Editions Agone

Police2

Alfred Döblin
« Savoir et changer. Lettres ouvertes à un jeune homme »
http://agone.org/bancdessais/savoiretchanger/

Traduit de l’allemand par Damien Missio
Préface de Jacques Bouveresse
Avant-propos de Marie Hermann et Jean-Jacques Rosat

« Obéissance, assiduité, pragmatisme sont des vertus de soldat et de serviteur, d’employé, de larbin. Ce sont les vertus d’une fourmi, non pas d’une personne humaine. Qu’on montre pour quelle raison une collectivité a le droit de sacrifier des hommes, de transformer des personnes en machines. Qui plus est, on n’a pas fait cela ici – et dans beaucoup d’autres lieux – au profit d’une collectivité mais au profit d’une classe seigneuriale. Voilà la vérité fondamentale, le fin mot de l’histoire. »
« Cette panique dans la bourgeoisie ! Ils se rendent enfin compte qu’ils ne tiennent plus les rênes et que ça ne peut plus continuer ainsi ! Ils vont consentir à ouvrir les yeux, sinon ils passent sous les roues ! Oui, Marx avait raison sur ce point : le capitalisme a élevé lui-même son fossoyeur – ils ont construit des usines, se sont étendus mais, en même temps, les ouvriers aussi ont grandi et, un jour, ça ne va plus sans eux et, un jour, ils ont eux aussi des idées libérales sous une forme compacte, quasiment en béton et, un jour, ils ont tout le pouvoir, et alors quoi ? »

Dans cette série de lettres écrites en 1930 à un étudiant qui le questionnait sur son positionnement dans les débats de son époque, Döblin développe une réflexion sur le rôle des intellectuels dans la société. Convaincu que ceux-ci expriment naturellement ce que leur classe prescrit, il les incite à se rapprocher des ouvriers, seuls porteurs des idées de liberté autrefois bourgeoises. Mais il reste méfiant vis-à-vis de Marx et de Lénine, à qui il concède les « bonnes bases » du matérialisme historique mais reproche un « messianisme pur jus », préférant affirmer les principes d’un « vrai » socialisme : liberté, rassemblement spontané des hommes, refus de toute contrainte, indignation face à l’injustice, tolérance et pacifisme.

Né au sein de la bourgeoise juive allemande, Alfred Döblin (1878–1957) déménage très tôt pour Berlin, ville qui a profondément influencé son œuvre et où il vivra jusqu’à son exil à Paris en 1933 – qu’il fuira en 1940 pour les États-Unis. Pendant la Première Guerre mondiale, il est affecté comme médecin militaire en Lorraine puis en Alsace, expérience qui nourrit le premier des quatre tomes du roman historique Novembre 1918. Toute son œuvre demeurera largement méconnue, notamment en raison du succès, dès sa parution en 1929, de Berlin Alexanderplatz. Une situation dont Döblin souffre dès son retour en Allemagne en 1945, où il peine à se faire entendre et éditer.

192 pages (12 x 21 cm) 20.00 €
ISBN : 978-2-7489-0223-5

Cliquez ci-dessous pour vous désinscrire :
http://crieur.agone.org/list/presse_at_agone.org/unsubscribe

Partager cet article