A bas toutes les guerres !

Fédération communiste anarchiste

L’équilibre des forces

Mangeons équilibrer, cinq fruits et légumes par jour et si possible Bio. Voilà un bon conseil de nutritionniste qui ne connaît pas les difficultés financières des pauvres mais l’intention est louable. Il faut donc équilibrer notre alimentation, l’obésité et le diabète sur lequel certaines firmes pharmaceutiques se sucrent nous guettent. Les maladies cardio-vasculaires aussi. Et tout le reste.

Maître Macron, lui, parle d’équilibre des forces européennes face aux Etats-Unis, la Russie et la Chine. L’équilibre des forces, on a déjà vu ce que cela a donné après la Première Guerre mondiale : le Traité de Versailles qui a consolidé le fascisme rouge bolchevique et permis la naissance de la peste brune en Italie et en Allemagne. Après 1945, l’équilibre des forces, c’était les accords de Yalta. Les pays de l’Est ont été livrés à Staline, l’assassin et le tortionnaire, tandis la Guerre froide pointait son nez avec une troisième guerre mondiale évitée de justesse.

C’est peu dire que l’équilibre des forces, si vis pacem, para bellum, n’est pas toujours le garant de la paix. Loin s’en faut. La course aux armements, toujours plus sophistiqués, a même de quoi nous inquiéter car un adversaire a souvent bien envie de démontrer sa supériorité par rapport à un voisin dont on convoite les ressources ou qui semble représenter un danger. Cette recherche d’équilibre de l’armement, contrairement à l’équilibre alimentaire, est surtout la recherche d’une supériorité sur l’autre ou les autres. Au bout du chemin, on trouve toujours la guerre et ses monceaux de cadavres. A noter que dans la plupart des guerres modernes, ce sont les civils, enfants et femmes notamment, qui sont les premières victimes.

Outre les enjeux économiques de nos dirigeants à la solde des marchands de canon, ce sont pour eux des enjeux de pouvoir géostratégiques.

En bas de l’échelle, c’est nous autres, les petits, les sans grades qui devons faire en sorte que le militarisme soit inopérant. A nous de mettre hors-jeu les fauteurs de troubles, tous ceux qui rendent la guerre possible et qui la préparent en sachant que ce seront les planqués de l’arrière.

A bas toutes les guerres.

A bas toutes les armées y compris l’armée rouge !

Partager cet article