Le capitalisme, ce sont des milliards qu’on vole au Peuple

STOP

Alors que les retraités sont matraqués par Macron et ses petits marquis de la politique, les banques et des fonds ont volé 55 milliards d’euros aux Etats européens dont 3 milliards pour la France : un pognon de dingue pour les riches.

Avec cet argent soustrait, on pourrait doubler le budget du plan pauvreté (seulement deux milliards octroyés par les seigneurs), avec l’évasion fiscale estimée à 80 milliards pour la seule France, on pourrait équilibrer et renforcer maints budgets. Avec ces milliards gaspillés pour les dépenses militaires, on pourrait choisir de favoriser les œuvres de vie. Mais le système capitaliste est un monstre, celui du capitalisme d’Etat ne vaut guère mieux. Pour rappel, ce sont les travailleurs qui créent la richesse, pas les spéculateurs. Alors que nous prônons un meilleur pouvoir d’achat pour une consommation socialement utile, une consommation alimentaire sans pesticides qui rongent la santé de ceux et celles qui n’ont pas les moyens de consommer Bio…le gouvernement s’attaque aux services publics, ceux du bien commun, à la recherche, à tout ce qui a trait au collectif. Des milliards échappent donc à l’impôt avec l’aide des banques qui jouent aux pyromanes de la spéculation financière. Cet « arbitrage des dividendes » qui permet aux investisseurs de ne pas payer d’impôts, c’est une honte supplémentaire à mettre au compte du capitalisme.

Pendant ce temps, les retraités pauvres subissent la hausse des carburants, celle du gaz (+ de 16% depuis le début de l’année), celle de la CSG, des produits de consommation courants et le Macron demande aux retraités de ne pas se plaindre ! Quel culot, l’aristo ! Les banques dont monsieur Macron connaît bien les rouages sont les facteurs de détournement d’argent vers la finance avec l’aide d’avocats fiscalistes. Ces tradeurs spéculent encore et si la bulle éclate, les Etats trouveront des milliards (nos impôts) pour sauver un système pourri dont l’éthique est absente.

Pourtant de l’argent, nous en avons besoin :

-          Pour nos écoles publiques ;

-          Pour nos hôpitaux publics avec une remise en service d’une médecine de proximité ;

-          Pour que tous les citoyens aient le droit au logement, à l’éducation, à la santé et puissent manger à leur faim ;

-          Pour nos Anciens (construction d’Ehpad à taille humaine avec du personnel formé et en nombre suffisant ;

-          Pour que tous et toutes aient un emploi socialement utile et rémunéré correctement ;

-          Pour une égalité réelle entre les femmes et les hommes notamment au niveau salarial et des pensions ;

-          Pour des retraites au minimum égales à 1300 euros par mois ;

-          Pour un système de retraite avec un retour à 60 ans pour bénéficier d’un départ bien mérité ;

-          Pour aider les aidants en leur octroyant un véritable statut : aider ses parents, c’est usant ! Aide financière, droit au repos, aide juridique, facilités de démarches administratives… ;

-          Pour un financement équitable de la protection sociale…

Alors les 342 milliards des revenus financiers des entreprises et des banques (année 2017) doivent servir au bien commun. Les politiques libérales à la Macron sont responsables de la montée de l’extrême droite. Les politiques austéritaires, le dumping social, les magouilles fiscales, les inégalités qui se creusent…sont le terreau du fascisme.

Avec les libertaires : pour la paix, la justice sociale, l’égalité économique et sociale ! Changeons la société !

Patoche (GLJD)

Partager cet article