COP 21 : l’hypocrisie capitaliste

cop21[1]

COP 21 : cap pour plus de profits pour cette minorité d’exploiteurs

La conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21)  se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. Dans le cadre des mobilisations anti-sommet qui vont avoir lieu, les libertaires y tiendront certainement une bonne place avec des propositions qui leur sont propres.

Les enjeux environnementaux et climatiques touchent directement les salariés et les chômeurs en France comme ailleurs : le réchauffement et la pollution n’ont pas de frontières. Nous conseillons la lecture de l’appel aux anarchistes de Jean-Louis Phan Van. Même si nous ne souscrivons pas entièrement à son analyse, cette dernière ne manque pas de pertinence sur la question écologique.

La question des migrations climatiques aussi sera de plus en plus importante et nous voyons déjà la répression qui s’abat en ce moment en Europe ainsi que la réémergence de propos fascisants. Par ailleurs, les dérèglements climatiques et les pollutions multiples sont directement liés à l’exploitation capitaliste des ressources naturelles et à la recherche des plus grands profits pour une extrême minorité. Ces profits se font, à l’échelle planétaire, dans le cadre d’une mondialisation croissante, le plus souvent dans le mépris total de la moindre norme environnementale et dans le mépris de la santé des travailleurs : mineurs, travailleurs du bâtiment…

Car les premières victimes sont bien les salariés au contact direct de matières dangereuses ou les riverains des entreprises polluantes. Le scandale de l’amiante ou la mort prématurée de travailleurs agricoles en sont des exemples frappants. Les riverains d’entreprises classées Seveso, ceux jouxtant les centrales nucléaires…aussi.

Les libertaires doivent porter un autre discours dans le cadre des mobilisations à venir : dénonciation des discours productivistes pour résoudre le chômage, mise en avant du  partage des richesses et du temps de travail (ou alors ça va péter), pression syndicale pour améliorer la protection des salariés et des riverains qui bossent dans des geôles dangereuses ou vivent près d’usines à risques…

L’urgence climatique est réelle même si derrière se cachent des enjeux politiciens : politique intérieure de Hollande, enjeux géostratégiques internationaux…

Les Etats dépensent des centaines de milliards dans les armements qui permettent à des millions de personnes de s’étriper, pour renouveler les parcs atomiques…qui ne servent à rien à part ponctionner du fric qui pourrait être utilisé à des œuvres de vie.

Enfin, quelle sera la dépense engendrée par ce déploiement de moyens, de déplacement de personnalités lors de ce sommet ?…De la gabegie et encore de la gabegie ! Pendant ce temps, de plus en plus de gens vivent en dessous du seuil de pauvreté et le réchauffement climatique augmentera davantage la misère des plus misérables des pays dits émergents…Le changement, c’est maintenant mais il ne passera pas par les politiciens mais par les citoyens prenant part au combat pour la justice, la liberté, l’égalité économique et sociale.

Groupe libertaire Jules Durand

 

 

Partager cet article