Brochure à lire: Tcherkesoff

1426306_174057579461798_2089961855_n[1]

Le monde socialiste fut bien surpris par l’attitude de la majorité légalitaire du congrès soi-disant de l’Internationale en 1893. Mais personne n’a soulevé depuis une question intéressante à résoudre : la conduite de la majorité fut-elle une simple bévue, commise par les délégués, ou fut-elle le résultat logique de tout ce qu’on prêche depuis des années sous le nom de socialisme « scientifique », une conséquence éclatante d’une tactique de légalisme, de réformes mesquines et de groupements purement politico-électoraux ?
Heureusement pour nous, Engels lui-même nous a donné la réponse : « Il y a juste cinquante ans, disait-il à la dernière séance du congrès, que Marx et moi avons fait nos premières armes. C’était à Paris, en 1843, dans une revue qui s’appelait les Annales franco-allemandes. A ce moment, le socialisme n’était représenté que par de petites sectes… Cette année-ci marque encore un autre anniversaire : celui du congrès socialiste tenu il y a vingt ans et dans lequel nous avons arrêté le plan de campagne poursuivi jusqu’ici sans changement et sans défaillance. C’était en 1873 (1). Nous nous sommes recueillis, nous avons arrêté un plan de conduite, et vous voyez où nous en sommes aujourd’hui… Restons fermement unis dans notre ligne de conduite générale, et la victoire sera à nous (2). »
C’est bien clair, n’est-ce pas ? …

Tcherkessoff

Partager cet article