AVS – AESH: en grève le 12 Février

On y va

AVS – AESH

TOUS ET TOUTES EN GRÈVE JEUDI 12 FÉVRIER 2015

- 8h30, tournée des établissements
rendez-vous devant la Bourse du travail, 3 rue du château d’eau (métro république)

- 13h30, manifestation en direction du ministère de l’éducation nationale,
rendez-vous au métro Sèvres – Babylone (lignes 10 et 12)

- 17h30, assemblée générale ouverte à tous les AVS AESH, grévistes et non-grévistes,
pour poursuivre la mobilisation à la Bourse du travail, 3 rue du château d’eau, salle Eugène
Varlin (métro république)

Le 1er octobre dernier un rassemblement devant le rectorat avait permis d’obtenir la signature des
contrats qui ne l’étaient pas et une avance sur salaire pour celles et ceux qui n’avaient pas été payés.

Mardi 25 novembre 2014 nous étions en grève. Nous nous sommes réunis en assemblée générale. Nous avons occupé la MASESH puis manifesté jusqu’au rectorat. Cette journée de grève nationale est une première et nous ne comptons pas nous arrêter là.

Parce que la galère demeure la règle et que la création du statut d’accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) n’améliore rien (baisse du volume horaire annuel donc du salaire, formations non rémunérées, étalement du calcul de la paie de 36 à 39 semaines). Parce que 60% des contrats signés restent des contrats uniques d’insertion (CUI, de droit privé, payées 20h pour 24h de travail effectif –670 euros/
mois !–, renouvelable seulement pour 2 ans maximum).

Parce que l’annonce de la CDIsation n’est que de la poudre aux yeux : cette CDIsation n’offre aucune garantie d’augmentation de salaire, de réelle formation, d’amélioration des conditions de travail. Il faut avoir cumulé 6 ans de contrat AED (et souvent 2 de CUI en plus) et elle ne concerne à l’heure actuelle que 4% des AVS parisien.ne.s. La CDIsation n’a rien à voir avec la titularisation, elle ne fait que pérenniser la précarité au lieu d’une création d’un réel statut.

Parce que, sans statut, nous sommes dans la précarité la plus totale. Que bon nombre d’entre-nous sont confronté.e.s à des difficultés pour se loger, se nourrir, se soigner, payer ses factures et ses titre de transport, etc. De plus, certain.e.s rencontrent des problèmes pour le renouvellement de leur titre de séjour car leurs contrats ne sont jamais signés à temps.

Nous revendiquons :

La titularisation de tou.te.s les AVS en poste, sans condition de concours ni de nationalité.

La possibilité de signer des contrats à temps plein.

La revalorisation de nos salaires : un vrai salaire qui n’oblige pas à cumuler d’autres emplois.

La création d’un statut réel et reconnu des AVS, correspondant aux conditions d’exercices dans la fonction publique, et son inclusion pleine et entière au sein des équipes pédagogiques.

Parce que nous n’avons accès à aucune formation sérieuse ayant une réelle utilité et donnant accès à des équivalences en terme de diplômes. Que les formations nous sont présentées comme « obligatoires » mais ont souvent lieu hors du temps de travail (par exemple le samedi) et ne nous sont pas rémunérées.

Nous revendiquons :

Une formation adaptée et rémunérée, qui aboutirait à l’obtention d’un diplôme d’état de
niveau 4.

Parce que nos conditions de travail sont de plus en plus dures : retards (voire absence) de paiement des salaires ou de remboursement de titres de transports, contrats non signés à temps, problèmes de renouvellement, mutations arbitraires, absence complète de légitimité au sein des équipes éducatives, problèmes de pauses, pressions, harcèlement, etc. Nous sommes de plus en plus amenés à prendre en charge les manquements du rectorat qui n’affecte pas le nombre d’AVS suffisant, ceci au détriment des élèves. Tous ces problèmes rythment notre quotidien et il n’y a aucune prise en compte des difficultés que nous rencontrons sur le terrain, seulement du mépris.

Parce que nous n’obtiendrons rien en étant isolé.e.s, chacun.e dans son établissement, mais qu’ensemble, tous et toutes uni.e.s dans la lutte et par la lutte nous pouvons gagner sur ces revendications et améliorer nos conditions de travail.

Parce qu’à l’éducation nationale nous ne sommes pas les seuls dans cette situation. Les contrats précaires se multiplient : assistants d’éducation, assistants pédagogiques, agents, techniciens, administratifs, profs non titulaires, auxiliaire de vie en faveur du personnel…

Ce sont nos luttes qui ont construit nos droits

Soyons nombreuses et nombreux en grève
le 12 février

Plusieurs rendez-vous pour faire vivre cette journée de grève

- 8h30, tournée des établissements
rendez-vous devant la Bourse du travail, 3 rue du chateau d’eau (métro république)

- 13h30, manifestation en direction du ministère de l’éducation nationale,
rendez-vous au métro Sèvres – Babylone (lignes 10 et 12)

- 17h30, assemblée générale ouverte à tous les AVS AESH, grévistes et non-grévistes,
pour poursuivre la mobilisation à la Bourse du travail, 3 rue du château d’eau, salle Eugène Varlin (métro république)

cette journée de grève est à l’appel du Collectif AVS 75

collectif.avs75[chez]yahoo.fr – http://collectifavs75.blogspot.fr/ – facebook : collectif-avs-75

 

 

Partager cet article