Elections municipales au Havre: le camp des travailleurs, c’est le camp de l’abstention

Gilets jaunes L.H.

Le camp des travailleurs, c’est le camp de l’abstention

Au Havre, nous revenons à une espèce de bipolarité politique. D’un côté la droite organisée autour d’Edouard Philippe, de l’autre côté la gauche communiste de Jean-Paul Lecoq, député PC et ancien maire de Gonfreville L’Orcher.

Que dire de cette droite bourgeoise, si ce n’est qu’elle coagule tout ce qu’il y a de réactionnaires. Des partisans du patronat, du monde des affaires, des politiciens aguerris…bref une liste au plus près des intérêts des riches même si l’on trouve quelques exceptions qui confirment la règle par le biais de candidats de « la société civile ». Le soutien de LREM ne modifie en rien le profil des colistiers d’Edouard Philippe, certains jouant les cautions de la diversité partisane.

Sachant que Philippe est Premier ministre d’un gouvernement LREM, les anarchistes que nous sommes souligneront l’incompétence et le manque d’éthique de certains ministres, ce qui en dit long sur le tempérament du capitaine de bord. Même si une élection municipale est différente d’une élection d’envergure nationale. Quoique…

Venons-en aux faits les plus récents.

Le rejet par l’Assemblée nationale d’une mesure faisant passer le congé des salarié(e)s de 5 à 12 jours en cas de décès d’un enfant a suscité un émoi sérieux en France, dans toutes les couches de la société. L’argumentaire de Muriel Pénicaud comme quoi cette mesure coûterait cher aux entreprises a été l’occasion d’un tollé général d’autant que les députés godillots de LREM ont voté contre cette mesure pleine de bon sens et qui n’avait même pas à être discutée et encore moins invalidée. Emmanuel Macron a dû rappeler à l’ordre ses sbires et les inciter à davantage d’ »humanité ». Ce couac en dit long sur la mentalité originelle des marcheurs contraints de rétropédaler suite à la colère de l’opinion publique. Même le Medef s’en est ému et n’a pas voulu être associé à cette ignominie.

Dans l’affaire Mila, c’est la ministre de la justice qui déraille. En précisant que l’insulte à la religion est évidemment une atteinte à la liberté de conscience, elle perd les pédales, ce qui en dit long sur sa méconnaissance du droit français. En France, la religion n’est pas protégée contre l’injure et Dieu qui n’existe pas ne l’est pas plus. Et si on a envie de dire que la religion c’est de la merde, qu’on le dise. La loi française protège les personnes, pas les croyances et fort heureusement sinon tous les athées et notamment les anarchistes seraient condamnés pour « provocation à la haine », sous le regard goguenard de tous les culs-bénis et bigots de toutes coteries. La liberté d’expression tend à vaciller ces temps-ci. Il va falloir être de plus en plus vigilant. On est loin du temps où notre poète préféré, Jacques Prévert, disait à une bonne sœur qui quémandait qu’il lui pissait à la raie. Le doigt dans le cul, de Mila, c’est tout autant de la poésie de jeunesse.

Passons sur la réforme des retraites qui fleure bon la Bérézina démocratique. Macron et Philippe font la sourde oreille. Les manifestants sont toujours mobilisés mais le gouvernement tient à maintenir son futur système à points dont les économistes dénoncent la légèreté des explications et les incidences néfastes pour les salariés.

L’Etat réfléchit à l’interdiction de filmer les violences policières. Tous les syndicats de journalistes montent au créneau pour défendre la liberté de la presse. Encore une attaque contre la liberté d’expression. Le gouvernement devient coutumier du fait.

A Paris, Griveaux vient de se retirer. Merci Pavlenski. On constate que la plupart des politiciens se sont solidarisés avec l’ancien porte-parole du gouvernement. Tout le monde dénonce comme un seul homme la forme prise par son retrait. Ce n’est pas beau de s’attaquer à la vie privée des autres. Mais le fond, personne ne s’y hasarde. Le politicien, en général, c’est faites ce que je dis, pas ce que je fais. On met en avant sa famille…mais on découvre certaines vidéos salaces. Alors, le carcan familial, c’est quoi selon Griveaux ? Que dire de la personnalité d’un individu qui se filme en se masturbant ? Pour envoyer sa création artistiquement porno à une tierce personne…

Mais Griveaux n’est pas le seul animal politique à se faire prendre. Chez les socialistes, Strauss Kahn a connu ses heures de gloire. Remarquez, nous autres, on s’en branle ; sauf s’il y a viol, violences… Au Havre, nous avons notre ancien maire, Luc Lemonnier. Ne sont pas rares les Havrais et les Havraises qui ont vu les photos de l’ancien édile, la bite à l’air, bien en main. Le Havre m’habite. S’il fallait condamner toutes les personnes qui ont fait circuler certaines photos, à commencer par les politiciens locaux, il faudrait embaucher des magistrats. Nous sommes dans une espèce de République masturbatoire, mais non jubilatoire. Nous espérons ne pas être attaqués pour blasphème. Alors deux poids deux mesures pour Pavlenski ? Et les milliers de gens qui ventilent les photos et vidéos de personnes en vue à l’insu de leur plein gré, du moins à l’origine… Au moins l’origine du monde de Gustave Courbet peut être admirée à Orsay. Mais Griveaux et Lemonnier sont plutôt des personnages de romans de gare, vulgaires.

Donc la droite dure ou molle, c’est selon, tout le monde aura compris qu’économiquement, socialement et éthiquement, ce n’est pas notre tasse de thé. Localement, la droite a laissé à l’abandon des quartiers entiers comme Graville, Soquence, Brindeau…pour se focaliser uniquement sur le centre-ville. La droite ripoline la ville, du moins celle qui doit être vue des touristes. Le social, l’animation, c’est moins glamour. Et puis tous ces ouvriers, ça fait pas un peu beauf ? Au fait, elle habite où madame Philippe ?

La gauche communiste est-elle davantage exempt de reproches?

Lecoq joue l’ouverture et on trouve bien peu de communistes sur sa liste, 7 candidats sur 61. Il s’appuie sur une liste « divers gauche » avec quelques LFI, deux décroissants, Logiou (ex-PS) de Génération S, d’anciens membres de la LCR, 7 militants gilets jaunes (un petit coup de récupération au passage)… Mais sur les marchés, ce sont les têtes grises, pas les éminences, qui tractent. Car Lecoq bénéficie toujours de l’appareil du P.C. et de la CGT, pas très indépendante pour le coup. Lecoq aura beau dire, s’il est élu, nous retrouverons les mêmes méthodes communistes qui règnent dans toutes les mairies qu’ils détiennent, à savoir, le contrôle de tout. Le député nous dit, prenez le pouvoir. Mais le pouvoir doit être détruit car il est maudit. Même les personnes les mieux intentionnées se prennent au jeu du pouvoir et ses dérives. Et si le communisme n’est pas une maladie contagieuse, le stalinisme l’est assurément. Il ne fait pas bon être opposant en Chine, pays qui cumule les tares du capitalisme (inégalités, pollution…) et celles du communisme d’Etat (bureaucratisation, contrôle totalitaire des individus…). Nous voulons bien discuter du communisme libertaire mais certainement pas du communisme réel des anciens pays de l’Est, des systèmes chinois, cubain…La liberté ne se négocie pas ; il n’y a rien de plus précieux. Encore faut-il une égalité économique et sociale pour pouvoir jouir de cette liberté que nous chérissons en tant qu’anarchistes.

Le P.C s’écologise ; il n’est jamais trop tard. C’est de l’opportunisme politicien. Mais il nous semble que la plupart des communistes élus sont pro-nucléaires. Qu’en pense Sébastien Jumel, si près de Paluel et Penly ? Et les communistes défenseurs de Fessenheim ?

Les pistes cyclables au Havre…Que n’ont-elles été réalisées quand les communistes étaient à la mairie. Trente ans, ça donne du temps au temps pour agir. Des bouts de peinture sur le sol ; pas très sécurisé, le vélo en ville, à L.H. La gratuité des bus que nous réclamons depuis des années s’invite au programme. Et dire que c’était irréaliste, irresponsable, il y a encore une dizaine d’années. Les communistes ratissent large mais leurs méthodes ne changeront jamais. Il n’est qu’à voir l’Affaire Durand, même les staliniens des années 60 étaient plus corrects sur ce point d’histoire ouvrière. Il suffit de relire les témoignages d’Eudier et surtout de l’ancien secrétaire des charbonniers Roger Le Marec qui affirmaient que Jules Durand était anarchiste.

Dans les mairies d’union de la gauche, tenues par un maire PC, les autres composantes politiques ne sont que des faire-valoir et n’ont pratiquement pas voix au chapitre pour les opérations régaliennes municipales. Pourquoi Lecoq agirait-il autrement alors qu’il faut sauver le soldat P.C. ? Dans les mairies communistes, l’alimentaire joue un rôle primordial. On donne du boulot en espérant un retour sur investissement. C’est le monde de la surveillance et puis un employé en guerre contre son employeur ne peut compter sur l’aide de la CGT, inféodée au Parti…

Le PC aura beau se présenter avec des habits neufs, nous n’oublierons pas ce qu’il a véhiculé pendant des décennies.

Alors, pour nous, le camp des travailleurs reste le camp de l’abstention. Il existe des tas de solutions à côté du cirque électoral pour changer le monde sans prendre le pouvoir. Aux citoyens de créer des alternatives à la vieille politique politicienne, de se rebeller contre l’ordre établi, de désobéir…car si personne n’obéit, personne ne commande !

Houdeville (GLJD)

 

PS : concernant des pistes de réflexion : le municipalisme libertaire, l’anarcho-syndicalisme, le socialisme libertaire…et les actions individuelles.

 

 

Partager cet article