La crèche de la ZAD

Enfance

Alternative éducative

Au cœur de la Zad, à Saint-Jean-du-Tertre, cette zone à défendre de Notre-Dame des Landes, des expériences humaines se font jour dont la crèche de la Zad.

Six enfants et deux autres prévus représentent l’effectif de cette crèche dont l’aîné a trois ans. Les enfants devraient fréquenter à terme l’école d’un village voisin. Nous employons le conditionnel car le gouvernement Macron entend expulser les occupants illégaux. Quand on se présente comme le boss de la république, il faut de l’autorité : casser le statut des cheminots et livrer la SNCF à la concurrence (on voit ce que cela a donné en Grande-Bretagne), casser le statut des fonctionnaires, réorganiser les hôpitaux (entendons : flexibilité et rentabilité)…alors virer une centaine de personnes, ça ne fait pas peur à Macron et Doudou (comme le premier ministre vient du Havre, on peut se permettre d’être familier. Question cul, il a plein de casseroles l’Edouard…).

On reparlera de cette expérience éducative si elle existe encore d’ici quelques mois. Mais on s’aperçoit, qu’ici ou là, des adultes s’organisent en autogestion pour garder les enfants. Ateliers cuisine, jeux en pleine nature, vie communautaire…Voilà qui rompt avec les ragots des bien pensants et certaines pratiques coercitives.

On se demande d’ailleurs si les macronistes ne préfèrent pas casser certaines alternatives sociales plutôt que du facho. Les fascistes rebombent toujours le torse et donnent dans la violence quand ils voient l’alternative électorale s’éloigner, notamment celle de Madame Le Pen. Electoralement parlant, c’est une bonne nouvelle car la balkanisation de l’extrême droite est en marche. Par contre, pour ceux qui reçoivent des coups de manche de pioche, c’est moins drôle. Les pistoleros reviendront-ils nous rendre service? Durruti, reviens, ils sont devenus fous!

Partager cet article