Film Sacco et Vanzetti au Havre, au Studio, mercredi 17 Janvier 2018

Manifestation en octobre 1921 en faveur de Sacco et Vanzetti

Lettre de Nicolas Sacco à son fils

 » Charlestown, 18 Août 1927,

Mon fils, mon compagnon,

Je veux t’écrire avant que nous partions

A la Maison de la mort car le 22, après minuit,

Vers la chaise électrique, on nous poussera…

 

Pourtant, me voici empli d’amour

Et cœur ouvert, aujourd’hui comme hier.

Si j’ai cessé la grève de la faim, l’autre jour,

C’est parce que la vie s’en allait de moi…

 

Hier, par cette grève, je parlais fort…

Je proteste encore au nom de la vie, contre la mort.

Trop de larmes inutiles ont coulé,

Comme celle de ta mère,

Pour rien, pendant sept ans; alors ne pleure pas,

Sois fort et tu pourras la réconforter…

 

Et si tu voulais lui faire oublier

Sa solitude sans colère,

Emmène-là marcher, longtemps,

Dans la campagne…

Et à l’ombre des bois, fais-la reposer…

 

Écoutez la musique du ruisseau qui murmure

Et la paix tranquille de la Nature…

 

Dans ta course vers le bonheur,

Arrête-toi, mon fils, cherche l’horizon :

Aide les faibles, les victimes et les persécutés,

Car toujours ils seront tes meilleurs amis.

 

Comme ton père et Bartolo, ils luttent

Et tombent pour tous et pour la liberté…

Au combat de la vie, tu trouveras l’amour

Et tu seras aimé : c’est ton droit aussi…

 

Faites comprendre au monde

Que rien n’est terminé :

On peut tuer nos corps,

Mais jamais nos idées.

 

C’est tout le Massachusetts

Qui portera dans l’avenir la honte de ce temps.

Qu’une école remplace enfin cette maison,

Que des rires d’enfants effacent les prisons.

 

N’oublie pas de m’aimer un peu

Comme je t’aime, oh petit homme ;

J’espère que ta mère t’aidera à comprendre

Ces mots que je te donne… Adieu mon garçon.

 

Je t’envoie le salut de Bartolo.

Ton père et ton camarade,

Nicolas Sacco  »

 

C’est quand même d’un autre niveau que l’ignorant et le falsificateur Zemmour.

Lors d’une émission de Ruquier, samedi 9 février 2008, le chanteur Cali expliquait sa légitimité familiale à parler de résistance car son grand-père italien avait rejoint les brigades internationales… pour défendre entre autres les idées de Sacco et Vanzetti. En retour,  Eric Zemmour critique la référence à Sacco et Vanzetti, en disant que l’on sait aujourd’hui que Sacco et Vanzetti étaient des agents des services secrets russes et que « c’est les archives du KGB qui sont maintenant ouvertes. » Quel propos mensonger, quelle honte ce Zemmour !

Le libertaire

 

 

 

 

Partager cet article