoncé la réquisition des grévistes. A Exxon, une équipe non gréviste a commencé à charger un bateau (Port Jérôme/Gravenchon) mais à 22H, changement de quart avec une équipe gréviste. Coup d’arrêt du chargement. Idem avec le quart du matin. Hier, place d’Armes à Harfleur, la solidarité cégétiste s’est fait jour. De nombreuses boîtes étaient représentées pour soutenir les grévistes. Les revendications de ces derniers sont les mêmes, 10% d’augmentation des salaires, 7% au titre de l’inflation, 3% dans le cadre de la répartition des richesses. Avec les bénéfices de TotalEnergie, ce n’est que justice. TotalEnergies a réalisé 18 milliards de bénéfices au premier semestre 2022 et ExxonMobil annonce des résultats conséquents. Ce n’est pas la crise pour tout le monde. La direction de ToatlEnergie prétend que les salariés font une grève préventive (dénoncée par Gabriel Attal, le fayot du gouvernement), alors que depuis cinq mois les syndicats essaient de se faire entendre et veulent une augmentation de salaires pour ne pas être impactés par l’inflation. Et ils ont raison. Les libertaires soutiennent les grévistes sans le moindre doute ; notre conscience de classe doit s’étendre. Les travailleurs ont abandonné les demandes d’embauches…et se cantonnent uniquement aux questions salariales. Les efforts se font à sens unique. Mais l’avantage des questions de paie, c’est que le plus grand nombre se reconnaît dans cette revendication.

Les réquisitions nous rappellent celles de 1953 puis d’autres plus récentes (cf Sarkozy). Les travailleurs à l’époque n’allaient pas chercher les lettres en Recommandé ; certains se faisaient porter pâle… Le gouvernement tente de casser casse la grève et de monter l’opinion contre les grévistes.

Hier, Elisabeth Borne, demandait aux préfets de réquisitionner les grévistes des dépôts Esso. Nous verrons ce que cela donnera, les syndicats ayant déjà annoncé leur volonté d’aller en référé. Depuis quelques jours déjà, une campagne pour discréditer les grévistes s’est mise en place. Ces derniers gagneraient 5000 euros par mois. Dans ce cas, est-on légitime pour faire grève… les médias  habituels à la botte du gouvernement distillent leur venin réactionnaire. A chaque conflit social d’envergure, on nous ressort les mouchoirs. Les grévistes vont tuer l’économie…Les cheminots, les carabots, les ouvriers des raffineries, les salariés d’Airbus…seraient des privilégiés. Diviser pour opposer les travailleurs et mieux régner. On ne parle pas des enseignants qui sont toujours en grève ou en vacances. Là, pour le coup, au niveau salarial, c’est pas top, et tout le monde le sait aujourd’hui.

Les seuls privilégiés, ce sont en réalité les actionnaires. Tapis dans l’ombre, bien souvent, ils engrangent les dividendes sur le dos de ceux et celles qui travaillent et font tourner les entreprises. Que l’on soit dockers, ouvriers du livre, cheminots, ouvriers des raffineries…, toute lutte est légitime. Nous autres, travailleurs, nous savons historiquement que la majorité des grèves portent sur les revendications salariales ou les conflits de solidarité. Ce sont ces grèves qui font en partie avancer les choses et donner souvent de meilleures conditions de vie.

Le gouvernement, comme à l’accoutumée est du côté des trusts pétroliers, des patrons et de ceux qui palpent le pognon de dingue. L’Etat est toujours au service du capital et de la classe dominante. Pouvoir et domination sont les deux mamelles des gouvernements.

Les salariés de la pétrochimie n’ont pas besoin des syndicats jaunes mais d’un rapport de force. Ce qu’il manque encore, c’est de populariser la grève. Martinez va prendre la parole sur site en soirée pour encourager les grévistes et leur apporter le soutien confédéral.

Les revendications sur les salaires sont aujourd’hui partagées par des millions de travailleurs qui tirent la langue pour finir le mois, fins de mois qui arrivent de plus en plus tôt. Il est possible que le mouvement fasse tache d’huile parce que les réquisitions risquent d’apporter de l’eau au moulin des grévistes sur le droit de grève bafoué. Le mouvement peut-il se radicaliser ? Les salariés sont motivés.

Plusieurs militants appellent à la grève générale ; l’avenir est incertain et nul n’est prophète en son pays. Etincelle ou pas ? Retour au train-train habituel. Enterrement de la grève ? En tout cas, les syndicalistes ont intérêt à se démarquer des politiciens qui espèrent fait un coup le 16 octobre.

Et si on s’y mettait tous et toutes. Car les sujets de mécontentement sont légion. De plus, c’est une opportunité de monter le vrai visage de l’extrême droite. Car elle est viscéralement contre les grèves.

Tant qu’à Gabriel Attal qui prétend que les manifestations n’ont jamais rempli le frigo, c’est que c’est un pédant bourgeois qui ne connaît rien au monde du travail et encore moins à la geste ouvrière.

 

Grève générale partout. C’est le meilleur moyen d’être solidaires des travailleurs d’Exxon et TotalEnergie.

GLJD

Partager cet article