Ecologie sociale et libertaire

Féminisme4

CRISE ÉCOLOGIQUE ET CRISE SOCIALE

La hausse des prix du pétrole et le « réchauffement climatique » de la planète provoqué par le déversement de déchets gazeux dans l’atmosphère qui accentue l’effet de serre, en pleine expansion de la demande énergétique, sont des signes révélateurs d’une crise écologique qui remet sans doute en cause la production, la consommation et le mode de vie capitalistes. La crise ne va pas empirer du fait de la proximité d’un «zénith» dans la production pétrolière, et parce que la société technologique est incapable de corriger ses excès, sans même compter sur la collaboration des écologistes. La dénaturation de l’environnement est aussi inhérente au capitalisme que son besoin irrésistible de croître, de sorte que l’extinction de toute forme de vie sur la planète par des vagues de chaleur est une possibilité de plus en plus réelle. Une réduction drastique des émissions de CO2 est urgente, mais la dépendance aux combustibles fossiles est si importante et le système si complexe que sa stabilité serait sérieusement affectée par de légères baisses d’approvisionnement, sans que d’autres sources d’ énergie  puissent rien faire même à long terme. Ils couvrent à peine une petite partie de la demande et ont également besoin d’énergie fossile à différents moments de leur production. Il est indéniable que toute contribution d’énergie alternative, ou toute économie, aussi importante soit-elle, sera absorbée par le développement économique et la demande subséquente, rapprochant la crise. L’artificialisation de l’environnement, le gaspillage d’eau, d’énergie et de matières premières, la dégradation du territoire et des villes, l’augmentation exponentielle de la mobilité, la pollution galopante, l’accumulation de déchets, les guerres du pétrole, la course aux armements et la concentration du pouvoir, sont des phénomènes qui ne cesseront pas de se produire, car ils découlent de l’oppression économique des masses salariales et de l’exploitation insensée de la nature, fondement du système capitaliste. La crise écologique n’a rien de nouveau, car le système a évolué à travers des catastrophes dans une certaine mesure contrôlées dans une sorte de processus de destruction-reconstruction. Le problème peut se poser du côté objectif lorsque la crise est hors de contrôle, et du côté subjectif, lorsque le malaise de la population induit la remise en cause du capitalisme, c’est-à-dire lorsque la crise écologique devient une crise sociale. La solution des dirigeants qui administrent la catastrophe est d’y habituer la population, pour qu’elle la considère naturelle et passe inaperçue. Grâce à la gestion des catastrophes, le pouvoir devient environnementaliste et les environnementalistes sont intégrés au pouvoir. Sur la scène, spectacle d’accords internationaux et de dispositions locales favorables au « développementalisme »; sur le marché, une nouvelle génération de marchandise «verte». En effet, les sommets de Rio de Janeiro et de Kyoto ont annoncé l’avènement de l’écocapitalisme. Ils ont été chargés de corroborer le marché mondial de la pollution, des biocarburants et des voitures avec des filtres à particules et de faibles niveaux d’émission, des plans de gestion environnementale des grandes entreprises et la rage boursière des entreprises liées aux énergies renouvelables. Le capitalisme «vert» est une question de marketing et bientôt les terrains de golf, les nouveaux développements résidentiels ou le train à grande vitesse seront présentés comme des paradigmes de l’écologie, comme cela se produit maintenant avec les voitures de dernière génération et les centrales nucléaires. Mais en plus, les entreprises ont senti de l’argent à cause du changement climatique. Comme le dit Eduardo Montes, vice-président de Siemens et chef du Club d’excellence en développement durable: «l’environnement va être une entreprise du futur».

 

Le nouveau capitalisme n’apporte pas plus de nouveauté que le conseil en environnement, chargé de fixer le maximum de dégradation acceptable dans la population la plus touchée et le prix que la dégradation cite sur le marché, traduisible en mesures écologistes et respectueuses de l’environnement. La collusion entre le pouvoir et les «verts» est incarnée dans le concept absurde de «développement durable», car le développement et la durabilité sont antithétiques. Les écologistes n’ont pas l’intention de remplacer les techniques bureaucratiques dominantes de gestion sociale et économique par des formes décentralisées et créatives d’autonomie gouvernementale. Ce que les écologistes proposent – et, en général, ce que proposent les plateformes civiques et les politiciens de la « gauche » – c’est qu’une telle gestion soit majoritairement « publique », c’est-à-dire qu’elle reste entre les mains des partis. Ils ne veulent pas la fin du « développementalisme », mais la régulation institutionnelle de ce dernier. Inclinez la balance un peu plus vers la nationalisation et un peu moins vers la privatisation. Il convient de garder à l’esprit lorsque nous nous demandons si la crise affaiblira les mécanismes de domination, altérant les schémas ouvriers, consuméristes et politiques qui favorisent les inégalités, la répression du désir ou l’enlèvement de liberté, ou si un fossé sera ouvert là où ils se brisent.

Une économie «verte», c’est-à-dire une économie sans pétrole, protégée par les institutions et soutenue par un grand pacte entre les «agents sociaux», ne fera qu’introduire de nouvelles habitudes de consommation pour les nouvelles marchandises, en maintenant la standardisation et la massification. Comme celui qui détermine la politique institutionnelle et le comportement de ces agents est le marché mondial, le changement ne sera qu’une affaire de détails: la collecte sélective des ordures, l’utilisation d’ampoules halogènes ou LED, panneaux solaires, pistes cyclables, voitures des rues électriques bordées d’arbres ou la promotion d’une architecture «climatique». Il est impossible que la crise oblige les dirigeants à modifier par essence le modèle économique et social sur lequel repose leur pouvoir et les modes de vie artificiels qui leur sont propres. Si des sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie solaire, éolienne ou la biomasse sont utilisées, et d’autres sources non renouvelables telles que le gaz naturel ou l’énergie nucléaire, c’est pour la mondialisation, la hiérarchie et la dictature qui s’intéressent à la science et à la technologie, ne sont pas affectés. Les énergies renouvelables suivent la logique des autres – gigantisme, monopoles, brevets, fusions, absorptions – puisqu’elles obéissent à de puissants intérêts privés, dominants même dans l’entreprise publique. Les éoliennes ne sont pas destinées à décentraliser la production d’énergie et à supprimer le réchauffement climatique, mais à sauver l’industrie du tourisme, la climatisation électrique et le train à grande vitesse; comme les batteries au biodiesel ou à l’hydrogène, elles doivent maintenir le modèle de mobilité actuel basé sur les autoroutes et les voitures particulières. La même chose que les usines de recyclage ou les usines de dessalement font avec les terrains de golf, les résidences secondaires et l’agriculture intensive. La logique du marché est tellement renforcée que, par exemple, l’émergence d’agrocarburants contribue non seulement à l’augmentation du prix des céréales – et donc du pain, de la viande industrielle, du lait … – mais a également un effet dans des sociétés appauvries similaires à celles d’autres cultures industrielles comme le coton, la canne à sucre ou le café. L’expansion des cultures « énergétiques » – palmier à huile, maïs, colza, soja – tout en étant responsable de la destruction de milliers d’hectares de forêt tropicale, est également le retour du travail forcé comme forme habituelle d’exploitation. Ainsi, les besoins énergétiques exorbitants de la métropole capitaliste, et donc leur «durabilité», sont couverts par la déforestation des pays au capitalisme insuffisant et l’esclavage de leurs populations. De même, la création de «réserves de biosphère» dans les pays à capitalisme arriéré entraîne la déportation violente de leurs habitants, indésirables pour le tourisme écologique.

 

Grâce à la destruction des structures de classe du prolétariat, à la détérioration de leurs liens collectifs, la crise écologique se déroule sans crise sociale. La peur a remplacé la sociabilité, la consommation privée par la solidarité commune et les masses par les classes. Voici «l’énigme de la docilité» révélée. La diversification des sources d’énergie ne se produit pas par hasard dans un contexte de concentration du pouvoir, mais d’augmentation des forces productives, de mondialisation commerciale et d’atomisation sociale, de sorte que sa contribution à l’autonomie locale, à la culture biologique et à la vie communautaire, est complètement nul. Les politiques de production « biologique » et environnementales pratiquées par les causes de la crise légitiment et renforcent leur pouvoir, ne décentralisent pas les mécanismes de décision. Au mieux, ils sont limités et marginaux, à courte portée, mais politiquement corrects et, par conséquent, utiles comme propagande. Les nouveaux règlements et ordonnances sont l’alibi du « développementalisme » actuel. Le bruit monté autour du commerce équitable, des microcrédits, des budgets participatifs, des équipements de production distribuée, du code technique du bâtiment ou de l’éco-efficacité, ne sert qu’à masquer le scandale des conditions d’existence inhumaines, massivement répandues, et le danger qui dirige la vie sur Terre entre les mains du capitalisme. Ni les nouvelles technologies, ni les mesures «alternatives» mentionnées ci-dessus, encore moins les énergies renouvelables, ne seront utilisées contre l’autoritarisme, la corruption, l’hypermobilité, l’urbanisation illimitée, le déracinement, l’exode rural ou les déchets, mais pour préparer un avenir avec du pétrole cher et rare, en maintenant intactes les attentes de croissance et les structures de pouvoir.

 

Ce n’est que dans des endroits où l’économie du profit ne pénètre pas ou a déserté qu’une société informelle en dehors du marché, une société de bricolage et de troc, de solidarité et de partage équitable, où la communauté l’emporte sur le commercial.

Un tel phénomène est rare dans les sociétés turbo-capitalistes, car la politique professionnelle, le syndicalisme, l’assistance sociale, la scolarité obligatoire ou la prison, c’est-à-dire les outils du contrôle social, empêchent son apparition. Un marché néorural, une coopérative, un jardin urbain, une salle à manger végétalienne etc… Cependant, les immenses bidonvilles des grandes villes d’Amérique latine, d’Asie et surtout d’Afrique fonctionnent selon des règles précapitalistes qui trouvent leur origine dans la nostalgie de la tradition perdue et de l’exclusion du marché moderne. La société informelle est un produit du besoin de subsistance et n’est pas opposée par définition à l’économie capitaliste; elle s’y connecte de différentes manières – l’immigration – donnant lieu à des épisodes de lutte de classe déjà oubliés dans des sociétés pleinement soumises aux impératifs technico-économiques. D’une certaine manière, il est maintenu, avec l’aide précieuse des ONG et des experts du tiers monde, comme une réserve permanente de main-d’œuvre et de marché potentiel qui attend le moment propice de son intégration au marché. Il ne s’agit pas d’ignorer son exemple, mais l’espace informel en dehors de l’économie n’aura de valeur positive que comme espace pris sur le marché, c’est-à-dire comme espace libéré par un mouvement qui dissout les relations commerciales. Si un tel mouvement n’existe pas, les expériences isolées d’auto-organisation et d’éco-efficacité n’ont qu’une valeur démonstrative et critique. L’absence ou la faiblesse des luttes anti-développementales et de défense du territoire place les perspectives de libération sociale dans le champ de l’utopie, afin que ces expériences jouent un rôle pédagogique, contribuant à la nécessaire préparation intellectuelle et morale – ce que les dirigeants appellent « Culture du non » – qui doit accompagner la dissolution révolutionnaire du pouvoir et sa réapparition horizontale dans les quartiers et les villes sous forme d’associations communautaires, de collectifs et d’assemblées. Mais n’oublions pas qu’il ne s’agit que de formes de survie au sein du capitalisme, et donc conditionnées par lui, donc son rôle est nécessairement limité. Ce ne sont les foyers d’aucune société libérée future; ceux-ci doivent être l’œuvre d’un mouvement social historique qui démolit de force les colonnes qui soutiennent le royaume des marchandises et ce mouvement n’est pas encore né.

 

La société actuelle surmontera la destruction actuelle des conditions matérielles de la vie, ou ce qui est le même, la société actuelle entrera dans une relation équilibrée avec la nature et ses membres établiront des relations libres et communautaires entre eux, seulement si le progrès de l’économie et de la technologie mis à part, s’il y a un tournant dans la tendance dominante, si le processus s’inverse et que les destinations cessent de dépendre d’experts, de cadres et de dirigeants politiques. Cela nécessite un véritable mouvement social – une véritable généralisation de la conscience écologique – capable de créer des contre-institutions qui s’opposent à l’économie capitaliste et aux formes politiques et technologiques qui correspondent, notamment à l’État. Un mouvement qui applique le principe de précaution au capitalisme dans son ensemble, c’est-à-dire qui l’identifie et le caractérise comme le problème mondial absolu, aux conséquences catastrophiques irréparables dans une période de temps immédiate et courte, et qui le met hors de la loi. Sortir de la crise, c’est sortir du capitalisme, même du capitalisme «vert». Mais personne n’échappe définitivement au capitalisme. La transformation des agglomérations en collectivités territoriales, c’est-à-dire la délocalisation productive, le retour à l’agriculture traditionnelle, les ateliers autogérés, la désurbanisation et la démocratie directe, ne seront le produit d’aucun panneau photovoltaïque ou d’aucun design écologique, ni n’arriveront de la main des anciennes institutions, des initiatives citoyennes ou des formules financières et commerciales, mais l’œuvre d’une révolution sociale qui bouleversera les relations sociales existantes et décolonisera la vie quotidienne. Paradoxalement, cette révolution doit se soucier de préserver tout ce que le capitalisme ne peut pas détruire – solidarité, expérience de lutte, culture populaire, savoirs anciens … mais aussi la flore et la faune, l’air pur et l’eau propre – donc qu’il aura pour la première fois un caractère éminemment conservateur et constructif. Mais cela ne signifie en aucun cas se mêler à la gestion du monde existant. Il ne s’agit pas de gérer la catastrophe, mais d’y mettre fin. Ni techniquement, ni économiquement, ni politiquement, il n’est possible d’éviter l’alternative entre extinction biologique ou révolution comme nous le soulignons. Il n’y a pas de solution de l’intérieur, à gauche ou à droite. Uniquement d’en bas et de l’extérieur.

Miquel Amorós

 

PS : Nous tenons à ajouter pour davantage de clarté que l’actuelle transition énergétique des gouvernements est factice. En réalité le solaire et l’éolien ne se substituent pas au charbon et au pétrole mais complètent ces énergies fossiles afin de continuer à consommer encore davantage. La consommation permet de juteux profits capitalistes. La bien-pensance invite les citoyens à nettoyer les plages, à trier les déchets, aux petits gestes pour sauver la planète…Ce n’est que de la communication qui maintient de facto les modes de vie polluants. Pour inverser la tendance et choisir une réelle alternative à l’urgence climatique et à la chute drastique de la biodiversité, ce sont les valeurs du capitalistovirus qu’il convient d’éradiquer. Pour envisager un autre futur, nous devons remettre en cause les intérêts des entreprises de production d’électricité, le centralisme des décisions, la croissance du P.I.B…et prendre le chemin d’une décroissance raisonnable allant de pair avec une consommation socialement utile. (Ti Wi- GLJD)

 

Partager cet article