Défendre le boycott, comme moyen d’action directe des travailleurs

Port

Le mot «boycott» est d’origine anglaise et signifie mettre quelqu’un sur une liste noire, refusant à tous ses services, créant le vide autour d’eux avec une sorte d’entente et d’opposition passive. Celui qui est boycotté ne trouve pas de travailleurs qui vont travailler dans leurs fermes, s’ils possèdent des terres, ou dans leurs ateliers, s’ils sont industriels; les travailleurs de tous les autres métiers refusent de le servir et aucun n’achète les produits de son entreprise commerciale. Si le boycott entre dans une fonction publique, les gens sortent immédiatement comme si un criminel était entré.

Dans l’Évolution du Milieu, quelque chose de similaire a été fait avec les excommuniés, et cela a signifié la mort civile d’un homme. Mais le mot est de création récente. Voici comment l’anarchiste Paul Delesalle a expliqué son origine au  Congrès des  syndicats français à Toulouse en 1897:

«Le  boycott  est d’origine et d’essence révolutionnaires. En Irlande, dans le comté de Mayo, le capitaine Boycott, gardien des biens de Lord Ern, était devenu si hostile dans sa rigueur contre les paysans qu’ils l’ont placé à l’index. Au moment de la récolte de 1879, le boycott n’a pas pu trouver un seul travailleur pour récolter la récolte; et en plus de cela, on lui a refusé partout le service minimum. Le gouvernement, impressionné, est intervenu en envoyant des travailleurs protégés par des soldats; mais il était trop tard: toutes les récoltes étaient pourries. Le boycott, vaincu, se réfugie en Amérique, où il meurt.

Ce système de lutte s’est peu à peu étendu, d’abord en Irlande, puis en Angleterre et enfin dans le monde entier. Là où les organisations ouvrières étaient les plus fortes, elles ont parfois connu des succès colossaux, notamment en Angleterre et en Allemagne. Après 1900, cette méthode de lutte a également fait son chemin en Italie et a été utilisée avec de bons résultats d’une manière spéciale dans les agitations agraires d’Émilie et de Romagne, jusqu’en 1914. À un certain moment, les organes des patrons et du gouvernement ont essayé d’attiser l’opinion publique contre le boycott, en l’appelant la « méthode barbare »; et plus d’une fois, la question a été discutée à la Chambre des députés.

Dans les discours à la Chambre, et plus encore dans la presse, des épisodes complètement fabuleux ont été relatés sur la férocité présumée des boycotts. Inutile de dire qu’il s’agissait de pures inventions ou d’exagérations extravagantes d’histoires totalement invraisemblables. Le boycott peut causer une gêne et un mécontentement infinis au boycotté, mais en réalité, cette arme ne tue jamais personne, car elle fait presque exclusivement mal au porte-monnaie. La rhétorique qui a consommé la littérature fétiche du journalisme vendu et de classe à ce sujet est ridicule!

Mais il n’est pas nécessaire d’aller trop loin pour défendre le boycott, comme moyen d’action directe des travailleurs, contre l’accusation de  barbarie  par la presse capitaliste. La classe bourgeoise a longtemps précédé les ouvriers sur cette voie, et pour des raisons moins justes ou plus ignobles certainement que la défense du pain quotidien. N’ont-ils pas boycotté les travailleurs connus sous le nom d’anarchistes, leur refusant de travailler? Désormais, le système d’indexation du travailleur subversif est moins performant et moins employé. Mais ce n’est que parce que les subversifs ont considérablement augmenté leur nombre pour les boycotter tous, et les syndicats ouvriers sont devenus trop forts pour permettre ces formes de représailles de l’employeur en période normale.

 

Mais si la bourgeoisie a dû, au moins en partie, renoncer au boycott des travailleurs en temps normal, à cause de ses idées, le boycott est généralement employé par elle dans les moments de lutte, pour la défense de la classe ouvrière. Lorsque les travailleurs d’un atelier sont en grève, ils trouvent difficilement un emploi dans d’autres ateliers; et si la grève est perdue, les travailleurs mieux connus sous le nom d’agitateurs sont rejetés partout où ils apparaissent. Les employeurs ont adopté un signe spécial pour le mettre dans les livres de paiement ou dans les « certificats » de travail, qui indique les travailleurs licenciés parce que subversifs. Ainsi ceux-ci, dès qu’ils présentent leur cahier au nouvel employeur à qui ils demandent du travail, ils obtiennent cette réponse: « Il n’y a pas de travail pour vous ».

Les travailleurs, utilisant la force qui résulte de leur organisation et de leur constance, utilisent un droit incontestable lorsqu’ils utilisent la même arme contre les patrons. Et ils ont un autre mérite: celui de la sincérité, car ils proclament ouvertement le boycott, sans se cacher hypocritement comme le font les patrons.

Aux objections morales formulées contre une telle méthode de lutte, nous répondons d’une manière – et la réponse s’applique à toutes les méthodes de lutte révolutionnaire – c’est-à-dire qu’en temps de guerre, il n’y a pas de discussion sur les armes utilisées. , que le prolétariat est en état de guerre contre le capitalisme et dans cette guerre il n’a pas la liberté de choisir, contraint comme c’est d’utiliser les armes qu’impose la nécessité de la lutte. En outre, en droit, nul ne peut légalement être contraint de travailler ou de fournir des services à qui il ne veut pas.

De plus, le boycott est une forme d’action qui devient indispensable dans certaines grèves. Au fond, qu’est-ce que la grève elle-même sinon un vaste boycott? Si les travailleurs d’un atelier sont en grève, non seulement tous les travailleurs du métier doivent refuser de remplacer les grévistes, mais toutes les catégories engagées directement ou indirectement, de l’extérieur, à travailler pour l’atelier, les brigadiers, les maçons… Pendant la grève, les électriciens, les chargeurs, les vendeurs, etc., doivent refuser leur travail à l’employeur par solidarité. Si l’industriel touché par la grève, sous la pression de ses engagements commerciaux, ordonne la poursuite des travaux dans un autre atelier, les travailleurs doivent refuser de les exécuter.

Si la chose est rendue nécessaire par des actes particuliers d’arrogance et de provocation de la part de l’industriel, le boycott peut prendre comme point de vue, en plus de l’atelier, également la personne; le boulanger refusera de vous apporter le pain, le boucher ne vous apportera pas la viande, le barbier ne la rasera pas, etc., etc. Cela dans les grandes villes est presque impossible, mais dans les petits centres, en particulier pendant les grèves agricoles, c’est un mode de combat réussi. Certes, cela ne réussit pas à affamer le patron, ni même à lui faire supporter une petite partie des privations auxquelles la grève l’a réduit. Ce serait une illusion de le croire possible … Mais il y a tellement d’inconvénients pour le patron que, s’il ne veut pas aller ailleurs, il aura, tôt ou tard, cédé un peu.

Ensuite, il y a un autre élément qui perturbe le déroulement normal de la lutte entre le capital et le travail, et peut déterminer la défaite des travailleurs: le « crumiraje » (le jaune), c’est-à-dire la trahison par d’autres travailleurs, qui occuperont le poste des grévistes dans les ateliers, ceux qui sont généralement des travailleurs non organisés, mais parfois aussi organisés qui, par faiblesse ou par intérêt égoïste, manquent le mot donné et rompent le pacte de solidarité.

 

C’est le phénomène le plus douloureux et le plus triste, bien qu’inévitable des luttes prolétariennes! Je l’ai traité séparément dans un autre article, et ici je ne parle que du boycott. Lorsque la trahison se produit, il est fatal que le boycott contre le patron s’étende également aux traîtres – contre lesquels il est également plus efficace car, vivant en tant que travailleurs parmi les organisés, il leur est plus difficile de surmonter le réseau d’hostilité créé autour d’eux et qui les suit tout autour d’eux et qui les suit partout: dans la rue, dans l’auberge, dans les bureaux publics, dans les lieux de divertissement, etc.

Dans les centres pas si vastes et où l’organisation des travailleurs est suffisamment forte, la crainte du boycott, qui peut punir les traîtres de la manière la plus diverse et de mille manières, suffit à rendre impossible l’effondrement. Bien que l’ouvrier ne soit pas conscient, la famille qui l’appelle au devoir, humiliée d’être désignée comme une famille d’escrocs et s’est fait du mal, tout entière, bien qu’indirectement, parce qu’elle est boycottée.

Pour cette raison, les industriels, en général, vont chercher du travail « crumira » en dehors de leur localité. Mais le boycott est mené, peut-être avec un peu de retard, également contre les « crumiros » étrangers, et tôt ou tard il finit par vaincre la résistance, surtout si les organisations ouvrières des peuples d’origine des « crumiros » interviennent.

Qu’il s’agisse de traîtres et que la trahison n’est pas toujours déterminée uniquement par l’inconscience et la faim, cette dure lutte des travailleurs contre les autres travailleurs provoque un fort sentiment de tristesse pour ceux qui recherchent une fin plus élevée et plus humaine que la victoire de toute grève partielle. Mais c’est l’un des nombreux décès douloureux de la guerre qui se déroule, auquel on ne peut échapper sans risquer la défaite de la bonne cause. Et la guerre de classe a également ses besoins les plus pénibles.

Même si en période de lutte, en raison des besoins de la lutte, la légitimité du boycott est incontestable, cependant cette méthode de lutte peut également avoir des applications erronées et parfois injustes et nuisibles de la part des travailleurs, en particulier lorsque il est dirigé contre d’autres travailleurs.

Il y a un risque que les travailleurs organisés soient trop emportés par la colère, très naturelle sinon, contre les « crumiros », au point d’oublier pour eux que le véritable ennemi est le patron, dont les « crumiros » ne sont que leurs passifs instruments. Il ne faut pas imiter le lion qui mord, dans sa rage, la barre que le dompteur lui oppose, et ne voit pas plus loin.

Surtout, il existe un risque d’utilisation abusive de l’arme de boycott lorsqu’elle est utilisée en dehors des moments de lutte, comme moyen de coercition au détriment des travailleurs désorganisés et organisés dans les associations rivales. Ensuite, les effets sont souvent obtenus contrairement aux intérêts généraux de la classe ouvrière et à la cause de la révolution.

Je parle, il est entendu, en général; car j’avoue qu’il peut y avoir des cas où il est important de boycotter un voyou, même lorsqu’il n’y a pas de grève déclarée, que ce soit un patron devenu haineux pour des raisons particulières, que ce soit de vrais criminels d’office, qui persistent volontiers dans leur trahison même en connaissant toute l’horreur de celle-ci. Il en va de même pour les autres personnes dont le contact peut dégoûter, comme les espions et tous ceux qui font des assassins contre leurs propres compagnons. Personne ne peut refuser à une communauté de travail le droit de dire au patron: «Nous ne voulons pas du contact de ce reptile; soit vous pouvez vous en passer, soit vous pouvez vous en passer! » Mais il faut ajouter que ce sont des cas assez rares, qui ne peuvent pas constituer la règle.

Au lieu de cela, une tendance s’est progressivement accentuée, dans certains environnements de la classe ouvrière, à boycotter les travailleurs pour des raisons beaucoup moins graves. Je me suis vu rejeter l’organisation et l’atelier de malheureux qui avaient agi comme des « crumiros » dans un passé très lointain, eh bien ils ont reconnu leur vieille erreur et n’ont demandé que la réhabilitation. Maintenant, le patron – à mon avis – ne devrait être pardonné qu’à condition qu’il cesse d’être un patron; il est nécessaire de savoir lui pardonner, comme l’a dit le Christ, que ce soit pour des raisons d’ordre moral ou pour des raisons pratiques.

Plus discutable, ou plutôt complètement déplorable, le boycott appliqué pour contraindre les travailleurs à s’organiser. Le système de recrutement forcé, apparemment et au premier abord, semble rentable car il remplit les rangs syndicaux de personnes et est défendu par des arguments pas tout à fait faux. Mais aucun succès apparent n’est immédiat et aucun argument ne peut éviter que précisément cet épaississement artificiel et forcé de l’organisation finisse par l’affaiblir, y introduisant des éléments de foi douteuse, de mécontentement et de traîtres en germe. Les adhérents de force, à l’heure du combat, pourront la trahir, et, de plus, depuis leur adhésion à l’organisation, ils l’influencent dans un sens modéré et réactionnaire.

La propagande et la persuasion sont les seuls moyens de recrutement qui peuvent conduire à une organisation sérieuse, forte et compacte, tandis que la coercition et l’intimidation ne peuvent que créer des organisations de moutons qui se dissoudront lors de la première tempête. De plus, le boycott ou sa menace enlève le sentiment de liberté des travailleurs et crée en eux une ambiance de sujétion et en même temps de méfiance, d’où naît l’opposition la moins raisonnable, et qui n’aide certainement pas à renforcer la solidarité des travailleurs, solidarité effective entre les travailleurs.

Je ne cache pas les inconvénients de la liberté de … désorganisation; et il faut certes combattre la désorganisation – mais la combattre avec les armes de la liberté et de la persuasion, car la solidarité librement consentie est la seule qui compte dans la réalité des événements, bien plus que l’apparition de formes extérieures.

Il existe d’autres manières d’appliquer le boycott qui sont de véritables actes d’arrogance, auxquels les travailleurs doivent être le plus fermement opposés. Il suffira de les signaler à la volée pour comprendre leur évidente injustice.

Le premier et le plus déplorable phénomène est celui déterminé par l’intolérance politique, lorsque les passions et les divisions politiques des travailleurs se répercutent dans l’organisation des travailleurs. Ainsi l’esprit de parti pousse la majorité d’une organisation à répertorier, avec subterfuge ou ouvertement, ses adversaires politiques. Ainsi, elle a dû être déplorée d’une manière particulière, dans le passé, dans les grandes corporations des pays toscans et anglo-saxons, imitées jusqu’à présent sans grand résultat par le réformisme syndical des pays latins.

 

Des travailleurs ont été expulsés de certains  syndicats nord-américains, coupables de faire de la propagande anarchiste ou simplement socialiste parmi les organisés. Cela, lorsqu’une carte syndicale est requise pour admettre un travailleur au travail, signifie simplement condamner à la faim celui qui ne pense pas comme la majorité.

L’expulsion de l’organisation, c’est-à-dire du travail qualifié et mieux rémunéré, est souvent décrétée contre ceux qui osent attaquer ou critiquer les dirigeants. Cela se produit fréquemment dans les syndicats nord-américains et des tentatives ont également été faites en Italie.

Dans la campagne émilienne, plus d’une fois, des travailleurs qui, lors des élections, se sont abstenus de voter pour les dirigeants socialistes ont été menacés de boycott. Un député socialiste bolognais est même allé jusqu’à inviter publiquement les ligues à considérer comme des « crumiros », et donc à boycotter, ceux qui ne voulaient pas s’inscrire sur les listes électorales. J’ai moi-même assisté un jour à une réunion d’un syndicat aux tendances révolutionnaires, au cours de laquelle il n’a pas fallu longtemps pour que des «mesures sévères» soient prises contre un travailleur qui avait osé dire du mal du comité de l’organisation.

Donc il existe des formes de boycott indirect des organisations (par exemple, en Italie, celle des typographes) qui ont tendance à être transmutées en organisations fermées, avec un enregistrement limité. L’adhésion à la Ligue, et donc son travail, est refusée aux nouveaux membres lorsque … les tableaux sont complets! À cela s’ajoute la coutume en Amérique du Nord d’imposer des frais d’admission exorbitants, que parfois un travailleur ne peut pas payer. La conséquence de ces systèmes est comprise: le travailleur ne peut pas trouver de travail parce qu’il n’est pas organisé et, inversement, il ne peut pas s’organiser parce qu’il ne travaille pas, parce que les inscriptions sont closes ou qu’il n’a pas l’argent pour payer les frais d’inscription élevés.

Dans la province de Mantoue, pendant des dizaines et des dizaines d’années, il a été vérifié que toutes les organisations d’office étaient adhérentes au parti socialiste. Ainsi, le travailleur non-socialiste ou le paysan a été automatiquement boycotté. En effet, s’il n’acceptait pas, contre sa propre conscience, de rejoindre le parti, il était désorganisé et devait subir l’affront d’être confondu avec les « crumiros » et, par conséquent, d’être victime de ce type d’isolement moral, qui venait souvent être matériel, avec lequel les masses organisées entourent généralement les désorganisés.

Tous ceux que j’ai signalés, surtout en Europe, sont encore des événements sporadiques, exceptionnels, mais très importants, car ils dénotent une tendance et menacent de devenir, tôt ou tard, une règle constante. A cette dangereuse tendance, il faut opposer une levée dans les délais, sinon l’organisation syndicale prend une direction exclusive et réactionnaire, à laquelle plus tard il n’y aura pas de force capable de la contenir.

L’utilisation de boycotts, directs ou indirects, contre les travailleurs de manière erronée, injuste ou excessive, décrite ci-dessus, peut devenir une forme de détournement à forte intensité culturelle et conduire aux pires catastrophes. L’organisation aura conclu en se blessant ou en se tuant avec ses propres armes.

Espérons que cela ne se produira pas. Mais pour éviter tant d’erreurs et éviter leurs conséquences, il n’est pas nécessaire de raconter de façon fataliste les événements et la force des choses laissés à eux-mêmes, mais en se basant avant tout sur la volonté des révolutionnaires et des combattants, sur l’action elle-même, en vertu de l’exemple lui-même.

Ce qui importe avant tout, c’est que les travailleurs organisés – et parmi eux des hommes de foi et d’initiative – n’oublient jamais que l’ennemi commun, le véritable ennemi, c’est le capitalisme, et que tous les exploités sont ses frères; et c’est pourquoi ils dirigent toute leur action en vue du but ultime de la révolution sociale: la disparition de tous les privilèges de l’autorité de classe pour la libération de tout le prolétariat.

Luigi Fabbri et boycott

De nos jours, le boycottage a pris d’autres formes et en dehors de périodes de grève: le boycott des oranges Oustpan par exemple contre l’apartheid en Afrique du Sud, le boycott du veau aux hormones par exemple ont connu de vifs succès. Bien sûr, pour qu’un boycott soit efficace, il faut qu’il soit massif, appuyé par une opinion sensibilisée, basé sur des campagnes (affichages, médias…). C’est un outil d’action directe très fiable quand il est utilisé à bon escient et de manière ciblée.

Patoche GLJD

Partager cet article